Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 07:35

Ce week-end (7 & 8 juillet 2012), la Gauche anticapitaliste, courant unitaire au sein du NPA, a officiellement rejoint le Front de gauche, laissant le parti d’Olivier Besancenot et Philippe Poutou plus isolé que jamais.


120712-POUTOU.jpg

 

Le divorce est consommé. Deux conférences de presse, organisées le même jour mais à deux heures d’intervalle, et dans deux endroits séparés : le NPA et son courant, la Gauche anticapitaliste (GA), sont ressortis, dimanche, de leur conférence nationale, comme deux mouvements politiques désormais distincts. Si le texte F, s’opposant à une entrée du NPA dans le Front de gauche, a remporté presque 40 % des suffrages (sur 2 119 votants), la GA, créditée de plus de 22 %, a définitivement quitté l’ancien parti de Besancenot pour rejoindre le Front de gauche. Et avec elle, plusieurs centaines de militants. Une troisième vague de départs en trois ans, qui fait retomber le NPA à moins de 3 000 adhérents, loin des années fastes de Besancenot, qui rassemblait alors près de 9 000 militants, et même, en deçà des premières heures de la LCR...

« On n’est pas encore morts »

Rue Taine, dans le sous-sol humide de la librairie « La Brèche », le QG historique de l’ex-LCR, Philippe Poutou reconnaît un « coup dur » qui « va nous fragiliser, nous compliquer la vie ». Ce qui n’entame pas pour autant sa décontraction et son franc-parler habituels : « Est-ce que c’est le début de la fin ? Peut-être que c’est une étape. Mais le NPA n’est pas encore mort ». Et de plaisanter sur le titre d’un billet d’un blog politique du « Monde », paru la semaine dernière : « L’interminable chute du NPA [le titre de l’article, NDLR], à un moment, ça va s’arrêter... quand on sera plus que dix... »

« Il n’y aura pas de guerre fratricide entre nous, on a la volonté de continuer à travailler ensemble, ajoute, dans un langage plus policé, Christine Poupin, l’autre porte-parole du NPA. C’est quelque chose de désagréable, et qui nous prive de camarades, de collectifs militants, mais on n’est pas dans la rancœur ».

Tous deux peinent pourtant à expliquer ce qui les sépare, dans le fond, de la Gauche anticapitaliste, et même du mouvement conduit par Jean-Luc Mélenchon. Une « appréciation différente sur le chemin à emprunter », pour Poupin. « Le Front de gauche a une attitude ambiguë, avance Poutou, faisant référence à l’attitude du mouvement sur le discours de politique générale du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. On a besoin de vérifier sur quoi on n’est pas d’accord ». « Mais on lâche pas », conclut l’ancien candidat à la présidentielle, faisant référence sans le vouloir au mot d’ordre de campagne du Front de gauche...

Nouvelle ère pour la Gauche anticapitaliste

Une bonne poignée de minutes plus tard, à quelques stations de métro de là, dans un café du 20e arrondissement, les quatre nouveaux porte-parole de la GA, entrée comme huitième composante du Front de gauche, font les présentations. En sweat-shirt bleu, Ingrid Hayes estime à 700 le nombre de militants du NPA ayant décidé de rejoindre le Front de gauche. « Le Front de gauche doit être plus qu’un cartel [de partis], juge Myriam Martin. Le but est d’élargir et transformer le Front de gauche, on est au début d’un processus ». Qui n’exclut pas de faire alliance avec les autres « petits » (Fase, Gauche unitaire...) du mouvement pour faire de la GA la troisième force, après le Parti de gauche et le PCF.

Chez la GA en tout cas, pas de doute, le NPA vit sa dernière heure. Et on n’hésite pas à décocher quelques flèches en direction de l’ancienne maison-mère. En ces temps de crise et d’austérité, « l’heure n’est pas à cultiver son jardin et à construire sa boutique », lâche Guillaume Floris, qui tacle l’isolement d’un NPA, dont l’ancêtre, la LCR, avait pour ambition un mouvement large et unitaire : « On a même l’impression que le NPA a renoncé à ses ambitions quand il était LCR ».

Frédéric Borras, membre de la direction, enchaîne : « Le NPA ne faisait pas le poids tout seul, il le fera encore moins à l’avenir. En procédant par déni de réalité, le NPA stérilise les forces militantes ». Puis il s’enquiert, curieux : « Et au fait, qui était présent à la conférence de presse du NPA ? » Le divorce est officiel, mais les vieilles habitudes de couple ne s’effacent pas en un week-end...

Nota Bene :

Retrouvez la résolution de la Gauche anticapitaliste à l’issue de la Conférence nationale du NPA du 8 juillet 2012 en cliquant ici !

 

 

 

Pauline GRAULLE

Lundi 9 juillet 2012

 

source:  http://www.politis.fr/Nouveau-divorce-au-NPA,18958.html

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !