Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 15:00

Ce texte émane du réseau ANR-PCF qui a notamment appelé à voter Chassaigne lors du dernier vote interne. Il s’agit de l’introduction à une réunion qui a eu lieu fin novembre pour tenter de résoudre le problème des communistes qui ne se résignent pas à regarder passer les sociaux-démocrates lors des prochaines élections présidentielles et législatives.

Nous publions ce texte non parce que nous en partageons sa teneur, mais parce qu’il permet de faire l’état des lieux de nos divergences et de nos accords. Bien sûr, il y a le constat que la volonté de liquider le PCF est toujours présente au sein de la direction et que l’ANR est prête à en découdre sur le sujet lors du prochain congrès. Il faut espérer qu’à ce moment, nos forces se rejoindront.


Mais il y a aussi l’illusion que le Front de Gauche pourrait être autre chose qu’une réunion d’états-majors et qu’il pourrait permettre l’expression des luttes au travers, notamment des "assemblées citoyennes". Qu’il me soit permis d’en douter.

Il faut être également conscient qu’il existe une autre divergence, certainement plus difficile à surmonter : c’est l’illusion complète quand à la possibilité de réformer l’Union Européenne, la BCE et l’euro. On retrouve dans les propos de Nicolas Marchand le tabou relatif à l’impossibilité de remettre en cause cette superstructure capitaliste. C’est bien pour cela que la direction du PCF laisse le champ libre aux membres de la section éco pour multiplier les réunions dans les fédérations. Sur ce point, l’ANR n’affiche aucune divergence avec Mélenchon. Pour bien comprendre cela, il suffit de reprendre les positions qui étaient les nôtres lors du référendum de Maastricht. Il me semble d’ailleurs que la position de l’époque qui était d’exiger l’abandon du traité de Maastricht, n’a jamais été infirmé, pas même par un vote. On nage dans le flou et les contradictions.


Reste que ce texte affiche une volonté de faire vivre le PCF dans le cadre de ce bouillonnement des idées que représentent les élections présidentielles et législatives. Nous la partageons... mais certainement pas de cette manière, ni avec ce contenu... Confrontons nos points de vue.


Pascal Brula

réseau "renforcer et faire vivre le PCF"


 

L’objectif de cette réunion :


- analyser la situation, les défis et les enjeux pour notre parti,
- essayer de préciser comment nous pouvons intervenir et aider à l’intervention des communistes.


La crise domine et va dominer la situation, tant sur le plan économique que politique.


Le système capitaliste est secoué par la crise la plus grave qu’il ait connu. Une crise qui est le résultat de la domination des marchés financiers qui imposent leurs exigences aux États, jusqu’au choix des gouvernements comme en Grèce et en Italie ; mais qui pèse aussi sur les régions et toutes les institutions. La logique d’austérité drastique imposée au nom de la réduction des déficits, et qui fait l’objet d’un large consensus entre patronat, droite et extrême-droite, et partis socialistes conduit à un freinage de la croissance et un redémarrage du chômage ; elle fait monter un risque sérieux de récession dans toute la zone euro, ce qui impliquerait notamment une nouvelle explosion des licenciements et du chômage.


Mais aussi le risque d’une montée d’antagonismes sociaux ou inter régionaux, y compris des dangers pour la paix.


Et celui que la situation soit mise à profit pour imposer une fuite en avant fédéraliste, avec des risques de régression de la démocratie face à la résistance des peuples.


Cependant la gravité de la situation, qui n’est pas maitrisée, contraint aussi, dans la recherche de solutions, à la remise en cause de dogmes libéraux hier intangibles ; on a eu ainsi face à la crise financière, l’intervention financière massive des États au secours des banques ; monte maintenant le débat sur le recours au refinancement des États par la BCE.

Ce serait une brèche dans la logique actuelle de l’euro.


Mais l’argent de la BCE pour quoi faire ? A nouveau pour alimenter les marchés financiers et relancer le même cycle infernal ?

 

Ou, comme le proposent les communistes, l’argent créé et prêté, par la BCE, et à tous les niveaux, avec :
- des critères précis pour que son utilisation favorise une croissance saine et non la spéculation : le développement humain, la sécurisation de l’emploi et de la formation, le développement des services publics ;
- pas seulement « la main de fer de l’État » comme dit JL Mélenchon, mais surtout des pouvoirs décentralisés des citoyens, des salariés, des élus.

 

Le positionnement du PS, pose un problème sérieux pour une perspective de changement, mais confronte celui-ci à des contradictions et au risque de favoriser Sarkozy.

Il confirme son ancrage à l’euro actuel, et suit l’obsession néo-libérale folle de la réduction de la dette et des déficits.


Mais cela vient en contradiction
- d’une part avec la situation qui place sous le feu des projecteurs la nécessité de réorienter la BCE et de maitriser les banques,
- d’autre part avec les attentes sociales de l’électorat PS, majoritairement salarié, et auquel Hollande cherche malgré tout à faire écho.


C’est le cas avec la proposition de Hollande de réduire le déficit de 50 milliards en 2012-2013 par la réduction des dépenses et l’augmentation des prélèvements ; le Front de gauche, et en son sein les communistes avec leurs propositions, ont la responsabilité, plutôt qu’une dénonciation impuissante du PS, de relever le défi du débat sur une alternative crédible et rassembleuse à cette proposition.


La situation donne des possibilités de crédibilité très nouvelle à nos idées, avec la montée des idées anti-capitalistes, et aussi parce qu’elle oblige au débat politique sur des sujets jusque là refoulés, dans le parti y compris, au motif qu’ils ne concernaient que les spécialistes (comme les questions de l’euro, de la BCE, du crédit ...).


Et je trouve que ce qui se passe sur l’Europe, la mise en cause obligée des dogmes, peut aussi crédibiliser mieux l’idée que le choix n’est pas entre se soumettre à l’Europe libérale ou sortir de l’euro, et que lutter pour des transformations radicales de l’Union européenne, et de l’euro, c’est possible et bien plus conforme aux intérêts des peuples.


Contradictoirement, cette fenêtre pour nos idées s’ouvre à un moment où le rôle de porte parole principal en notre nom a été délégué à Jean-Luc Mélenchon. Nous avons, avec l’appel en faveur d’André Chassaigne, été à l’initiative de la bataille pour faire prévaloir un meilleur choix et soutenir une candidature mieux à même de porter des propositions qui fassent le poids face à la crise (sur l’aggravation de laquelle nous avions alerté) dans la campagne présidentielle. Nous avons contribué à imposer à la direction un vote dont elle ne voulait pas. La candidature Mélenchon a été choisie sans enthousiasme, plutôt sous la contrainte du fait accompli, et la peur agitée d’un 3ème échec. Et le fort soutien que les communistes ont apporté, malgré les pressions de la direction, à André Chassaigne est une donnée politique qui continue de compter.


Le début de campagne, et les enjeux qui montent dans la situation, avec la crise, nous confirment dans l’idée que le choix qui a été fait n’est pas le meilleur. Mélenchon sait bien parler, et peut séduire ; mais il développe surtout ses propres idées, dominées par le projet très insuffisant d’un autre partage des richesses et des conceptions étatistes. Il manque de crédibilité sur les moyens et les pouvoirs. Sa démarche d’affrontement sommaire avec le PS ne favorise pas l’établissement du débat de fond avec l’ensemble de l’électorat de gauche et n’ouvre aucune perspective de voir bouger les choses.


Ceci dit le choix est fait. Ce qui pose la question du comment faire dans ce cadre qui n’est pas celui que nous avons choisi.


Je vous soumets une opinion : le Parti étant engagé dans ce choix, ne sommes nous pas placés au défi d’agir, de la façon la plus efficace possible pour l’immédiat et l’avenir, dans le cadre de ce choix ? En ne perdant pas de vue qu’il est aussi lié aux législatives.

Chercher à faire autrement serait se priver de possibilités d’être écoutés et de peser sur la campagne, sur le contenu, sur la nécessaire affirmation du PCF dans le Front de gauche, alors qu’on est, avec la crise, devant une bataille qu’il faut absolument mener et dans laquelle nos idées peuvent marquer des points. Ce serait se couper de la masse des communistes qui vont s’impliquer dans la campagne, tout en étant fermement opposés à l’effacement du PCF, alors que leur rassemblement sera décisif au prochain Congrès, face à toute relance d’un processus liquidateur, et pour les transformations et la démocratisation dont le parti a besoin.

D’autant que des contradictions apparaissent, sur le terrain et au sommet, dans nos rangs (notamment entre ceux qui continuent à préparer la « métamorphose » et ceux qui sont plutôt dans une logique d’autonomie/transformation du PCF). Contradictions aussi entre PCF et PG. Cela s’est vu publiquement à propos de la petite phrase de Mélenchon sur Hollande : on a d’abord eu un article d’appui à Mélenchon dans l’Huma, puis une tribune de Dartigolles dans le même sens ; mais ensuite une mise au point positive de Pierre Laurent dans l’Huma sur la conception du rassemblement et du débat à gauche.


Des contradictions, il y en a aussi sur la pratique et la conception du Front de gauche, et de la place du PCF.

On sait bien qu’il y en a, du coté du PG et dans nos rangs, pour qui la candidature Mélenchon est la rampe de lancement vers une fusion-absorption, supprimant un PCF autonome. Mais la majorité des communistes a refusé ça, et le choix de la candidature n’a pas été fait sur cette base.

La conception officielle et dominante du Front de gauche, c’est celle d’un rassemblement de forces politiques, cherchant à devenir un rassemblement populaire, notamment maintenant avec le développement d’assemblées citoyennes.

Mais il y a aussi le problème d’une conception très électoraliste du Front de gauche et des assemblées citoyennes, plutôt qu’une conception d’action. Et aussi des dérives, voulues ou non, vers un effacement du PCF, ainsi que vers la perception du Front de gauche comme un nouveau parti (ce qui peut être encouragé aussi de l’extérieur, à l’exemple du supplément gratuit du Monde, présentant Mélenchon comme le président du Front de gauche, puis comme son secrétaire général).


La communication est un secteur sensible sur ce sujet. D’une part son autonomie rédactionnelle par rapport aux secteurs de travail fait que le contenu est souvent insuffisant, peut même être influencé par le discours du PG et de Mélenchon. D’autre part les tracts signés du parti se concluent maintenant par « les propositions du Front de gauche et de son candidat Jean-Luc Mélenchon » !!!


On signe et on s’efface en même temps ! Sans oublier le matériel Front de gauche, dont la rédaction est souvent dominée par le PG, et où disparaitrait la mention des composantes.

Que faire la dessus ?


Se limiter à une position critique des risques fusionnels avec le Front de gauche ? Refuser de participer ?


Refuser les assemblées citoyennes au motif que certains veulent faire de ces assemblées des « structures de bases du Front de gauche » ? Ou être acteurs de cette bataille, force de proposition, pour faire prédominer une meilleure conception du front de gauche, et l’exigence d’expression et d’initiative autonome du parti. Pour expérimenter et être actifs dans les assemblées citoyennes.


Je pense que c’est ce second choix qui est le meilleur. Il n’exclut pas du tout d’être exigeants et critiques sur ce qui doit l’être. Et attentifs à ce que ça ne s’oppose pas à des initiatives autonomes nécessaires. Cela rapprocherait de celles et ceux, notamment dans le mouvement syndical, que la démarche intéresse et aide à se ré-impliquer, sans arrière-pensées concernant le parti.


Je conclus sur trois idées :

1] être dans la campagne, aux différents niveaux, avec des exigences et des propositions, concernant son contenu, ses modalités, la conception du Front de gauche et l’apport nécessaire de notre parti.

2] chercher à impulser une démarche d’action, pas seulement de soutien aux luttes ; par exemple, comme cela a émergé de la dernière réunion de la commission entreprises, pour que soit décidée une véritable campagne nationale sur l’emploi et l’industrie ; ou aussi impulsé un mouvement d’exigences des luttes en direction des institutions financières et de la BCE, mais pas seulement des coups de clairon à visée médiatique, des actions utiles et durables. Des initiatives de fédérations pourraient être motrices.

3] continuer d’être en pointe dans la bataille sur les propositions. La situation a aidé à faire enfin percer et prendre en compte des idées novatrices longtemps refoulées (voir la phrase autocritique de Pierre Laurent dans son livre). Paul, Yves et les autres camarades de la commission éco sont demandés dans toute la France pour des débats et des formations. Mais ça ne va pas jusqu’à les mettre en avant dans les médias comme le fait le PG avec Généreux, comme le font tous les autres partis ; ni auditionner Paul au Conseil National ; ni confier un rapport au responsable de la commission économique !!! (pas une seule fois !) ; des signes qu’il y a toujours une bataille ; c’est le cas aussi, je l’ai signalé, concernant ce qui s’écrit dans le matériel de com.


Il y a donc à faire notamment pour :

- la prise en compte et la promotion des propositions par le parti, leur appropriation par les communistes,
- leur prise en compte effective dans le Front de gauche et la campagne des candidats ; les débats pour enrichir le programme,
- l’instauration du débat à gauche.


En terme d’initiatives, avait été envisagée, il y a quelques semaines, l’idée d’un appel face à la crise ; l’idée reste sur la table ; on pourrait aussi penser à l’initiative d’un débat avec des interlocuteurs socialistes, si c’est réalisable à un niveau significatif. D’autres idées sont bien sur permises.


Nicolas Marchand

Introduction à la réunion du réseau ANR-PCF du 24 novembre 2011.

 

 

source: Faire vivre le PCF  (6 décembre 2011)


Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !