Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 04:54

141021-slide_proces_amiens_28102014.jpgCi-dessous un article de Campagnes Solidaires, le journal de la Confédération Paysanne. Il s'agit de l' interview de Laurent Pinatel, porte parole de la Conf', sur le procès de l'industrialisation de l'agriculture qui aura lieu le 28 octobre.

 

Le 28 octobre, neuf militants de la Confédération paysanne comparaîtront devant le tribunal correctionnel d'Amiens, dont Laurent Pinatel, porte-parole national du syndicat. Ils sont poursuivis pour des actions sur le site de l'usine des mille vaches, à Drucat (Somme), usine qui a débuté sa production le 13 septembre.

 


Campagnes solidaires : Quelle analyse la Confédération paysanne tire-t-elle après l'installation des 133 premières vaches dans l'usine de Drucat, le 13 septembre, et la table ronde au ministère de l'Agriculture le 16 septembre (cf. encadré) ?


Laurent Pinatel : Déjà, depuis un an qu'on est sur ce dossier, c'est la première fois qu'on a eu ce type de réunion au ministère, avec toutes les parties autour de la table. Ce n'est pas rien. Ça prouve aussi, au passage, que la Conf' ne fait pas que dénoncer, qu'elle est aussi dans la discussion et la construction !

Reste quand même ce double discours du gouvernement : d'un côté, il déclare que l'usine des 1000 vaches, ce n'est pas son modèle, son projet, mais de l'autre il ne fait rien pour l'empêcher de se réaliser, on ne trouve rien pour ça dans la loi d'avenir votée définitivement ce mois-ci. Ramery ne fait que profiter de ces carences législatives, de ce manque de volonté politique. Je pense réellement que la volonté de ce gouvernement est de faire cohabiter deux types d'agriculture : une industrielle orientée vers l'export, et une pour la vitrine, la belle image de la France. Ça se recoupe avec son attitude et ses décisions pour la Pac et la loi d'avenir.

N'empêche que pour les 1000 vaches, on a déjà fait reculer Ramery sur son méthaniseur. Le digestat qui en sortira et sera épandu proviendra de produits agricoles, pas de déchets ménagers ou de boues d'épuration, c'est déjà ça. Ensuite, il est quand même bloqué à 500 vaches, à moitié de son projet. Pour aller jusqu'à 900 vaches, l'Etat pourra, s'il en a la volonté, réouvrir une enquête publique ; au-delà, cette enquête sera obligatoire.


CS : Quelles actions sont envisagées pour les semaines et les mois à venir ? Est-il encore possible d'empêcher le projet d'usine à 1000 vaches de se réaliser ?


LP : Deux actions au moins sont possibles à ce stade. La première est de faire pression sur l'Etat et sa préfecture dans la Somme pour rouvrir une enquête publique si Ramery demande à passer à plus de 500 vaches laitières. Et là, il faudra que les citoyens s'expriment, massivement.

Ensuite, la ferme n'existe que parce que le lait est collecté. Aujourd'hui, nous savons que c'est Senoble qui collecte. Il faut que les citoyens soient le plus nombreux possible à se lever et dire « Je ne boirai pas le lait des mille vaches ! ». Chacun peut prendre ses responsabilités en n'achetant plus de produit du groupe Senoble. Porter atteinte à son image devrait faire reculer Senoble.

Mais il faut aussi que tous les élus se saisissent du débat. Car ce type de projet remet en cause toute la société. Jusqu'à maintenant, historiquement, notre alimentation était très massivement produite dans des fermes. Là, nous risquons d'aller la chercher dorénavant dans des usines.


CS : La Confédération paysanne veut faire du procès de ses neuf militants, à Amiens le 28 octobre, le « procès de l'industrialisation de l'agriculture » : pourquoi ?


LP : Nous, nous portons un projet : l'agriculture paysanne. En face, il y a une tentation de filer vers une agriculture de type industrielle. Mais si l'agriculture paysanne est une démarche, l'agriculture industrielle est une dérive ! On nous bassine avec la conquête de marchés, on nous pousse à l'agrandissement, mais dès qu'on passe à certaines tailles de troupeau, on tombe dans le schéma industriel, on se met à fabriquer du « minerai », comme on fabrique ailleurs des pièces de voiture. On voit ce que ça a donné en Bretagne, les impasses, les dégâts, avec les paysans qui subissent, poussés à la faillite et au désespoir par cette dérive. Le procès du 28 octobre à Amiens posera la question des modèles agricoles, politiques, de société, et du choix que nous devons faire.  


Propos recueillis par Benoît Ducasse

 

 

L'usine produit depuis le 13 septembre

Dans la nuit du 12 au 13 septembre, les premiers camions transportant des vaches sont arrivées dans  l'usine laitière de Drucat, à six kilomètres au nord-est d'Abbeville. 133 bêtes ont ainsi pu être traites le lendemain. Alertés dès 4h du matin le 12 septembre, les militants de l'association locale d'opposition à l'usine, Novissen, se sont rendus sur place, tenant jusqu'au mardi un barrage à l'accès au site. Des militants de la Confédération paysanne les ont rejoints tout au long du blocus, venant de la région (Picardie, Nord-Pas-de-Calais) ou de bien plus loin (Normandie, Lorraine, Franche-Comté...).


141021-Blocus_1000vaches.jpg

Le 15 septembre, c'est l'intervention de la gendarmerie
qui a permis la sortie d'usine du premier camion de lait collecté par Senoble.

 

 

La mobilisation s'est avérée rapidement payante : une forte couverture médiatique, dans un premier temps, mais surtout la tenue d'une première table ronde sur le sujet, le mardi 16 septembre au ministère de l'Agriculture, avec tous les acteurs concernés, dont Michel Ramery, le promoteur de l'usine. A l'issue de cette réunion un premier compromis s'est dégagé : le méthaniseur ne brûlera plus des déchets industriels provenant des alentours, comme prévu initialement, mais seulement des déchets issus de l'usine. Sa puissance doit ainsi être ramenée à 0,6 mégawatts, contre 1,4 MW initialement. Et la demande d'autorisation au-delà de 900 vaches serait automatiquement assortie d'une nouvelle enquête publique, cependant quede 500 à 899 vaches, ce sera au bon vouloir de la préfecture d'autoriser ou non l'augmentation du cheptel...  Le blocus a été levé à l'issue de cette réunion. Mais le combat continue, bien entendu.

 

Demandez le programme !

Durant toute la journée du 28 octobre, diverses animations battront leur plein aux abords du tribunal d'Amiens : marché paysan, musique, prises de parole, théatre, projection de documentaires... Le programme peut être consulté sur :
Au départ de Bretagne-2 bus programmés :

Bus 1 : Quimper : 22h30 (lundi 27/10), Lorient : 23h30, Vannes : 00h30, Ploërmel : 1h00, Rennes : 2h00, Romagné : 2h45
Bus 2 :
Brest :
22h45 (lundi 27/10), Morlaix : 23h40, Guingamp-Plouisy : 00h40, Yffiniac : 01h2, Dol : 02h40

Inscriptions auprès de la Conf de votre département :
Côtes d'Armor : 02.96.94.16.68 / 22@confederationpaysanne.fr
Finistère : 02.98.52.48.29 / 29@confederationpaysanne.fr
Ille-et-Vilaine : 02.99.50.45.27 / 35@confederationpaysanne.fr
Morbihan : 02.97.67.22.74 / 56@confederationpaysanne.fr

 

 

Video-Quatre questions à Laurent PINATEL

 

Quatre questions à Laurent Pinatel, porte parole de la Confédération Paysanne sur la ferme-usine des 1000 vaches, ses conséquences sur l'agriculture, le lien avec les accords de libre échange (TAFTA, CETA...) et la mobilisation pour le procès de l'industrialisation de l'agriculture qui aura lieu de 28 octobre 2014 à Amiens

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !