Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 13:57

120213-Le-Parti-de-l-etrangere.gif

Le Parti de l'étrangère - Marine Le Pen contre l'histoire républicaine de la France

 

Poche
Paru le 19 janvier 2012
Editeur: Tribord
Collection : Flibuste
Nb. de pages: 192 pages
Prix: 6,00 €

Résumé-Lorsque quelques campagnes du Front national, par voie d'affiches, ont tenté de récupérer de grands personnages historiques issus de la gauche, ou de la Résistance, et en particulier Jaurès dont il est un fin connaisseur de l'œuvre, il n'a pu accepter de voir l'histoire de France si souvent travestie et déformée par la présidente du Front national.
Devant les tissus de contre-vérités, de calomnies, de falsifications historiques qui nourrissent systématiquement ses discours et les symboles qu'elle agite, il lui est apparu comme un enjeu de première importance de rétablir la vérité, de raconter les faits, de remettre à l'endroit ce qu'elle met à l'envers. Le FN est engagé méthodiquement depuis sa création dans une entreprise consciente de manipulation idéologique et, donc, de l'histoire.
Il apparaît déterminant qu'une gauche authentique réponde et rende les coups. En plus de cela, cet ouvrage entend aussi répondre à une question. Existe-t-il depuis janvier 2011, sous l'impulsion de Marine Le Pen, un "nouveau Front national" ? Beaucoup l'assurent. Avec elle, à les entendre, ce ne serait plus le même parti, elle n'aurait plus les mêmes obsessions que son père ni la même idéologie. Au contraire, Alexis Corbière, dans cet ouvrage, s'appuyant sur l'histoire des mouvements d'extrême droite, tend à démontrer que Marine Le Pen est encore plus radicale que son père et plus conséquente que lui pour gouverner demain.
On peut aisément la qualifier de fasciste, bien qu'elle intente des procès à quiconque la qualifie de la sorte.

L'auteur en quelques mots... Alexis Corbière a derrière lui 25 années d'engagement militant, et est un dirigeant connu à gauche de la gauche.
Il a été successivement vice-président de l'UNEF, membre du Bureau national de SOS Racisme, du Comité central de la Ligue communiste révolutionnaire (aujourd'hui NPA). Il a été, à ce titre, le co-auteur avec François Delapierre d'un ouvrage intitulé "Un Apartheid à la française - Dix réponses à la préférence nationale" paru aux Editions Bérénice en 1999 ( 5.000 exemplaires vendus ). Il est aujourd'hui membre du Bureau national du Parti de gauche, on peut dire à ce titre qu'il est un très proche du candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle.
Elu à Paris depuis 2001, il est adjoint au maire du 12è arrondissement et Conseiller de paris. A ce titre, il s'est fait connaître pour avoir déposé une proposition en faveur d'une rue Robespierre à Paris, qui lui a valu une chronique tant sarcastique qu'humoristique de Christian Millau (de Gault & Millau !). Auteur de plusieurs tribunes, sur des sujets divers, publiées régulièrement dans Le Monde, l'Humanité, Médiapart, le JDD, etc...
Il anime également un blog remarqué, fréquenté par plus de 200.000 visites par an. En décembre 2010, le classement Wikio des blogs politiques le plaçait à la 10e place des blogs politiques. Au-delà des éléments attachés à la personnalité d'Alexis Corbière, cet ouvrage intervient également pour soutenir, à travers le prisme de l'histoire politique, ceux qui qualifient Marine Le Pen de fasciste alors que quelques procès ( dont un opposant Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon ) se profilent en fin d'années 2001 et début 2012.
Il est enfin sensé interpeller le public intéressé par la déconstruction des falsifications historiques, voire du révisionnisme.

Un entretien avec l'auteur-Lundi 6 février, le quotidien L’Humanité a consacré une double page à la lutte que le Front de Gauche mène contre le Front national. Ce fut l’occasion aussi de publier un entretien avec Alexis Corbières dans lequel il présente la stratégie du Front de Gauche et les grands thèmes qu'il aborde dans son livre. Le voici.

120213-lepen-reagan.jpg

 

Vous présentez votre livre (1) comme une « plongée sous Marine », dans l’histoire de France fantasmée qu’elle met en scène.
Alexis Corbière. Le Front national a un problème avec ses propres racines. Il vient d’un courant contre-révolutionnaire et doit nier cette filiation. Donc, il a besoin d’en créer une nouvelle, piochant des références dans l’histoire de la gauche. C’est grossier, mais cette négation de l’histoire pour cacher ses véritables idées fonctionne en partie parce qu’une certaine gauche, le Parti socialiste, a abandonné cette histoire et ses grandes figures. Si la gauche ne montre plus l’histoire ouvrière – une vision non consensuelle, faite de rapports de forces et de combats –, l’extrême droite se la réapproprie. C’est le sens de la réhabilitation que, avec Jean-Luc Mélenchon, nous entreprenons.

 

Marine Le Pen oublie volontairement un certain nombre d’événements…
Alexis Corbière. Dans son premier discours de présidente du Front national (juin 2011), elle fait du baptême de Clovis, privilégiant un certain courant du catholicisme, l’élément fondateur de la nation française. Parallèlement, elle fait l’impasse sur la Révolution française, qui a instauré la notion de peuple souverain et promet l’égalité entre les citoyens. 

 

Elle a pourtant failli prononcer le nom de Robespierre lors de son élection à la présidence du FN, en juin 2011 (figurant dans le discours imprimé, il a disparu au prononcé, remplacé par « un grand révolutionnaire » – NDLR).

Alexis Corbière. Robespierre déclarait que tout étranger «domicilié en France depuis une année, qui y vit de son travail (…) ou épouse une Française, ou adopte un enfant, ou nourrit un vieillard (et) qui sera jugé par le corps législatif avoir bien mérité de l’humanité est admis à l’exercice des droits de citoyen français». Une preuve que ce n’est pas la nation qui fonde la République, contrairement à ce qu’explique Le Pen, mais précisément l’inverse : l’existence de notre peuple en tant que nation est basée sur un contrat politique signé, entre autres, à la Révolution.

 

Marine Le Pen n’a pourtant pas hésité à kidnapper d’autres grands noms à droite, comme celui du général de Gaulle. Mais c’est surtout dans le camp progressiste qu’elle pioche, comme celui de Jean Jaurès…
Alexis Corbière. Un pacifiste, qui croyait que «la patrie est une idée qui se transforme et s’agrandit», «un devenir plutôt qu’un héritage» : tout le contraire de la vision figée de Le Pen.

 

Roger Salengro…
Alexis Corbière. Le FN l’a embrigadé au nom d’une loi sur la «priorité nationale» votée en août 1932. Or, ni le groupe socialiste ni lui n’en étaient à l’initiative : elle était portée par Pierre Laval, futur dauphin du maréchal Pétain, et Lionel de Tastes, émeutier de 1934 avec les ligues d’extrême droite, qui dénonçaient «les métèques qui viennent manger le pain des Français» ! Socialistes et communistes demandaient au contraire l’égalité de salaire entre travailleurs étrangers et français.

 

Et même George Marchais !
Alexis Corbière. Avec une citation trafiquée et tronquée d’une lettre parue dans l’Humanité, le 6 janvier 1981 ! Certes, il y parle d’immigration, mais quand le FN fait rimer «cote d’alerte» avec étrangers, c’est faux : il parlait de cote d’alerte atteinte dans le mal-logement des travailleurs immigrés… C’est du bidonnage. Le poison du FN, c’est de nier l’égalité des droits entre travailleurs, quand le PCF et Georges Marchais l’ont toujours appuyée. Aujourd’hui encore, si le Front de gauche réclame la régularisation des travailleurs sans papiers, c’est pour établir l’égalité de traitement entre tous.

 

Le détournement de ces grandes figures peut-il être considéré comme un épisode de plus dans l’enfumage de l’électorat populaire ?
Alexis Corbière. Ça ressemble à ce que faisait le Parti populaire français de Jacques Doriot dans les années 1930, une tentative de fascisme à la française. Le Front national prend une partie des habits de la gauche, met en avant des syndicalistes comme (l’ex-cégétiste) Fabien Engelmann, pour montrer son implantation dans le monde ouvrier. En réalité, il n’a aucun lien avec le salariat. Ses cadres et élus sont issus des catégories socioprofessionnelles supérieures. En 2010, 17% de ses élus étaient des commerçants, 18% des cadres, 0% des ouvriers.

 

Marine Le Pen a un positionnement économique et social à géométrie variable ?
Alexis Corbière. En 2007, elle dirige la campagne de son père et fait imprimer sur le matériel de campagne une photo de lui avec Ronald Reagan : ils prônaient le «choc libéral» avant la crise. En 2012, le FN, opportuniste, a modifié son discours : pour la retraite à soixante-cinq ans, puis pour la retraite à soixante ans parce que Sarkozy est contre et que Marine Le Pen veut susciter une opposition forte aux yeux des Français. Et quand elle ne veut pas augmenter le Smic et propose aux salariés 200 euros de prise en charge de cotisations par l’État, ses pistes sont alléchantes pour un certain patronat. Elle ne conteste pas le système, elle en est la béquille.

 

Béquille qui mise sur l’effondrement et la recomposition de la droite…
Alexis Corbière. Elle attend avec gourmandise la possible défaite de Sarkozy. La Droite populaire, même si pour l’instant elle joue la carte Sarkozy, constituera une passerelle vers le FN. Dans ce groupe, Xavier Lemoine ou Christian Vanneste demandent déjà ce rapprochement. Le discours de Grenoble, les sorties de Guéant ont préparé le terrain… Et que dire de prétendus intellectuels, comme Éric Zemmour, qui ont fait un travail de sape idéologique ? La tendance s’accélérera si Sarkozy est battu. L’UMP exploserait et une cassure au sein de la droite pourrait créer une nouvelle alliance, avec comme force centrale le Front national, à l’image de ce qu’a fait Silvio Berlusconi en Italie. Un danger qui ne s’effacerait pas si accédait au pouvoir une gauche qui s’adapte à l’austérité.

 

(1) Le Parti de l’étrangère, Marine Le Pen contre l’histoire républicaine de la France. Éditions Tribord, 192 pages, 6 euros.


Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !