Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 02:26
L’intervention de Jean-Luc Mélenchon, samedi 28 janvier, lorsqu’il a été invité à saluer l’assemblée des animateurs de section du PCF, devrait attirer l’attention des communistes sur plusieurs points.

 1) Jean-Luc Mélenchon a commencé son intervention d’une façon qui a surpris et choqué de nombreux camarades : en saluant Pierre Laurent en tant que... président du PGE !!! Sans faire aucune référence à ses responsabilités de secrétaire national du PCF et de président du comité de campagne. Invité à s’exprimer dans une réunion du PCF, il avait donc choisi de ne pas s’adresser au PCF et à son secrétaire national es-qualité, et de placer le rassemblement électoral actuel dans une perspective allant bien au delà de l’élection présidentielle, a-t-il tenu à souligner, de structuration d’une nouvelle force en formation. Le tout avec des références appuyées à Die Linke. Comme il a tenu à le signaler, il a de l’esprit de suite. On s’en doutait.


 2) Sur le contenu de la campagne, Jean-Luc Mélenchon avait l’occasion de valoriser l’apport de propositions du PCF au programme partagé et de nous montrer qu’il s’en faisait le porte-parole. On a plutôt eu droit, après une curieuse distinction entre crise du capitalisme et crise du productivisme (! !), à une promotion sélective et problématique des propositions du programme partagé, au détriment de sa cohérence, sous notre influence, sur les objectifs sociaux, les moyens financiers et les pouvoirs.


Ainsi, au bout d’un discours radical sur la propriété, on débouche non pas sur la proposition de nationalisations et de pôles publics (mots non prononcés samedi), mais sur… la promotion des coopératives ! (en écoutant depuis, le discours de Besançon, prononcé quelques jours avant, j’ai constaté que le mot nationalisation n’y était prononcé qu’en négatif, pour dire que ce n’était pas la solution à tout !!! et pour introduire un long développement sur… les coopératives et la réquisition des entreprises !).


La finance est fortement stigmatisée, mais rien n’est dit sur le plus important : le crédit des banques et de la BCE. Le mot crédit, le sigle BCE n’ont pas été ne serait-ce qu’évoqués. Un nouveau crédit sélectif pour favoriser l’emploi, la formation, les services publics, la proposition de Fonds européen de développement social : inconnu-e-s au bataillon du discours de samedi, et semble-t-il des discours de campagne du candidat.


Pas plus que la question de l’emploi et les propositions emblématiques de sécurisation de l’emploi et de la formation, ou de sécurité sociale professionnelle.


On a le droit d’attendre mieux, plus de respect du programme partagé dans lequel ces propositions figurent, et aussi plus de respect à l’égard des militants communistes et de leur parti.


 3) Enfin, l’intervention de Jean-Luc Mélenchon pose des problèmes sérieux sur la manière de traiter la question du PS, du programme de Hollande, sur le 2ème tour et les suites.


Le PS et son candidat sont traités comme l’adversaire principal ; il n’a d’ailleurs quasiment pas été question de Sarkozy dans le discours. Par contre, il y a, à tout bout de champ, des flèches contre Hollande, plutôt que le débat sérieux sur ses contradictions. Mais, par exemple, comment traiter sa contradiction sur la finance, sans parler de la BCE, de l’euro, des nationalisations et du crédit !!!


Sur le 2ème tour et les suites de l’élection, Mélenchon développe une ligne gauchiste : ainsi sur le 2ème tour, il refuse de s’engager clairement, et va jusqu’à dire cette phrase qui est quasiment un appel à ne pas voter Hollande au 2èeme tour : « pas question d’appeler à voter contre la retraite à 60 ans ».


Il y a aussi l’engagement insistant de Mélenchon de ne pas participer au gouvernement, tout en mettant ses partenaires, singulièrement le PCF, au pied du mur. S’agirait-il de se préparer à stigmatiser sa trahison ou sa faiblesse, si les communistes décidaient d’une autre attitude ? (à ce propos je précise mon point de vue : même si les données actuelles me paraissent pencher plutôt pour une option de non-participation, je trouve erroné de répondre à cette question de façon anticipée, sans la prise en compte précise de toutes les données politiques, et en se privant du levier de mobilisation que constitue la possibilité de faire bouger la situation).


Il y a deux dangers :

 dans un contexte de rejet très fort de Sarkozy, cette ligne peut se retourner contre le vote Front de gauche en accréditant l’idée que ce vote sert la droite en affaiblissant celui qui peut la battre. Les législatives sont aussi concernées.


 ce discours antisocialiste de Mélenchon est un discours de division des communistes : il flatte notre lucidité (plus ancienne que la sienne) sur le PS, mais aussi, chez une partie des communistes, l’illusion ancienne et persistante, qu’on pourrait se passer d’une politique d’union avec le PS. Il peut donc gravement nous diviser le moment venu. Il vise peut-être à cela dans l’intention de nous affaiblir quand il chercherait à transformer le Front de gauche en un parti dans lequel le PCF serait voué à se diluer.

 

source: faire vivre le PCF

2/02/2012

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !