Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 20:58

 

140921-frontdegauche-.jpgDe droite à gauche, Jean-Luc Mélenchon (PG), Pierre Laurent (PCF), Clémentine Autain (Ensemble), Marie-Pierre Vieu (PCF) et Eric Coquerel (PG) lors de l'inauguration du stand Front de gauche, le 13 septembre à la Fête de L'Humanité. Photo Kenzo Tribouillard/AFP

 

Comme l'a de nouveau montré la Fête de l'Humanité, qui s'est achevée dimanche 14 septembre à La Courneuve, le Front de gauche tente péniblement de tourner la page électorale de 2014 et des déchirements internes qui l'ont accompagnée. Une note de l'IFOP sur les européennes, rédigée pour la Fondapol et à paraître prochainement, devrait cependant faire réfléchir ceux qui seraient tentés de regarder vers d'autres horizons.


"Le divorce serait très coûteux pour le PCF comme pour le PG, constate Jérôme Fourquet, auteur de la note et directeur du pôle Opinions de l'IFOP. Malgré des résultats décevants, les deux s'épaulent mutuellement, ajoute-t-il. Ça permet à Jean-Luc Mélenchon d'exister et de s'appuyer sur des réseaux pré-existants. Ça offre au PCF une bouffée d'oxygène et lui permet d'enrayer un déclin inéluctable. Sans le Front de gauche, la situation serait selon nous catastrophique pour les communistes." 


"Stabilité décevante"


Miné par les divisions internes, le Front de gauche n'a obtenu que trois élus aux européennes et, avec ses 6,33% des voix, s'est vu ramené à ses scores de 2009 (6,05% des suffrages). A l'époque, la toute jeune coalition qui rassemblait le PCF, le PG et la Gauche unitaire avait réussi une percée non négligeable et obtenu quatre députés européens. Héritier du "non" à la Constitution européenne de 2005, le Front de gauche avait réussi à créer une petite dynamique autour du "rassemblement" et se payait même le luxe de passer devant le NPA d'Olivier Besancenot (4,88%).


Cinq ans plus, l'atterrissage est rude. Certes le Front de gauche ne perd pas de voix et en gagne plus de 200 000 (1 million contre 1,2 million). Mais après les 11,10% de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, le rassemblement de la gauche radicale pouvait espérer faire mieux, surtout à un moment où les socialistes sont en difficulté. "Le contexte leur était favorable après deux ans de gauche au pouvoir et une crise économique qui s'enracine mais leurs résultats montrent une stabilité décevante", constate M. Fourquet.


Les déchirements des municipales ont sérieusement handicapé la campagne. Non seulement le Front de gauche ne séduit pas les mécontents de François Hollande mais il ne récupère pas non plus les voix de l'extrême gauche en perte de vitesse. Le NPA et LO passent en effet de 6,1% en 2009 à 1,6% en 2004 sans que le Front de gauche ne parvienne à capter cet électorat. "C'est une immense déception : le Front de gauche perd sur les deux tableaux, relève M. Fourquet. Même l'électorat le plus à gauche est déboussolé et ne croit pas aux solutions prônées par la gauche de la gauche."


Pour le politologue, ce constat est d'autant plus sévère que, malgré le discours contre "les politiques austéritaires" du PCF et du PG, c'est l'extrême droite qui paraît en profiter. "Le Front de gauche peine à incarner un débouché politique à cette colère sociale qui s’exprime d’abord au travers du vote FN, dont le programme et le discours semblent plus en phase avec les attentes et la vision du monde des électeurs vivant dans les zones les plus touchées par la crise", juge M. Fourquet.


L'"équation personnelle" de Mélenchon


Il y a bien sûr "l'équation personnelle" de Jean-Luc Mélenchon, réélu dans le Sud-Ouest avec 8,6 % des voix (contre 8,1% en 2009). Si ce dernier réalise ainsi le meilleur score du Front de gauche, il ne réussit pas à égaler son résultat de la présidentielle. Le vote Front de gauche s'organise par ailleurs pour l'essentiel autour des emprises communistes traditionnelles. C'est dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, la Lorraine métallurgique, les mairies communistes de la région parisienne, une partie du Centre-Bretagne, le Massif Central, la Dordogne, la Corrèze ou encore dans ce qui reste du "Midi rouge" dans les Bouches-du-Rhône que la coalition atteint ses meilleurs performances.


M. Fourquet va même jusqu'à parler de "communisme zombie"  dans d'anciennes communes minières, comme Billy-Montigny (22,9%) et Sallaumines (18,4%) dans le Pas-de-Calais, Chamborigaud (24,5%) dans le bassin minier d'Alès ou encore Corsavy (25,5%) dans le massif du Canigou. "La traduction électorale perdure localement alors que les conditions socio-économiques ayant prévalu au développement d'une conscience de classe et à un fort vote de gauche ont disparu depuis longtemps", note-t-il.


Si les traditionnelles places fortes du PCF ont permis au Front de gauche de résister, ses résultats sont cependant en recul dans certains de ses fiefs par rapport à 2009. C'est notamment le cas dans le Nord-Pas-de-Calais, dans le Massif Central ou dans une moindre mesure dans la "banlieue rouge". "A ce phénomène d'érosion assez générale du vote communiste dans les bastions historiques du PCF – une tendance de fond que la création du Front de gauche n'a pas réussi à enrayer – est venue s'ajouter la non-présence sur la liste d'élus locaux communistes qui avaient tiré localement sur leur seul nom les scores du Front de gauche en 2009", constate M. Fourquet.


"Notables communistes"


C'est ainsi à Saint-Pierre-des-Corps, cité cheminote de la banlieue de Tours où l'ancrage du PCF est ancien et solide, que la baisse a été la plus forte (22 points) malgré un score qui reste très élevé (21,1%). En 2009, c'est la sénatrice et maire communiste de la ville, Marie-France Beaufils, qui était tête de liste. Cinq ans plus tard, son remplacement par Corinne Morel-Darleux, une conseillère régionale PG de la Drôme (département qui ne fait pas partie de la circonscription), aura donc eu un coût électoral très élevé pour le Front de gauche.


"L'équation personnelle des notables communistes constitue un vrai atout électoral pour le Front de gauche dans la mesure où cela lui a permis localement d'élargir son audience bien au-delà des seuls électeurs PCF ou PG", souligne M. Fourquet. D'où l'importance pour le PCF de sauvegarder son implantation locale. Ce qui passe par des alliances avec le PS comme aux municipales quitte à se fâcher avec ses partenaires du Front de gauche. "L'apport des maires communistes est important pour structurer la géographie du vote et la ligne d'autonomie clamée par Mélenchon ne peut pas aller plus loin : s'émanciper complètement du PS présente un risque trop grand pour le PCF", conclut le politologue

 

Raphaëlle Besse Desmoulières

 

 

source: http://gauche.blog.lemonde.fr [15/09/2014]

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans France
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !