Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 16:26

Conseil-europeen-9-12-2011.jpg

 

 

Le sommet des chefs d’Etats européens vient de se tenir à Bruxelles.


Après des mois de manipulation et d’esbroufe pour faire avaler aux peuples d’Europe les divers plans d’austérité, la France et l’Allemagne sont parvenus à s’accorder (on s’en doutait) pour imposer encore plus de sacrifices aux travailleurs d’Europe.


On aura tout entendu ces trois dernières semaines … des scénarios plus catastrophiques les uns que les autres ont été développés sur toutes les chaines de radios, télévisions, dans la presse, pour préparer l’opinion publique aux nouvelles mesures prises par le tandem Franco-Allemand. « Rencontre de la dernière chance » « Sommet de crise pour éviter la catastrophe » « Avenir à quitte ou double » « L’échec serait une véritable explosion »… etc., on en passe et des meilleures. Faire peur, certainement, mais surtout faire croire qu’il n’y a qu’une issue possible pour sortir de la « crise » capitaliste : aller plus loin encore dans l’exploitation des peuples.


Il était clair que l’Allemagne et la France allaient se retrouver, malgré leurs divergences, pour conclure un accord allant dans ce sens et qui vise pour l’imposer, à bafouer le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


Les états, si cet accord était appliqué, ne pourraient plus décider leurs budgets nationaux sans qu’ils ne soient soumis aux règles des grandes puissances capitalistes. Nous avons déjà écrit à ce sujet, mais répétons-le, ce sont les budgets sociaux qui sont attaqués.


Il suffit d’observer les mesures prises dans tous les pays d’Europe pour s’en convaincre : baisse du « coût du travail », attaque sur la protection sociale, les retraites, les services publics, la fonction publique, privatisation des entreprises publiques, hausses d’impôts… partout les mêmes mesures sous prétexte de « dettes publiques » qui n’existent pas (Voir nos articles précédents).


Deux exemples :


-Irlande : 4ème budget de rigueur d’affilée. Le dernier qui se montait à 15 Milliards d’euros « d’économies » pour toucher 85 Milliards du F.M.I et de l’Union Européenne vient d’être révisé à la hausse. 3,5 Milliards ont été rajoutés au travers notamment d’une augmentation de la t.v.a. à 23%. Par contre, pas question d’augmenter les impôts des multinationales (12,5%). Le chômage touche aujourd’hui 14% de la population irlandaise.

Le F.M.I et l’Union Européenne félicitent l’Irlande pour son courage. A. Merkel en rajoute en encourageant E. Keny, 1er ministre irlandais à poursuivre en déclarant « L’Irlande est un superbe exemple d’un sauvetage bien mené ».


-Italie :

Nouvelle cure d’austérité de 20 Milliards d’euros après deux plans « d’économies» de 90 Milliards adoptés en Juillet et Septembre. Ce nouveau plan prévoit la baisse des cotisations sociales, la retraite à 67 ans pour les hommes et alignement pour les femmes en 2018, une augmentation de 2 points de t.v.a. et un programme de privatisations sans précédent. E. Marcegaglia (la patronne des patrons italienne) qualifie ces mesures d’  « indispensables ».


On peut comparer ces deux exemples aux plans appliqués dans les autres pays d’Europe, ce sont les mêmes. Les acquis sociaux sont attaqués partout, pendant que les profits sont préservés.


Mais cela ne suffit pas, l’accord initié par la France et l’Allemagne, approuvé par le dernier sommet européen, consiste à inscrire dans chaque constitution nationale une « règle d’or » (elle porte bien son nom) pour limiter au maximum les budgets sociaux (3% du produit intérieur brut). Les états qui ne respecteraient pas cette règle seraient « durement sanctionnés ». Autrement dit, la souveraineté des états serait soumise bien plus étroitement aux règles du capitalisme européen.

 


Et pendant ce temps, tous les partis politiques (qui acceptent tous l’idée qu’il faut réduire la dette publique) dissertent sur le rôle de la banque centrale européenne, du F.M.I, ou du parlement européen.


F. Hollande, candidat du Parti Socialiste à l’élection présidentielle déclare que «  pour en finir avec la crise, il suffit de demander à la banque centrale européenne d’intervenir sur les marchés financiers, de transformer le fonds de secours européen en banque, pour aider les pays en difficulté ». Hollande revient à la charge et précise sur RTL « Si je suis élu je renégocierai cet accord pour y mettre ce qui y manque : de l’efficacité sur les marchés ». Ce qui fait dire au journal «  Le Figaro » « Le candidat du P.S devrait être comblé : ses idées sont à peu de chose près déjà sur la table, N. Sarkozy les a eues avant lui »


F. Bayrou, candidat centriste, préconise lui, un plan d’austérité de 100 Milliards d’euros.


Le front de gauche, revendique un nouveau traité européen avec des «  clauses sociales ». Tous les gouvernements européens sont au service du capital, faire croire qu’ils accepteraient des « clauses sociales » est un leurre. Sans lutte, rien ne bougera. Mais des luttes… pas un mot, aucun appel à la mobilisation. C’est normal puisque Mélanchon déclare qu’il est disponible pour participer à un éventuel gouvernement socialiste.


Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière, défend « Un programme de défense des intérêts vitaux des travailleurs (…) dans le cadre de la société capitaliste ». Tout est dit…


Tous sont d’accord sur le fond, aucun n’appelle à lutter pour supprimer le capitalisme.


Du côté des syndicats, on regarde les trains (d’austérité) passer. Huit dirigeants syndicaux européens se sont adressés aux chefs d’états pour revendiquer «  un nouveau contrat social européen ». Ils s’inquiètent de la possible destruction du projet européen qui constitue, selon eux « une des constructions les plus importantes du 20ème siècle » et défendent que «  malgré le désenchantement profond ressenti par de nombreux travailleurs, nous continuons de soutenir qu’il n’y pas d’autre solution que l’approfondissement du projet européen… Il faut que la démocratie sociale et politique, ainsi que la participation des citoyens prennent toute leur place ». Et de poursuivre « Que proposons-nous ?... L’émission d’euro-obligation et la transformation de la banque centrale européenne en prêteur en dernier ressort » (N’est-ce pas ce que N. Sarkozy et F. Hollande proposent ? Ils demandent également un renforcement de la « gouvernance européenne ». Ils pensent qu’une future révision des traités peut se faire en intégrant «  la dimension sociale », et pour y parvenir, il faut renforcer le dialogue social » (air connu). Cette lettre est signée du secrétaire général des syndicats CCOO et de l’U.G.T (Espagne), du président du D.G.B (Allemagne), de la secrétaire générale de la C.G.I.L (Italie), de B. Thibault de la C.G.T et de F. Chérèque de la C.F.D.T (France) et des secrétaires généraux de la F.G.T.B et C.S.C (Belgique). Nous savons depuis longtemps que le syndicalisme européen a abandonné le terrain des luttes, mais une telle allégeance au pouvoir capitaliste est un véritable scandale. Passons sur l’attitude de la CFDT, spécialiste du « dialogue social » avec le patronat capitaliste, pour relever une fois de plus que celle de la C.G.T explique son immobilisme face aux attaques sociales.


Pourtant les luttes sont nombreuses en France et en Europe, mais les confédérations syndicales ont choisi ce « dialogue social » pour accompagner les décisions qu’impose le capital européen. Comme s’il était possible de concilier le capital et le travail !... Il n’est pas étonnant alors que l’ensemble des confédérations aient accepté de participer au " sommet social » de N. Sarkozy en Janvier. Pas étonnant non plus que le 13 Décembre, journée de mobilisation syndicale F. Chérèque de la C.F.D.T participe à une table ronde au M.E.D.E.F. (patronat français) sur le thème de la compétitivité. Il refuse la grève, et discute avec les patrons sur les moyens à mettre en œuvre pour renforcer l’exploitation capitaliste.


Rien à attendre donc des confédérations syndicales, pas plus que des partis politiques.

Tous les partis, sauf le nôtre qui depuis sa création, il va y avoir 10 ans, combat cette Europe capitaliste, s’inscrivent dans sa construction. S’inscrire de quelque façon que ce soit dans sa construction, c’est laisser les mains libres aux capitalistes.


Seule la lutte du peuple de France, celle de tous les peuples européens, pour débarrasser la société du capitalisme ouvrira une perspective révolutionnaire. C’est de cette politique différente de toutes les autres qu’est porteur le candidat de « Communistes » Christophe RICERCHI.

 

 

source:communistes.org   (12 décembre 2011)

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !