Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 12:37

Alexander Zakharchenko est le Premier ministre de la République populaire de Donetsk. Ce n’est pas là le ronron habituel d’une conférence de presse ordinaire, il s’agit de la formation d’une structure  cadre, celle d’une armée de résistance. Plus seulement d’une milice de résistance. Il y a une grande différence : la première relève d’un territoire, la seconde d’un État.


La conférence d’Alexander Zakharchenko
sous-titrée en français

 

 

 


 

 

 

Tout au long de la conférence de presse, le ton  a été à la mode russe typique, où les choses sont minimisées en surface, mais si on prend bien la mesure des mots employés, alors il s’agit d’une grave escalade dans le jeu. Et c’est un cadre de direction pour le reste de la phase ukrainienne de ce conflit.


L’explication parfaitement structurée des événements par le ministre de la Défense est une indication claire de la façon dont la population de l’est du pays a pris cette situation au sérieux. Ils savent exactement ce qu’ils ont à affronter et ils envoient un signal fort : nous sommes prêts mentalement, émotionnellement et physiquement.


Ils ne représentent plus désormais une milice constituée de bric et de broc. Il s’agit désormais d’une machine de guerre bien huilée, avec des volontaires internationaux venant se rallier à la cause. Cela bien que, étant toujours gens à jouer selon les règles, les Russes aient laissé une porte ouverte à la négociation.


Alexander Zakharchenko fixe clairement l’offre des Novorossiens, quand il a dit : « Vous n’avez pas à reconnaître notre statut, seulement à nous laisser tranquilles à l’intérieur de nos frontières des Républiques de Donetsk et de Lougansk ». Les Russes, bien entendu, aimeraient que cette question soit résolue le plus tôt possible. Même si je doute un peu qu’ils le veuillent vraiment. Un renversement de la dynamique actuelle sous un prétexte de paix serait peut-être la plus grosse erreur qu’ils puissent faire aujourd’hui. Cette machine de guerre est déjà allée trop loin.


La crise en Ukraine n’est rien d’autre qu’une campagne de nettoyage ethnique commune conduite par les États-Unis et l’Union européenne par l’intermédiaire de leur division SS en Ukraine. C’est vraiment aussi simple que cela. Hésiter maintenant signifierait une mort certaine demain. Il n’est plus possible de faire confiance à l’Union européenne et aux États-Unis. La seule solution est à présent le contrôle total de l’Ukraine : Kiev doit être libérée.

Cette conférence de presse a servi non seulement à exposer ce qui se passe, mais aussi à faire passer de façon soigneusement coordonnée quelques messages clés. Parmi les principaux :


La férocité de la guerre


Ici ou là se trouve mise en avant la guerre futile qui verrait les mineurs, les agriculteurs et tous les Ukrainiens de l’Est qui travaillent dur prendre les armes. Et l’on ajoute que si cela devait se produire, Kiev n’aurait aucune chance.


Le nombre de victimes du côté de la junte est mis en évidence, avec une connaissance claire des faits et des chiffres relatifs à l’ennemi. Les mères sont averties de que qu’une lettre annonçant un « disparu au combat » est selon toute vraisemblance un certificat de décès.


Un rejet de la narration traditionnelle destinée au grand public et une proposition pour la paix


On dit aux mères (des conscrits de l’armée) « … n’envoyez pas vos enfants ici. Laissez-nous tranquilles. Laissez-nous vivre libres et en paix ». Et on leur rappelle que la guerre a été imposée à l’est de l’Ukraine. Un moyen d’en sortir est même offert lorsqu’il en est appelé à « … une conscience politique, une volonté et un courage qui sont ceux d’une homme véritable » pour arrêter l’opération (la prétendue opération anti-terroriste).

La patience dont fait preuve la résistance est tout bonnement exceptionnelle : même après tout ce qui a été dit, ils affirment « Vous n’avez pas à reconnaître notre statut, mais seulement à nous laisser tranquilles à l’intérieur de nos frontières des Républiques de Donetsk et de Lougansk, et nous nous dirons au revoir ».


Le symbolisme et les révolutionnaires internationaux au Donbass


Il faut noter ici que le symbolisme des troupes paradant comme il avait été fait à Moscou en juillet 1944 [1] est une tactique très forte au plan émotionnel. D’un coup d’un seul, cela met vraiment les choses en perspective pour la babouchka et Joe le ventre à bière moyens. Car non seulement cela fait montre d’une solide connaissance de l’histoire de la résistance, mais cela fixe également les paramètres de la discussion.


Le récit se trouve complètement refondu et à bon escient, lorsque la résistance met en évidence la question fondamentale : il s’agit d’une attaque nazie parrainée par les USA et l’UE contre une Ukraine orientale pacifique.


Mais ce n’est pas tout, on nous dit aussi qu’il y a dorénavant des volontaires internationaux en Ukraine. Il est même question d’inviter des personnels de la Marine française à combattre au sein de la résistance anti-fasciste. Si cela était vérifié, alors ce serait très grave [2].

Nous avons déjà vu un combattant de la liberté espagnol [3] et même un combattant afghan, qui disait rembourser sa « dette » pour tout ce que l’Union soviétique avait fait pour lui [4]. Assurément un cauchemar en matière de relations publiques pour la presse occidentale !

Quelle personne saine d’esprit pourrait gober cet étrange clafoutis concocté par la propagande pro-nazie, dont tous les porte-paroles impériaux nous jouent la musique !? Mais hélas, ce point de repère de l’absurdité qu’est la BBC vit encore, au pays des contes de fées, si l’on s’en réfère à sa dernière dénonciation de soldats russes envahissant l’Ukraine [5]. A n’en pas douter, la planète Neptune est un étrange endroit.


Un rejet de la fédéralisation


Répété à l’envi par les gelées protoplasmiques de l’UE (de même renommée que Boris Johnson, le maire de Londres),  ce verbiage, qui arrive alors que la partie est déjà jouée, est rejeté catégoriquement par :

« Permettez-moi de préciser. Nulle fédéralisation n’est plus possible aujourd’hui. Il est un temps pour tout. Nous avons demandé la fédéralisation il y a 3 mois, puis nous avons demandé une autorisation d’organiser un référendum. Ce temps est révolu, maintenant nous voulons vivre de façon autonome ».


La formation d’un État


Juste au moment où prenait fin le barrage dressé à l’encontre des points de vue visant à prendre le contre-pied de la version des nazis, la résistance a mentionné quelque chose qui, je crois, traduit la volonté inébranlable du gouvernement. Un gouvernement qui dispose maintenant d’un ministre de la Défense et d’une armée. Et remarquez comment le rôle clé d’instrument de protection de celle-ci devient le thème majeur ici.


Ce point est davantage encore mis en avant par le débat sur la peine de mort et son rétablissement par le Conseil suprême. A savoir le Conseil de la République nationale de Donetsk.


Ce n’était pas seulement une conférence de presse, mais une véritable revue des choses : définition des frontières, illustration de la réalité du terrain, conditions de la paix, confirmation des hostilités et même une petite référence au génocide du projet concernant le gaz de schiste dans l’est de l’Ukraine [6].


Il s’agit d’un État-nation, qui sera très probablement une rampe de lancement pour la libération de Kiev. La junte et ses proxénètes à Washington doivent être en ce moment pris de convulsions, et doivent même en avoir l’écume à la bouche, pour être précis.


AE (vineyardsaker.co.nz)
Traduit par Goklayeh pour vineyardsaker.fr

 

Notes

[1] Le défilé des prisonniers de guerre en juillet 1944 à Moscou: (youtube, russe)

[2] DUkraine : des experts français rejoignent les combattants rebelles (thelocal.fr, anglais, 25-08-2014)

[3] Des combattants espagnols dans le Donbass (youtube.com, anglais, 04-08-2014)

[4] Le combattant afghan de la liberté au Donbass  (youtube, anglais sous-titré en russe)

[5] La BBC : des Russes en Ukraine (encore une fois) (bbc.com, anglais, 26-08-2014)

[6] Naked Goals of Ukrainian Genocide – Part I (slavyangrad.org, anglais, 22-06-2014)

Source : The war in Ukraine enters the next stage (vineyardsaker.co.nz, anglais, 26-08-2014)

Retrouvez toutes nos vidéos sous-titrées en français (et en d’autres langues) sur notre chaine Youtube TheFrenchSaker TV


Pour  approfondir

 

source: http://www.vineyardsaker.fr [26/08/2014]

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !