Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:00

141029-0F.fr-marie-aline-lagadic-vit-avec-723-eu-par-jour.jpgMarie-Aline Lagadic témoigne de la précarité

 
Un témoignage recueilli par Noëlle COUSINIÉ (OF-Pont-l'Abbé).
Marie-Aline LAGADIC, musicienne, chanteuse vit du RSA, le Revenu de solidarité active. Elle témoigne à visage découvert de ses difficultés. Il lui reste la dignité et la parole.
« Je suis née à Pont-l'Abbé le 18 septembre 1958, dans une famille communiste. D'aussi loin que je me souvienne, je chantais, avec mes grands-mères, avec ma tante Lisette. Mon grand-père paternel était un petit-bourgeois communiste qui n'avait pas oublié ses origines modestes de valet de ferme. À 18 ans, je travaillais comme factrice à Paris. J'ai eu le mal du pays et je suis rentrée. Je me suis mariée et ma vie familiale m'a conduite à m'occuper de mes enfants dont l'un en grande difficulté. Vers 24 ans, je suis devenue femme au foyer éloignée de l'emploi et je n'ai plus jamais retrouvé d'autres situations que des emplois aidés. J'en connais tous les sigles, depuis les Tuc ! Avoir trois enfants c'est pénalisant sur le marché du travail car les employeurs craignent qu'ils ne tombent malades.

Musicienne et chanteuse


À 28 ans, j'ai rencontré Arnaud Maisonneuve et j'ai travaillé sur la collecte des chants traditionnels bigoudens. J'étais la première et la seule à faire ce travail. J'ai fait des disques Kost ar mor, Femmes de Bretagne. Je n'ai jamais été inactive. J'ai un métier : je suis musicienne et chanteuse. Mais je n'ai pas de réseau et je n'ai pas réussi à avoir assez de dates pour obtenir le statut d'intermittent. J'ai plus ou moins vivoté de ce travail pendant une vingtaine d'années. J'avais une couverture sociale, le RMI qui m'aidait, car mes cachets ne me suffisaient pas. Mes emplois ? Bibliothécaire, vendeuse dans une librairie de Quimper, agent d'accueil et bien sûr chanteuse. Des emplois précaires sans avenir... La profession d'artiste est aux antipodes de l'imaginaire des gens.


Finalement, je me suis retrouvée au RSA. Le chômeur de longue durée est sujet au « syndrome du Rsaste ». Je m'explique : le Rsaste est tellement content qu'on lui donne du boulot qu'il en fait trois fois plus. Ses compétences ne sont pas reconnues et il est toujours méprisé parce qu'il bosse comme un larbin. Ca se retourne contre lui. Je suis sans travail depuis deux ans. Quand j'ai des cachets, ils sont déduits du RSA. Je me prive de tout, sauf du téléphone indispensable pour garder les contacts, trouver du travail.


J'ai 7,23 € par jour pour vivre, manger, circuler, me soigner. J'ai 231 € de prélèvements, EDF, loyer, assurances et téléphone. La pension de réversion de mon mari de 311,93 €, comme toutes les allocations, est déduite du RSA. En ce qui me concerne, le RSA se monte à 136,39 €. À la maison médicale d'urgence, le week-end, tu avances 49 € et ton budget est foutu. Pour les dents, si elles sont en mauvais état, c'est l'extraction ! François Hollande a raison de nous appeler les sans-dents. Pour travailler, en tant qu'artiste, il me faut des dents ! Et les lunettes !!! Tout est fait pour que tu aies l'air de rien. Tu fais comment pour acheter un carnet de timbres, pour mettre de l'essence pour aller chercher du travail ? Et si comme moi tu aimes les animaux, tu fais comment pour les nourrir ? Mes enfants me fournissent du bois pour me chauffer, sinon je ne pourrais pas. Je vais au Resto du coeur. La première fois fut une épreuve très difficile.


Infantilisé


On n'a pas la parole, on est infantilisé. Des porte-parole s'expriment à notre place. Moi, je n'ai pas honte. Ce sont ceux qui sont responsables de cette situation qui devraient avoir honte ! C'est pour ça que j'ai accepté de témoigner à visage découvert. Pour m'exprimer, personnellement. Nos histoires, ce sont des accidents de la vie, des pertes d'emploi, des problèmes d'argent, de santé...


Je ne veux pas rester sans travailler. Je me suis renseignée auprès de la Chambre de métiers pour une activité de couturière à domicile. Pour pouvoir s'installer, la formation est payante et je n'en ai pas les moyens. J'ai des compétences qui sont gâchées : je sais écrire, je sais chanter.


Politiquement, je ne crois plus à rien. Le seul homme politique que je respecte c'est Alain Krivine, il est honnête.


Heureusement, j'ai des amis intelligents qui ne préjugent pas de ma situation pour me garder leur amitié. Je suis proche de mes enfants, de mes petits-enfants. J'essaie d'être la plus heureuse possible dans la situation la plus minable possible. »

 

 

source: http://www.ouest-france.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Bretagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !