Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 01:39

celac2.jpg

 

 

Samedi dernier s'est achevé, à Caracas, au Vénézuela, le sommet fondateur de la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraibees, avec l'adoption d'une déclaration constitutive qui reconnaît « le droit de chaque nation à construire en paix et librement son propre système politique et économique ».

 

La création de la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraibes (CELAC), sans la présence des Etats-unis ni du Canada, montre bien comment cette partie du globe prend ses distances avec le mode d'organisation de l'Union européenne qui fut un temps présenté comme un modèle d'intégration régionale à suivre.

La CELAC se pose comme un espace de dialogue et de négociation, sans précédent dans le système des relations internationales actuel, où toutes les initiatives d'intégration sont sous la coupe d'un centre hégémonique impérialiste.

Dans la déclaration finale, est posé le principe de « coopération et de mise en œuvre de politiques sociales visant à la réduction des inégalités (…) afin de rendre les nations capables de remplir et de dépasser les Objectifs de développement du Millénaire ».


La CELAC défend comme axe central de son action la complémentarité dans les relations économiques Sud-Sud pour la réduction des asymétries entre les 33 pays d'Amérique latine et des Caraïbes qui la constituent.

 

En plus de la déclaration fondatrice, fut adoptée une autre défendant de la démocratie où est posé très clairement : « la validité de l’État de droit, le respect des autorités légalement constituées, la non-ingérence dans les affaires internes et la défense des institutions établies »,comme garantie indispensable à la paix dans la région.

 

Dans ce document, il est précisé que la menace de rupture de l'ordre constitutionnel dans un pays met en péril la CELAC et donc déclenchera des mécanismes de dialogue, d'analyse et de contrôle afin de prendre les décisions nécessaires. Il apparaît clairement que les problèmes seront réglés en famille, sans pression de la Maison Blanche, qui tout au long de l'histoire latino-américaine et caribéenne a décidé unilatéralement d'invasions, de coups d’État, de guerres intestines.

Le Plan d'action de Caracas, une sortie de feuille de route en vue du travail commun, insiste su la nécessité de créer des outils afin d'améliorer les capacités de financement du commerce inter-régional et d'empêcher les crises, tout comme de limiter l'impact de celles extra-régionales en maintenant des politiques fiscales et monétaires saines.

 

Il est donc proposé d'avancer dans la conception d'une nouvelle architecture financière régionale reposant, entre autres, sur les principes de justice, solidarité et transparence. Également proposé la transformation des institutions financières internationales, avec un poids nécessairement plus important, en terme de voix, des pays en développement à l'intérieur de ces organismes.

 

Parallèlement à la question des échanges commerciaux, ont été mis à l'ordre du jour les enjeux des infrastructures, de l'énergie, du développement, de l'éradication de la pauvreté, des échanges culturels, de la protection de l'environnement, de l'aide humanitaire, de la protection des migrants et de la démocratisation des technologies de l'information et de communication.

 

La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) a souligné que les 33 pays qui forment la CELAC, représentent 580 millions d'habitants, 8,5% de la population de la planète, avec un revenu par tête de 8 980 $. Le PIB latino-américain et caribéen représente 8% de la production mondiale.

 

Compte tenu de ce terrain d'opportunités, avec un besoin d'investissement et d'intenses relations non seulement commerciales et économiques mais aussi politiques, il n'est pas étonnant que seule la Chine, le géant asiatique, ait envoyé une lettre au président hôte du Sommet, Hugo Chavez, pour saluer et se féliciter de la fondation de la CELAC.

Dans le même temps, le président du Nicaragua Daniel Ortega a suggéré de jeter un coup d'oeil du côté de l'Europe pour ne pas commettre les mêmes erreurs : « Il est important de regarder l'exemple de l'Union européene pour ne pas soumettre l'unité latino-américaine à la dictature du libre marché et du capital financier spéculatif. Notre unité, nous devons la soumettre aux principes de souveraineté », a-t-il affirmé.

 

 

source-solidarité internationale PCF (15 décembre 2011)

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Planète
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !