Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 18:57

120727-ALCATEL.jpgEn mars, les salariés de Lannion manifestaient contre le gel de leurs salaires. Ils vont pouvoir ressortir leurs avions en papier.

 

 

L'annonce, hier, par le groupe Alcatel-Lucent, de la suppression prochaine de 5.000 emplois dans le monde, a jeté la consternation sur le site de Lannion. La CFDT espère bien décrocherun rendez-vous avec les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin.


«Il y avait eu une alerte sur les profits la semaine dernière. Depuis, on s'attendait à un plan d'économies mais pas à une annonce de suppressions de postes au plan mondial; encore moins de cette ampleur-là.» Hier matin, Hervé Lassalle, délégué CFDT sur le site lannionnais d'Alcatel-Lucent, était sous le choc. «Nous ne disposons pas plus que ça d'informations mais l'inquiétude est réelle. La direction a indiqué ne pas vouloir taper dans les effectifs de la recherche et développement mais les activités R&D ne concernent que 3.000 des 9.500 salariés du groupe en France. La saignée affectera-t-elle tous les pays, selon un système de péréquation ? Touchera-t-elle certaines filiales du groupe et certains sites, plus que d'autres ?»

Des marchés chahutés

Hier, les questions étaient plus nombreuses que les réponses mais l'été revêtait soudain un aspect inquiétant, aux yeux des syndicats déjà à leurs comptes. «Ici à Lannion, 350 personnes planchent à la R&D mais les 500autres travaillent, soit à des activités de support (préparation à l'installation des chantiers de réseaux, chaînes d'approvisionnement, etc.), soit à la gestion des contrats» relève Hervé Lassalle. Or, ce n'est un secret pour personne. Les investissements concernent au premier chef des zones commerciales pas en grande forme, compte-tenu de la crise économique. Europe, Afrique, Moyen-Orient... Partout, les marchés sont chahutés. «Les annonces plus précises n'interviendront probablement pas avant septembre. On va se réunir entre syndicats, dès aujourd'hui et demain (NDLR : hier et aujourd'hui), pour envisager la marche à suivre», déclarait l'éluCFDT évoquant un climat pesan: «On nous laisse un an, un tantsoit peu peinard et c'est un nouveau coup de massue. Àcroire qu'on ne sortira jamais de l'ornière.»

Rencontrer les ministres concernés

Les mauvaises nouvelles d'hier rendent encore plus pertinentes les démarches entreprises par la CFDT pour décrocher une entrevue, dès que possible avec Fleur Pellerin, ministre déléguée au numérique et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. «Leurs récentes rencontres avec les patrons et syndicats d'opérateurs français (Orange, Bouygues, SFR et Free) ont mis l'accent sur les problématiques de concurrence, de prix, de couverture réseau du territoire et d'emploi. Mais il a trop peu été question des fournisseurs que sont les équipementiers (Alcatel-Lucent, Ericsson, Nokia Siemens Network) qui permettent l'acheminement des communications téléphone et internet», s'insurge Christian Le Bouhart, élu CFDT, qui se trouvait à Paris hier pour tenter de négocier une réunion au sommet.

Le risque chinois

Et de rappeler que les équipementiers chinois, Huawei et ZTE, ont commencé à équiper les réseaux d'Europe, d'Afrique et du Moyen-Orient, amplifiant une guerre des prix déjà féroce. Le risque existe, «au plan de l'emploi et au plan de la sécurité nationale et de la maîtrise des réseaux de bout en bout», dixit la CFDT, laquelle appelle à une régulation globale de la filière avec l'exigence de contreparties pour l'emploi. « Nos difficultés sont, certes, liées aux erreurs d'Alcatel-Lucent mais également, à un contexte macro-économique délétère», dénonce Christian Le Bouhart. 

 

Valérie Cudennec-Riou

 

source: letelegramme.com (vendredi 27 juillet 2012)

 http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/alcatel-lucent-la-menace-pese-aussi-sur-lannion-27-07-2012-1787979.php?xtmc=ALCATEL-LANNION&xtcr=2 

 

 

 


Corinne Erhel. «Il faut investir dans les réseaux»

La situation de l'emploi dans la filière numérique a fait l'objet, le 17juillet dernier, d'une question adressée par Corinne Erhel, députée de Lannion-Paimpol et conseillère régionale, à Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l'économie numérique.

Les équipementiers soumis à forte concurrence

«Dans le contexte social que nous connaissons, la filière numérique constitue un formidable levier de croissance et de création d'emplois. Pourtant, selon le président de l'Arcep, autorité de régulation, les mutations que connaît depuis le début de l'année le marché de la téléphonie mobile pourraient engendrer la disparition d'un nombre important d'emplois dans ce secteur». «Les salariés des opérateurs, mais également des équipementiers, sont légitimement inquiets quant à la pérennité d'un certain nombre d'emplois», a poursuivi la députée, évoquant de probables suppressions d'emplois chez SFR et Bouygues. «Les investissements dans les réseaux fixes et mobiles de nouvelle génération sont nécessaires, ils permettront de créer des emplois et d'impulser des innovations au service des citoyens et des territoires.» Corinne Erhel ajoutait: «Nous devons également apporter toute notre attention aux salariés des équipementiers télécoms,entreprises qui sont soumises àune forte concurrence internationale et à une pression sur les prix extrêmement importante.»

«Bâtir un nouveau modèle»

Dénonçant la réglementation fluctuante du secteur des télécoms au cours des dernières années et la manière dont a été gérée l'arrivée sur le marché du quatrième opérateur de téléphonie mobile, la ministre Fleur Pellerin a dit sa détermination et celle d'Arnaud Montebourg à ne pas accepter que l'emploi, serve aux opérateurs de variable d'ajustement. «Le Gouvernement ne tolérera pas que le secteur des télécoms, réglementé et protégé de la concurrence internationale, détruise ou délocalise des emplois», a affirmé Fleur Pellerin, alors qu'elle venait de rencontrer les quatre opérateurs de téléphonie mobile afin, a-t-elle expliqué, de «bâtir un nouveau modèle, créateur d'emplois et d'investissements pour ce secteur». «Je peux déjà vous dire que des blocages anciens et persistants ont été levés pour relancer le chantier structurant du très haut débit - la 4G -, qui est l'avenir du secteur. Dès la rentrée, le Gouvernement présentera un train de mesures pour éviter la casse sociale, relancer l'investissement et réconcilier l'intérêt des consommateurs et celui des salariés.»

 

V. C.-R.

 



Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Bretagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !