Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 01:06

Dix socialistes se disputent le fauteuil du communiste Maxime Gremetz. Mais cette terre qui a vu « toutes les guerres » ne veut plus d'un destin décidé à Paris.


120121-R89-Legislatives-ac_carte_brigitte_foure_1000_01.jpgUne carte de la partie amiennoise de la première circonscription de la Somme

(Audrey Cerdan/Rue89)


(D'Amiens) La voilà, la circonscription la plus convoitée de France ! C'est un bout de terre picarde. Elle englobe le nord et une partie de l'est d'Amiens, traverse le Val de Nièvre et s'étend jusqu'à Abbeville. Sur les huit cantons qui la composent, un seul vote à droite. Pour la gauche, elle fait figure de bastion imperdable.


« Pour comprendre ce territoire, il faut savoir une chose : tout le monde a au moins un ouvrier dans sa famille », annonce Jean-Claude Renaux, maire communiste de Camon (et futur candidat du Front de Gauche aux législatives).


La mémoire ouvrière imprègne ce pays. Et l'empire paternaliste de la famille Saint, qui a régné sur les activités textiles du coin pendant 150 ans, fait figure de passé commun.

« Il a fait venir les steaks hachés Bigard »

Le quotidien ? L'inexorable désindustrialisation et une poignée de petits élus qui se battent pour trouver des repreneurs à chaque coup dur – comme René Lognon, le maire (PCF) de Flixecourt, renommé dans tout le département pour avoir « fait venir les steaks hachés Bigard dans sa commune ».

Fiodor Rilov, l'avocat des salariés de Goodyear, a eu l'impression de côtoyer « des gens qui ne se laissent pas faire, à l'identité rebelle ». Un gestionnaire de collège confirme :

« Même quand ils sont dans la précarité, les gens d'ici ne sont pas fatalistes. Ils ont toujours envie de se battre. »

Et, les jours d'élections, remplissent les urnes de bulletins rouge vif.


120121-R89-amiens_rtr246dj.jpgUn employé de l'usine Goodyear Amiens-Nord brûle des pneus, lors d'une manifestation contre

un plan social prévoyant plus de 800 licenciements, le 2 juin 2009 (Pascal Rossignol/Reuters)


Il n'y a plus tellement de territoires à ce point capables de symboliser la poursuite d'un mouvement ouvrier. Mais qui va le représenter à l'Assemblée ? Personne ne sait quel candidat y portera les couleurs du Parti socialiste aux prochaines législatives. Ils sont désormais dix sur les rangs et aucun ne s'impose.

« Gremetz, il nous défend »

De fait, le siège de député d'Amiens-Nord est vacant depuis la démission en mai de Maxime Gremetz. Aucune élection partielle ne peut se dérouler dans les douze mois qui précèdent les législatives. En lâchant son écharpe de député juste un an avant, le communiste dissident a fait en sorte de figer le vide qu'il a laissé.

Ce siège, il l'avait occupé pendant 23 ans (de 1978 à 1981, de 1986 à 1988 et de 1993 à 2011). Et c'est sa succession qui se joue aujourd'hui.

« Même si, la seule fois où il s'est retrouvé dans un exécutif, au conseil régional, il a très vite montré ses limites, les gens disaient “il nous défend”. Voir leur député aux portes des usines leur faisait du bien », reconnaît le socialiste Jean-Louis Piot, tombeur de Gremetz aux dernières cantonales, un ancien militaire longtemps responsable de la « convivialité » au sein du PS samarien.

Pendant des mois, Gremetz avait disparu. A Amiens, plus personne ne savait où le joindre. On disait qu'il s'était retiré dans les Landes.

Mais à 71 ans, « Maxime » est de retour en ville. « Je n'étais pas là mais je n'étais pas parti », répond-il à tous ceux qui lui demandent des explications. On le revoit au marché, aux goûters des personnes âgées. On l'a vu au bar Le Folie's, à la pizzéria La Dolce Vita et tenir des permanences dans des cafés.


120121-R89-ac_maxime_gremetz_1200_02.jpgMaxime Gremetz à l'Assemblée Nationale en 2008 (Audrey Cerdan/Rue89)

« Pas Jack Lang ! »

Il prépare le terrain au disciple qu'il s'est choisi : maître Rilov, praticien de la lutte des classes par le droit. Un homme qui « défend les travailleurs parce qu'il est payé pour », cingle le communiste Renaux. Un avocat « parisien », soulignent ses adversaires. Un « parachuté ».

« Parachuté », c'est aussi le mot qui excite les militants socialistes ces jours-ci. Comme ailleurs, cette pratique est beaucoup moins bien tolérée qu'avant. Ils disent : « On n'est plus dans les années 80. »

Après l'université d'été du PS à La Rochelle, les élus locaux avaient entendu parler d'un « gel » de la première circonscription. L'idée d'un accord avec le Front de Gauche pour les législatives n'était pas encore enterrée. Un candidat « partenaire », ils auraient compris.

Mais pas Jack Lang, qui a « voté avec la droite à Versailles » ! Pas Christophe Borgel, qu'ils voient comme un pur apparatchik ! « Même Robien a été perçu comme parisien après cinq années au gouvernement. C'est très sensible ici », relève Vladimir Mendes Borges, le candidat du Modem.


120121-R89-ac_brigitte_foure_1000_02.jpgBrigitte Fouré montre une carte des circonscriptions amiennoises

(Audrey Cerdan/Rue89)

« La très fidèle nation de Picardie »

« D'Azincourt à 1940, toutes les guerres nous sont passées dessus. La seule contrepartie que nous ayons reçue, c'est les cimetières militaires », ressasse Brigitte Fouré, ex-maire d'Amiens, aujourd'hui au Nouveau Centre.

« Du temps des rois, on n'avait pas le droit d'avoir de seigneur puissant car on était trop près de la Couronne. On est restés “la très fidèle nation de Picardie”, on est loyaux, mais on nous traite par le mépris.

Quand on fait venir le TGV à Lille, il passe à 40 km de chez nous parce qu'on ne compte pas vraiment... On a voulu nous rayer de la carte, nous découper.

C'est aussi cet état d'esprit qui a rendu possible la rumeur d'Abbeville au moment des inondations. C'est toujours comme ça. Alors, pour les gens d'ici, ne pas avoir l'un des leurs à l'Assemblée serait une injure. »

La primaire socialiste a aussi fait son œuvre. « Elle a été ressentie comme une forme de victoire de la démocratie », insiste Gilles Demailly, le maire PS d'Amiens. Cet ancien président de l'université de Picardie – qui, en se présentant, confie qu'on le « compare souvent à l'acteur des pubs Nespresso » – milite pour des primaires à tous les scrutins. Pour les législatives de 2012, c'est trop tard.

D'ailleurs, selon lui, « n'importe quel candidat socialiste gagnera la circonscription en juin si Hollande emporte la présidentielle ». Puis il ajoute, dans un plissement d'yeux hollywoodien :

« Si ce n'est pas le cas, les gens peuvent être tentés par un autre choix. »


120121-R89-ac_gilles_demailly_1000_01.jpgGilles Demailly à la mairie d'Amiens, le 2 janvier 2012 (Audrey Cerdan/Rue89)

 

 

Mathieu Deslandes


Dix candidats socialistes

 

Les responsables de la fédération socialiste de la Somme recensent dix candidats à l'investiture dans la première circonscription. Deux « Parisiens » et huit « locaux » :

  • Christophe Borgel, élu en Seine-Saint-Denis, secrétaire national du PS chargé de la vie des fédérations et des élections. Il est soutenu par François Hollande et Martine Aubry.
  • Jack Lang, sans circonscription fixe ;
  • Gilbert Mathon, député d'Abbeville qui a perdu sa circonscription dans le redécoupage de la carte électorale ;
  • Nicolas Dumont, le maire d'Abbeville ;
  • Jean-Louis Piot, conseiller général ;
  • Et cinq autres figures de la fédération : Anne Van Dycke, Mathieu Zanetti, Boujemaa Bourezma, Thierry Bonte, Maryse Lion-Lec.

source: Rue89.com
4/01/2012

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !