Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 21:54

141027-transition-énergétique-privatisation-des-barrages-L'Hermine Rouge se fait le relais de ce communiqué des camarades isérois du PRCF.

 

A Grenoble, la distribution de l’électricité et du gaz, ainsi que l’éclairage public sont historiquement assurés par un service public dédié. La droite lors de son passage à la municipalité a entamé le processus de privatisation, poursuivi ensuite par le PS. Il faut dire que sous la contrainte des directives européennes et du dogme de la concurrence libre et non faussée, difficile voir impossible de conserver des services publics : libéraliser, privatiser, c’est ouvrir de nouveau marchés pour le Capital toujours plus vorace. Tant pis pour les usagers et les contribuables qui vont passer à la caisse pour les profits des actionnaires de ces multinationales.

 

 

GEG : éclairage public ou Union européenne, il faut choisir (24/10/2014)

141027-geggif.gifAu conseil municipal du 20 octobre, la municipalité de Grenoble a entériné l’attribution d’un marché d’entretien et de rénovation de l’éclairage public de la ville au groupement privé Vinci Citeos constitué des multinationales Vinci et Bouygues pour les 8 prochaines années – acceptant de fait la libéralisation de ce service public – mettant en difficulté la société publique GEG qui s’occupait de cette gestion depuis 1983.


Dans quel cadre s’inscrit la crise que traverse GEG et ses salariés ?


L’ouverture à la concurrence et la réalisation d’un marché unique à l’échelle européenne s’inscrivent dans le cadre de la politique énergétique de l’UE.


Conséquence l’UE a imposé aux pays membres en toute complicité avec le grand capital de chaque pays de l’UE, les partis de droite et de la fausse gauche, de briser les services publics de l’énergie.En France, le marché de l’électricité et du gaz est ouvert à la concurrence et les conséquences sont la liquidation plus ou moins camouflé du secteur public, et la privatisation au secteur privé. Rappelons qu’en ce moment, PS et EELV en application des directives européennes sur le marché de l’énergie viennent de voter avec la loi de transition énergétique la privatisation des barrages hydroélectriques. Au delà du scandale économique digne de celui de la privatisation des autoroutes (qui menace la rocade de Grenoble !), cette privatisation intéressent directement les Isérois qui sont gravement menacés en cas d’accident sur ces ouvrages.Et le gouvernement engage la privatisation des réseaux de transport d’énergie.


Dans le cas de GEG, on refile ce qui devrait être une régie publique à Vinci et Bouygues, les requins bien connus, en application des obligations européenne d’ouverture à la concurrence. Et cela contre l’engagement 23 de la liste Piolle qui parlait d’un service public de l’énergie et de la dénonciation des délégations en cours.


Bien sûr c’est le PS et ses satellites – qui devraient être un peu plus gênés aux entournures en ce moment – qui ont initié cette mise en concurrence dès 2012, achevant l’œuvre commencée dès 1986 par la droite, de privatisation du service public de l’énergie de Grenoble, dans les conditions que l’on sait… Ne parlons donc même pas de l’UMP ou du FN qui sont les « fondés de pouvoir » du MEDEF, des grands patrons et de l’UE.


Si la municipalité Piolle tournait le dos à ses engagements les Grenoblois et les partis démocratiques devront en tirer toute les conséquences.


On se souvient des liens « fraternels » qui unissaient Sarkozy à Bouygues et Antoine Zacharias l’ex-PDG de Vinci qui était le chef d’entreprise du CAC 40 le mieux payé de France, son salaire annuel était passé de 2,9 millions d’euros en 2003 à 3,3 M EUR en 2004, puis 4,2 M EUR en 2005. Mais le changement a aussi eu des répercussions en cascade sur l’indemnité de départ (12,8 M EUR) et sur la retraite complémentaire annuelle (2,1 M EUR), calculées à partir du dernier salaire annuel, lequel venait justement de flamber. Voilà le genre de ceux à qui veulent faire main basse sur l’énergie.


Le PRCF condamne donc ce projet de privatisation et exige son abandon. Il soutient les revendications des travailleurs de GEG et félicite ceux-ci pour leur combattivité et leur inventivité dans la lutte.


Nous dénonçons une fois de plus, et il est regrettable que toutes les forces progressistes et syndicales s’en abstiennent, à la fois l’Union Européenne du grand capital et toutes politiques qui mettent en œuvre sa politique de destruction des conquêtes sociales, des services publics et de la souveraineté populaire et nationale.

 

 

PRCF 38

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !