Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 20:31

4 décembre 2011, Malakoff.

Face à l’offensive générale du capital contre les peuples, face à la crise explosive de l’U.E. et aux attaques frénétiques de Sarkozy, engageons l’action commune des communistes de France !


prcf-degage-04-2011.jpg


A la faveur de la crise aiguë du capitalisme et de son U.E. de malheur, la réaction passe à l’offensive générale contre les acquis et la souveraineté des peuples. Après la guerre impérialiste imposée à la Libye sous l’égide de l’OTAN et de Sarkozy, une nouvelle guerre non-déclarée a commencé de fait contre la Syrie et l’Iran, non pour apporter à ces pays la « démocratie », mais pour leur faire subir le sort terrible du peuple irakien occupé et saigné à blanc par l’occupation étrangère. En Europe, l’UE pilotée par l’impérialisme allemand secondé par Sarkozy impose une austérité géante et met en place ses proconsuls d’Athènes à Rome en attendant que vienne le tour d’autres capitales. Chacun le sait : une fois passées les présidentielles, un terrible plan d’austérité va venir s’ajouter en France aux incessantes mesures antipopulaires prises par le fascisant régime UMP.


Or qui peut croire que le PS de Hollande (capitale : Maastricht !) soit porteur de la moindre alternative progressiste ? Par son alignement sur l’Europe et sur le SPD, le PS creuse le lit de la droite dure et du FN. Celui-ci récupère et dévoie le rejet légitime du « libre échange » cher aux monopoles capitalistes pour courtiser la classe ouvrière.


Le peuple ne peut davantage compter sur la direction du PCF. Reniant la juste campagne pour le « non » menée en 1992 par G. Marchais et H. Krazucki, M. Pierre Laurent, - qui préside à la fois le PCF et le PGE - , se fait l’avocat de l’euro. Derrière Mélenchon, il répand le mensonge de l’ « Europe sociale » et de l’« euro mis au service des travailleurs » : comme si cette UE conçue pour briser le socialisme d’hier et pour interdire le socialisme de demain n’avait pas été programmée de A à Z pour casser, non seulement les avancées historiques résultant d’Octobre 17, de Stalingrad et de l’action du PCF dans la Résistance, mais aussi les acquis civilisateurs des Lumières, de la Révolution française… et de la Grèce antique, créatrice des premières formes de citoyenneté.


Dans ces conditions, les organisations communistes qui, à l’intérieur ou à l’extérieur du PCF, se réclament toujours de l’indépendance nationale et du socialisme, ne peuvent continuer à s’ignorer avec pour seul horizon une ruineuse « concurrence libre et non faussée » entre les militants de la faucille et du marteau. Pour reprendre espoir, les communistes, les travailleurs, les progressistes, ont besoin que ceux qui refusent la « mutation » et restent fidèles au combat de classe, PARLENT D’UNE SEULE VOIX dans les manifestations populaires et à la porte des entreprises.


Certes il n’est guère possible dans un premier temps de fusionner les organisations communistes existantes dont chacune porte sa part de légitimité. Mais étant donné les grands affrontements de classes qui s’annoncent, les travailleurs ne comprendraient pas que les communistes ne travaillent pas ensemble sur des points où ils sont déjà largement d’accord. Et c’est possible. Déjà le PRCF a signé des textes communs avec l’URCF et le RCC. Il a agi en commun avec des camarades de Réveil communiste et de Rouge Vif Paris. Il a d’excellentes relations avec la section PCF de Douai et a mené une action commémorative commune avec le PCF 62. A bien des endroits « en bas », la barrière artificielle entre communistes cartés au PCF et communistes écartés du PCF, est tombée : on se parle et on agit ensemble quand on peut. C’est nécessaire car sans unité d’action, soit nous sommes inaudibles, soit nous risquons d’être instrumentés au sein des alliances plus larges que nous essayons de construire les uns et les autres.


L’union est nécessaire également car sans elle, les syndicats, - y compris ceux qui ont une tradition de lutte - , sont une proie facile pour la collaboration de classes qui plus que jamais mène à la défaite. L’union est nécessaire car la décomposition de la nation va un rythme tel (industrie, agriculture, services publics, école, laïcité, langue et culture, recherche, Sécu, retraites…) que les acquis que le PCF et la CGT ont conquis en 1936 et à la Libération, seront rapidement liquidés si nous ne réagissons pas dès maintenant, fortement et ENSEMBE.


C’est pourquoi face à la dictature de l’UE et du CAC 40, nous proposons de mettre en place, formellement ou pas, une Convergence d’Action Communiste qui mènerait de front trois campagnes :


- la première campagne viserait à faire front ensemble contre les guerres impérialistes présentes et à venir ; nous pouvons diverger sur telle ou telle analyse mais nous serons facilement d’accord sur deux idées : « l’impérialisme est l’ennemi principal de tous les peuples », et « un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre » (Marx).


- la seconde campagne viserait à combattre la criminalisation du communisme et de son histoire en montrant qu’elle va de pair avec la montée en puissance des fascistes et de la fascisation ; si ce mot ne convient pas à tous, - bien qu’à nos yeux il s’avère plus juste de jour en jour - , trouvons d’autres expressions, mais ne reculons pas devant la tâche car à terme c’est notre liberté d’expression en France qui est menacée ; à l’heure où arborer l’effigie du Che coûte deux ans de taule en Pologne, où le gouvernement commun du PASOK et des fascistes du LAOS cible nos camarades du PAME et du KKE, où Obama met la pression sur Cuba et sur l’ALBA, agir sur ce terrain relève autant pour nous de l’internationalisme prolétarien que de l’autodéfense ici et maintenant !


- la troisième campagne viserait à conduire ensemble une action au long cours sur le thème : sortons la France de l’UE ET de son maudit euro afin de restaurer l’indépendance nationale et les acquis du CNR, de promouvoir la coopération internationale, de créer les conditions d’un rassemblement populaire isolant le grand capital et rouvrant à notre peuple la voie du socialisme.


Ces tâches sont incontournables et à lire les textes des uns et des autres, elles semble faire l’accord général à quelques formulations qu’on peut et doit dépasser. Alors pourquoi ne pas « marcher côte à côte et frapper ensemble », comme disait Lénine ? Le PRCF ne propose pas que nous nous retrouvions sur SES bases mais sur celles qui, en l’état, semblent déjà les plus consensuelles. Et le PRCF, - qui ne croit pas au possible redressement du PCF mais qui admet parfaitement que d’autres y croient ou que, sans y croire, ils pensent utile de militer encore au PCF - , ne pose pas en préalable l’appartenance ou pas de tel militant ou de telle organisation au PCF. Ayant l’honneur de compter dans ses rangs nombre de vétérans incontestables, notamment deux députés historiques dont l’un reste adhérent au PCF, et plusieurs figures de proue des FTPF et des FTP-MOI, le PRCF demande simplement que chaque organisation ETUDIE sa proposition collectivement et sereinement. Car si nous ne parvenions pas à nous UNIR DANS LA LUTTE dans les graves circonstances présentes, nous finirions par nous rendre aussi coupables que la direction du PCF de la destruction finale du parti communiste, avec tout ce qu’elle signifie de malheurs passés, présents et A VENIR pour notre pays. Nous demandons donc que chacun veuille bien répondre avec bienveillance à notre demande, si possible avant le 1er janvier car le temps presse. Nous publierons les réponses et si possible, proposerons une date commune (1) pour que chaque organisation puisse dire son mot lors d’une rencontre que tout vrai communiste appelle de ses vœux.


« Quand les blés sont sous la grêle / Fou qui fait le délicat / Fou qui songe à ses querelles / Au cœur du commun combat… »…


Avec nos fraternelles salutations. Au nom de la conférence nationale : Georges Hage, président d’honneur du PRCF, député honoraire du Nord ; Léon Landini, a. officier FTP-MOI, président du PRCF, Jean-Pierre Hemmen, et Pierre Pranchère, vice-présidents du PRCF; Georges Gastaud, secrétaire national, Antoine Manessis, responsable aux relations unitaires, Daniel Antonini, responsable aux relations internationales,

A toutes fins utiles, signalons la date emblématique du 21 janvier : c’est le 21 janvier 1793 que, par le régicide de Louis XVI, la Révolution française s’engagea sur la voie de la République ; c’est le 21 janvier 1924 que mourut Lénine et c’est à l’occasion de ce deuil que les communistes du monde entier jurèrent de rester unis pour poursuivre son combat. Et en plus, le 21 janvier 2012 tombe un samedi…

 

 

source : Reveil Communiste  (jeudi 15 décembre 2011)                                               

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !