Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 00:18

130825-monument-commemoratif-plougonver--garzonval-.jpgL’horreur identitaire est plus que jamais à l’œuvre en Bretagne.


À Garzonval, depuis près de 70 ans la population d’un village, toutes tendances politiques confondues, se rassemble autour d’un hommage aux jeunes résistants assassinés le 16 juillet 1944 par les miliciens du Bezen Perrot, nationalistes bretons sous uniforme SS, auxiliaires des nazis.


C’est autour de cet épisode que s’est construite l’enquête que j’ai menée aux archives et que j’ai publiée sous le titre Miliciens contre maquisards  (à l’origine, simplement car mon père avait échappé à la rafle qui devait amener à l’assassinat de ces résistants).


 À partir d’une photo volée sur un site qui évoquait cette cérémonie, Breiz Atao a produit un specimen de prose nationaliste caractéristique.  Si c’est la vulgarité haineuse du ton qui frappe dans un premier temps  (car on est, malgré tout, en Bretagne, encore habitué au respect dû aux morts), elle résulte, on le voit ici, du fait que les valeurs nationalistes sont l’expression des valeurs petites-bourgeoises les plus vulgaires : seul l’appât du gain peut animer un auteur, seul le lucre fait foi et l’âge détermine la valeur de la cause — le tout au nom d’une petite propriété ethnique à garder névrotiquement propre, comme la ménagère garde son petit chez-soi.


 Le côté grotesque de la chose n’a pourtant rien de drôle : le  responsable du site Breiz Atao vient d’être lourdement condamné pour ses propos racistes et se trouve sous le coup d’une triple assignation pour « apologie de crimes contre l’humanité, provocation à la haine raciale et contestation de crimes contre l’humanité » sur dossier de la section de Rennes de la Ligue des Droits de l’Homme.

 

 

 

 

*

 

Dans le même registre, le même site fait la promotion d’un essai intitulé Joli mois de mai 1944, la face cachée de la Résistance en Bretagne. Son auteur, un nommé Mervin, acharné à dénoncer la Résistance pour absoudre les nationalistes collaborateurs des nazis (notamment l’abbé Perrot), s’est déjà signalé par la publication d’un essai scandaleux intitulé Arthur et David (diffusé, lui aussi, par la Coop Breizh).


Le confusionnisme pratiqué avec constance par le mouvement nationaliste breton s’appuie ici sur une méthode drastique de réécriture de l’histoire : les faits qui dérangent sont falsifiés ou occultés de telle sorte que seules les personnes qui en ont une connaissance précise soient à même de les rectifier — mais à quoi bon les rectifier puisque tout se perd dans un fatras de faits orientés ?

Un exemple de fait falsifié : Marcel Menou, le menuisier dont je donne le témoignage dans Miliciens contre maquisards, explique que Guillaume Le Bris n’était pas enfermé dans la cave du notaire de Bourbriac comme les autres prisonniers mais allait et venait librement dans la journée. Version Mervin : Marcel Menou atteste que Guillaume Le Bris est resté du 11 au 16 dans la cave — manière chafouine de lui faire dire exactement le contraire de ce qu’il a dit…


Un exemple de fait occulté : la dernière action de la « compagnie Tito », à savoir l’attaque à main armée du marchand de tissus de Bourbriac, est passée à la trappe.


En effet, la thèse du livre, à savoir que les gaullistes étaient des incapables et les résistants communistes des malfrats, souffre une exception : un bon résistant, Georges Ollitrault, membre puis chef de la « compagnie Tito », montre ce qu’il fallait faire et expose tout au long du livre sa version des faits — version forcément tendancieuse puisque orientée par le souci d’héroïser ou de légitimer les actions de la « compagnie Tito » (dont j’ai dû montrer les conséquences désastreuses et rappeler que la Gestapo de Saint-Brieuc y avait des « indicateurs à sa solde » (Milciens contre maquisards, réédition, p. 399).


L’épilogue du livre en résume  la teneur : Georges Ollitrault et le milicien Miniou du Bezen Perrot, dont j’évoque le rôle dans Miliciens cotnre maquisards, se retrouvent chez l’auteur et se congratulent en raison de leur « capacité de s’engager pour une cause ». Quelle cause ? Quelle importance ? « Les deux anciens promettent de se revoir ». Le résistant serre la main du SS (que Mervin ne nomme pas mais désigne, en grand héros secret, sous un nom de code, BP3.).


Un livre dangereux car des personnes qui, de bonne foi, s’intéressent à la Résistance peuvent se laisser abuser.

 

 

Françoise MORVAN

(18/08/2013)

 

source: le blog de Françoise MORVAN

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Bretagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !