Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 20:24

130703-gauche-europeenne.jpg

 

 

La direction du PCF, qui coïncide désormais avec celle du Parti de la Gauche Européenne (présidé par Pierre Laurent en personne) affiche son inquiétude ; et pour y parer, elle fait donner tout ce que le parti compte d’ « économistes distingués » dans un article de la revue « Economie et politique ».

 

Cette fébrilité est-elle motivée par le déclassement de millions d’ouvriers plongés dans le chômage et la précarité par la désindustrialisation euro-programmée de notre pays ? Nullement !

 

Nos brillants économistes réagissent-ils ensemble à l’euro-austérité qui strangule les salaires, les pensions, la protection sociale et les services publics au nom du « sauvetage de la monnaie unique » ? Vous n’y êtes pas !


Les économistes du PCF-PGE entendent-ils condamner l’humiliante mise sous tutelle de la République française par les euro-diktateurs de Bruxelles et de Berlin, relayés par les nouveaux Kollabos du grand patronat « français » ? Apparemment, ce déni arrogant de la souveraineté des peuples n’empêche pas de dormir les prestigieux rédacteurs d’Economie et politique !

 

L’article d’Eco-Po entend-il alors riposter à la montée du FN aux législatives partielles, le parti d’extrême droite usurpant et dévoyant à son profit le sentiment national du peuple français abandonné aux euro-casseurs par la « gauche » établie ? Mais il y a belle lurette que la haute direction du PCF-PGE a abandonné les mots « patriotisme » et « souveraineté nationale » aux usurpateurs de l’appellation « Front national » (le mouvement unitaire de résistance créé par le PCF clandestin sous l’occupation).

 

Ce n’est pas non plus l’effacement électoral et politique croissant du PCF qui alarme nos grands économistes « communistes ». Que leur importe qu’en 92, sous la direction de G. Marchais, le PCF ait pris la tête du rassemblement presque majoritaire (49% des voix !) qui a refusé le Traité de Maastricht, dont le texte portait création de la monnaie unique. Qu’importe que ce refus de l’Europe supranationale soit monté à 55% le 29 mai 2005 et que les sondages indiquent désormais que, si les Français pouvaient revoter sur Maastricht, ils refuseraient ce traité – donc également l’euro – à 67% des votants ! Car depuis le début des années 90, « mutation » anti-léniniste oblige, le PCF est officiellement devenu « euroconstructif » sous l’égide de MM. Wurtz, Herzog et R. Hue. Et le parti n’a cessé depuis lors de s’affaiblir en menant la classe ouvrière de défaites et défaites… pendant que le FN raflait la mise dans les milieux populaires écrasés par la ruineuse « construction » européenne !

 

 

En réalité, la haute direction du PC-PGE et ses « économistes » s’effraient de voir la contestation radicale de l’euro et de l’UE gagner chaque jour dans la gauche de la gauche, au PG, et aussi à la base du PCF et chez certains cadres du parti.  C’en est au point qu’au PCF, l’ex-maire de Calais – initialement partisan acharné de la « mutation » et de l’inconsistante « Europe sociale » – M. Jacky Hénin, a exprimé plus que du scepticisme sur l’euro lors du dernier Comité national du PCF ; de même l’ex-sénateur PCF Jean-Claude Danglot vient-il officiellement de rallier le M’PEP (qui, contrairement au PCF, appelle la France à quitter l’UE) pendant que le secrétaire fédéral du Pas-de-Calais, le camarade Hervé Poly signe dans l’Huma une tribune ouvertement eurosceptique. Ne parlons pas de la « base » du PCF où un nombre croissant de militants et d’électeurs écoutent de plus en plus les arguments du PRCF dont le président, Léon Landini (ancien officier des FTP-MOI), n’a cessé d’expliquer que « les acquis du CNR sont antinomiques de l’euro et de l’UE ». Désormais d’ailleurs, à partir de sa propre expérience et de sa propre réflexion, presque toute l’opposition de gauche au sein du PCF se réunit sur l’idée des « quatre sorties » prônées depuis toujours par le PRCF : sortie de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme !

 

Devant un tel « danger » de remise en cause de l’euro PAR LA GAUCHE, la direction du PCF-PGE ordonne le branle-bas de combat. Elle fait donner dans l’Huma l’ensemble des « économistes distingués » du PCF, les Boccara, Dimicoli, Durand, Mills. Ceux qui, hier, nous expliquaient doctement qu’il ne faut plus parler de socialisation des moyens de production mais de « nouveaux critères de gestion » du capital, non plus de nationalisations, mais de « mixité public-privé » ; ceux-là même qui, sous le gouvernement Jospin-Buffet-Gayssot, affublaient d’un habillage « marxiste » les euro-privatisations Jospin qui ont tant « profité » aux salariés de France-Télécom…

 

 

Au fait, qu’est devenu l’ancien chef de ce « think tank » pseudo-marxiste, le brillantissime Philippe Herzog, qui conduisit son parti à un énorme bide électoral à la tête de la liste « bouge l’Europe » ? Après avoir entraîné le PCF dans le bourbier de la prétendue « renégociation de Maastricht », de la « réorientation de la construction européenne », après avoir pantouflé aux côtés du grand patron Gallois dans le cénacle « Confrontations », ce parangon de la collaboration des classes et de l’abandon national a tout bonnement… quitté le PCF ! Herzog est devenu aujourd’hui le conseiller spécial… du commissaire européen Michel Barnier, eurocrate néo-libéral et homme de droite pur et dur s’il en est ! Alors, « L’Europe autrement », ou des euros pleins les poches pour les « économistes » qui cassent les « critères de la révolution » dans la tête des travailleurs ?

 

En réalité, n’en déplaise aux pseudo-« économistes marxistes » qui pervertissent les concepts de Marx pour justifier l’euro, la monnaie unique est une bombe atomique contre la souveraineté des peuples, leurs acquis sociaux, les salaires, les services publics et le « produire en France ». Pilotée par Berlin et par ses zélateurs « français » du CAC-40, l’UE, n’a jamais été, n’est et ne sera jamais qu’une prison des peuples tournée contre le monde du travail, contre l’indépendance des peuples, contre la coopération internationale et contre le communisme (une chasse aux sorcières géante se poursuit à l’est contre ceux qui, en Tchéquie, en Pologne, en Roumanie, en Hongrie, etc. demeurent fidèles à la faucille et au marteau de Lénine).

 

En voulant faire croire qu’on peut amender cette « construction » qui humilie notre pays avec la complicité du Parti Maastrichtien Unique (constitué du PS, du « Centre », d’Europe-Ecologie et de l’UMP), en racontant qu’on peut « refonder » l’euro et l’UE sur des bases sociales (et pourquoi pas l’OTAN, le FMI, l’OMC ?!!), la direction du PCF trahit le grand passé patriotique et résistant du PCF. En défendant la revendication creuse de refondation de l’UE, cette même direction enchaîne la gauche de la gauche au PS dont l’« Europe sociale » est le slogan mensonger. Elle coupe la gauche populaire du  courant patriotique républicain et antifasciste. Elle freine la solidarité internationaliste en Europe, dont l’objectif ne doit ni ne peut être de « réorienter l’euro » mais de promouvoir de nouveaux traités internationaux progressistes analogues dans leur principe à l’ALBA qui unit Cuba, le Venezuela, la Bolivie, etc.

 

En réalité, les défenseurs de « gauche » de l’euro ouvrent à leur corps défendant un boulevard à M. Le Pen qui, profitant de l’absence d’un vrai PC défenseur à la fois du produire en France ET de la solidarité de classe Français/immigrés, s’implante dangereusement en milieu populaire.

 

Alors qu’un nombre croissant de progressistes rallient, sur la base de leur expérience, les analyses radicalement euro-critiques du PRCF – l’appel des économistes du PCF n’est qu’un contrefeu idéologique au service de la social-eurocratie.

 

Plus que jamais, le PRCF invite les organisations et les militants franchement communistes, y compris ceux qui continuent d’adhérer au PCF – à cogner ensemble et très durement sur l’euro-dictature européenne, dont la crise s’approfondit et dont le rejet populaire monte de Lisbonne à Sofia en passant par Athènes, Lisbonne, Rome et Madrid.


L’euro, l’UE, sont devenus le maillon faible du système capitaliste mondial ; le rôle des vrais révolutionnaires n’est pas de les farder de rose ou de rouge pâle, mais de disloquer ce maillon faible pour rendre aux peuples l’initiative politique en leur permettant de lier étroitement indépendance nationale, coopération internationale et lutte pour le socialisme.

 

Plus que jamais, le PRCF invite les syndicalistes à s’émanciper de la C.E.S., cette courroie de transmission du patronat européen, en combattant de front le mortifère « sauvetage de l’euro » et le « remboursement de la dette », synonymes de régression à perpétuité.

 

Le PRCF appelle les progressistes à s’emparer de l’appel commun lancé par le PRCF, le M’PEP, « penser la France » et par une série de personnalités progressistes pour revivifier les orientations du Conseil National de la Résistance. Pour cela, il faut sortir la France de l’UE et de son destructif euro.


N’en déplaise aux « économistes » naufrageurs du PC-PGE, ce n’est pas si elle sort de l’euro que la France vivra une catastrophe. C’est si elle y reste qu’elle « y restera » ; c’est au contraire si elle en sort au moyen d’un large Front populaire, patriotique et internationaliste, qu’elle s’en sortira pour le plus grand bien du monde du travail, de l’Europe des luttes et du combat révolutionnaire pour le socialisme !



Le Pôle de Renaissance Communiste en France

Le 3 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !