Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 22:07

141106-revolution-doctobre1.jpgL’URSS s’est effondrée. Le capitalisme étend ses tentacules sur toute la planète. Le spectre de la guerre mondiale hante les plus lucides. Le fascisme qu’on croyait enterré dans les ruines du Reichstag montre de nouveau son masque hideux en Europe et dans notre pays. La social-démocratie a muté en social-libéralisme. Des partis communistes en organisations réformistes.

L’exploitation capitaliste et son cortège d’inégalités, de misère, de chômage de masse s’étend comme un cancer et face à lui des directions syndicales qui ont abandonnées la lutte pour une honteuse collaboration.

Que faire ?

La Révolution d’Octobre dont nous célébrons le 97e anniversaire peut-elle contribuer à donner la réponse?


141106-Lenine-tableau-de-serov2.jpgLe parti bolchevik forgé entre 1902 et 1917 va se trouver en capacité d’obtenir le soutient de la classe ouvrière de l’empire tsariste et des masses populaires avec en particulier la paysannerie, autour d’un programme politique qui se résumait au mot d’ordre : la Paix, la Terre, le Pain ce qui impliquait en Russie et dans tous l’empire d‘exproprier les grands propriétaires terriens, les grands capitalistes russes ou étrangers donc de jeter les bases du socialisme. D‘arrêter la guerre avec les puissances centrales, ce qui sera fait à Brest-Litovsk, malgré une paix de rapine imposée par l’Allemagne, car pour Lénine il s’agit de hiérarchiser les problèmes et sauver la Révolution. Pour permettre à ces objectifs il faut organiser un nouveau pouvoir populaire, authentiquement démocratique, ce qui est en gestation dans le Soviets, les Conseils, regroupant ouvriers paysans et soldats. D’où le mot d’ordre de la Révolution dirigée par les bolcheviks « Tout le pouvoir aux Soviets ! ». Rappelons que les mencheviks, les réformistes dirigés par Kérensky, furent incapables à la fois de défendre les acquis de la révolution de février, ce furent les bolcheviks qui y parvinrent en faisant échouer le putsch de Kornilov, et d’obtenir ce qu’exigeaient la masse des soldats-paysans et les ouvriers, la fin de la boucherie impérialiste, la paix.


141106-usa repression-liberté-américaine3Sur le gratte-ciel en haut à droite « Wall Street ».
A gauche, en haut « liberté de la presse » à travers un porte-voix qui produit tous

les journaux (les canards) ; en bas « liberté d’opinion » sur un arrière plan de prison…

À droite, en haut « liberté individuelle » devant un arbre auquel est pendu un noir,

des membres armés et cagoulés du Ku-Klu-Klan ; en bas « liberté de réunion et de

manifestation » un camion bourré de policiers et de soldats fonce sur une manifestation.


Face à ce nouveau pouvoir « mille fois plus démocratique que la plus démocratique des démocraties bourgeoises » dira Lénine, les puissances capitalistes vont déchainer contre la Russie révolutionnaire une guerre totale, appuyant les contre-révolutionnaires tsaristes et pogromistes et intervenant directement pour tenter d’écraser les communistes. C’est l’époque où Churchill désigne « les bolcheviks comme ennemis du genre humain » et l’Etat des Soviets comme « une conjuration mondiale visant à renverser la civilisation ». Lénine et les bolcheviks parviennent dans des conditions inouïes à tenir, contre-attaquer et vaincre.

Dans des conditions inouïes, tenir, contre-attaquer et vaincre

141106-front-populaire-217x300-4.jpgComment ce « miracle » s’est il produit ? Lénine a mené une politique d’alliance, de front, d’unité. Unité, alliance et front des masses populaires paysannes et ouvrières sur la base des conquêtes d’Octobre : la Paix, le Pain et la Terre. L’emblème du parti bolchevik, la faucille et le marteau, symbolise cette politique d’alliance, vaste rassemblement du peuple contre les anciennes classes dirigeantes qui à l’ombre des baïonnettes des gardes blancs récurèrent leurs terres et les usines dressant contre eux la masse du peuple. Alliance sous la direction de la classe ouvrière qui concrètement devient la classe nationale, contre les interventionnistes étrangers, le classe révolutionnaire qui conduit toutes les autres composantes du peuple vers les objectifs sociaux, politiques voulues par les masses. Là est le secret du miracle, avoir su unir les masses sur des objectifs concrets, expression de la volonté des masses. Le génie de Lénine est d’avoir su exprimer tous ces élément en une ligne politique qui rencontrait l’assentiment des peuples de l’ancien empire d’autant que sa politique des nationalités brisait la domination grand-russe du tsarisme.


141106-CCCP_22-5.jpgConstruction d’un parti d’avant-garde, politique d’alliance des classes populaires, rôle dirigeant de la classe ouvrière, non pas proclamé mais acquis par l’intelligence de la situation, des ses contradictions et de la compréhension des dynamiques contenues dans ces contradictions, bref « l’analyse concrète de la situation concrète« , c’est ainsi que Lénine et le parti bolchevik put vaincre.


La victoire de cette révolution fut le socle de la construction de l’Internationale Communiste, des partis communistes dans le monde, de l’édification du premier État ouvrier et du socialisme en Russie devenue en 1922 l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, de la victoire contre le fascisme/nazisme qui sauva non seulement l’URSS, non seulement tous les peuples et les nations occupées par les fascistes mais la civilisation. De la naissance du bloc socialiste avec l’Europe de l’Est et la Chine rouge. Du grand arrière pour toutes les luttes de libération nationales et toutes les luttes ouvrières, démocratiques, révolutionnaires et patriotiques dans le monde.


Pourtant l’URSS s’est effondrée. Pourtant Berlinguer, secrétaire général du PC Italien le plus grand parti communiste d’un pays capitaliste, proclamait la fin de « la force propulsive de la Révolution d’Octobre ».

Alors, fini la force propulsive de la Révolution d’Octobre?

Alors ?

Alors il faut faire deux efforts. Le premier consiste à adopter une vision historique.Le second consiste à adopter une vision politique.


Historiquement ce qui fut ne peut plus être. Les conditions spécifiques, particulières d’Octobre ne se reproduiront pas.Nous ne prendrons pas le Palais d’hiver.


Politiquement nous devons affirmer, en opposition totale avec Berlinguer, que la force propulsive d’Octobre est bien vivant et active.


Acte de foi ? Certainement pas. Affirmation identitaire? Encore moins. Si on ossifie Octobre, si on le momifie, si on le met dans un mausolée et qu’on s’agenouille trois fois par jour devant il est évident que la propulsion n’aura rien à y gagner. En revanche si on considère que méthode léniniste est la bonne, à savoir analyse concrète de la situation, des contradictions et des rapports de forces, détermination de l’ennemi principal et donc politique d’alliance, en terme de classes, pas uniquement d’appareil ou électoral évidement,alliance ne voulant pas dire absence de démarcation entre révolutionnaires et réformistes, depuis le Congrès de Tours nous devrions le savoir, vision claire et dynamique de ce dont une situation est porteuse, « souplesse tactique et fermeté stratégique« , rejet des postures dogmatiques au profit d’une lucidité d’acier et d’une vison en perspective, dynamique alors ces leçons-là d’Octobre, vivifiées par les leçons du VIIe Congrès de l’IC alors dirigée par Georges Dimitrov et Joseph Staline, vivifiées par la grandiose épopée des Résistances antifascistes et patriotiques, animées partout par les communistes, alors oui nous pouvons sans crainte de nous tromper que la force propulsive d’Octobre est intacte.

Ouvrir une perspective concrète rencontrant l’expérience populaire pour retrouver l’énergie d’avancer :

.


141106-lénine-révolution-doctobre-6Si on a une lecture dogmatique, économiste ou opportuniste d’Octobre, il est évident qu’on le dénature et que soit on le tue en le sanctifiant, soit on le tue en le reniant. Or Octobre et sa force propulsive c’est justement que le léninisme est le contraire et du dogmatisme et du révisionnisme. Gramsci avait bien vu la question face aux dogmatiques-opportunistes de la IIe Internationale en répliquant à leurs jérémiades et leurs faux-semblants que « Octobre était une révolution contre le Capital » : Lénine ne s’agenouillait pas chaque matin devant les icônes de Marx et Engels, récitant son mantra de citations, il les faisait vivre. Il en faisait une force propulsive par sa compréhension de la dialectique marxiste et une force matérielle en faisant en sorte que les masses s’emparent de façon créatrice de la stratégie définie par le parti.


Aujourd’hui Octobre est force propulsive à condition d’en tirer « la substantifique moelle » en élaborant une stratégie politique capable d’ouvrir une perspective concrète aux masses. Une politique au contenu de classe exigeant qui rencontre l’expérience populaire: les « 4 sorties »de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme, et la nécessaire renaissance du Parti communiste, qui impliquent tous deux l’unité d’action d’abord puis l’unité des communistes, et un Front Antifasciste Populaire et Patriotique.


Mettons en œuvre la ligne léniniste de notre temps avec audace et détermination. « Octobre 1917 c’est la Commune qui vaincra » dit justement la chanson révolutionnaire. Nous soyons l’avenir d’Octobre, car Octobre a perdu une bataille, il n’a pas perdu la guerre. Pour la bonne et simple raison que la lutte des classes continue.

Poursuivons sa force propulsive et nous vaincrons !

Antoine MANESSIS

http://www.initiative-communiste.fr

 

 

 

  

Octobre -par Serge Eisenstein

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Histoire-Mémoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !