Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:39
Quatre jours avant les élections législatives, les autorités tentent d'interdire de nouveau le Parti communiste. Selon l'avis des experts, le gouvernement a peur des communistes, il représente les intérêts des travailleurs. Une crise économique c'es abattue sur le pays, elle est dissimulée du fait de la guerre civile. Le Parti communiste est le seul parti qui s'oppose à ce système - traduction Nico Maury

141026-PCU.jpg
De nouveau devant le tribunal

Une nouvelle audience sur le procès d'interdiction du Parti communiste est prévue pour le 22 octobre. L'avocat du KPU, Yevgeny Gerasimenko, estime que c'est une manœuvre pré-électorale pour éliminer les communistes, "la réunion est convoquée à la veille du vote, pendant le processus électoral" déclare l'avocat.

Plus tôt, le ministre de la Justice, Pavel Petrenko (Svoboda) déclarait que son ministère avait demandé un changement de juge, une demande sous pression des nationalistes et des radicaux. Le journaliste Andrei Zolotarev note que le KPU est soumis à un harcèlement illégal dans le cadre de la campagne électorale.

"Toute action en justice contre un parti qui participe aux élections est discutable. Il y a une violation de l'égalité des participants dans le processus électoral et ceci peut être considéré comme une pression. La légitimité de l'arrêt qui sera remis en question".

Cacher les échecs de l'économie

Selon Andrei Zolotarev, le gouvernement craint l'organisation de protestations sociales par une force politique indépendante. "Les autorités veulent reformater le champ politique autour de lui ... La classe politique aujourd'hui a besoin de se débarrasser des organisations qui peuvent organiser des protestations sociales. Il y a pourtant une forte augmentation des tensions sociales".

L'expert note qu'après les élections, les citoyens vont recevoir la surprise de la hausse des factures des services publics, et ils vont être déçu. "Les gens vont subir une hausse de 500 hryvnia pour le chauffage. Ce sera une douche froide pour beaucoup, et un effondrement du pouvoir d'achat. La Présidence ne pourra pas s'appuyer indéfiniment sur la guerre pour couvrir ses échecs économiques" déclare Zolotarev, soulignant qu'après les élections le niveau de vie devrait s’effondrer. Le niveau de vie et la protection sociale est catastrophiquement bas.

"La monnaie nationale a été dévalué deux fois. L'inflation dépasse les 20%. L'économie de l'Ukraine a reculé de 10%. Les prix des aliments et des médicaments ont augmenté de manière significative. La hausse des loyers est importante. Les prestations sociales, les pensions et les salaires sont gelées. Le système de sécurité sociale est complètement détruit" déclare le député communiste Spiridon Kilinkarov .

 

La seule opposition

Andrei Zolotarev souligne que le Parti communiste est le seul parti en Ukraine qui soutien les intérêts des travailleurs. "L'Europe est fondée sur l'affrontement des intérêts des travailleurs et du capital, et sur la confrontation entre les forces de gauche et de droite. Le Parti communiste est la seule force politique en Ukraine qui s’inscrit dans ce cadre, cependant il est persécuté. Il faut comprendre que le Parti communiste est la seule puissance qui agit pour la protection des intérêts des travailleurs et des salariés" déclare l'analyste.

Le Directeur de l'Institut d'analyse politique et d'études internationales, Sergueï Tolstoï, note que le gouvernement évite de mener des réformes qui seraient défavorables à l'oligarchie. "Las prises de décisions du gouvernement sont dictées par le pouvoir oligarchique. Il y a une vraie place au Parlement pour la gauche, représentée par les communistes. Après tout, leurs mesures s'opposent aux intérêts des oligarques" déclare l'expert à l'agence de presse Golos.ua.

Un parti qui veut se débarrasser des oligarques

Pour les élections parlementaires, le slogan du Parti communiste d'Ukraine est "paix, démocratie et justice!".

"Les listes du Parti communiste demandent aux oligarques, aux« stars » des réseaux sociaux et aux acteurs, à tous nos candidats et dirigeants que le pays a besoin de réformes" déclare le chef du Parti communiste Petro Simonenko .Il accuse le gouvernement d'inaction dans sa politique tarifaire et pour lutter contre la hausse des prix.

"Le gouvernement nous poursuit parce que nous n'avons pas à nos idéaux et parce que nous ne pas trahirons pas nos électeurs, le Parti communiste est la seule force politique qui défend les intérêts du peuple et des travailleurs au parlement".

La persécution du Parti communiste vise à attaquer les travailleurs

Le leader communiste, Petro Simonenko, a exigé un plan de sauvetage du pays, les communistes ont déposé à la Verkhovna Rada plus de 150 lois visant à protéger les intérêts sociaux et économiques des Ukrainiens. En réponse le Président Oleksandr Turchynov annoncé la dissolution de la faction du Parti communiste. Les communistes veulent un moyen d'assurer la stabilité du système de sécurité sociale, alimentaire et énergétique. Il lutte pour le soutien des producteurs nationaux et pour protéger le marché intérieur.

Petro Simonenko a souligné que les forces politiques qui ont voté pour la dissolution du Parti communiste, refoulent 3 millions de citoyens. "C'est plus de 13% des électeurs qui ont voté et ont soutenu les communistes".

Andrei Zolotarev prédit un conflit social si les communistes sont exclus du parlement

"L'élimination de la faction du Parti communiste conduira le pays vers la droite. Vouloir réduire au silence la seule force d'opposition à la Verkhovna Rada et l'intérêt public ne sera plus défendu. Cela a conduira à l'effondrement du apys.

Il convient de noter que le Parti communiste a déposé une plainte à la Verkhovna Rada contre Turchynov et l'illégalité de la dissolution. La session du tribunal devait se tenir le 21 Octobre, mais elle a été reporté sine die.

Rappels historiques de GolosUA

* Le Parti communiste d'Ukraine est la plus ancienne force politique dans le pays. Il existe depuis décembre 1917 et jusqu'au 30 août 1991, le parti a été interdit par un décret du Présidium du Soviet suprême de la RSS d'Ukraine. En décembre 2001, l'interdiction a été contestée par la Cour constitutionnelle d'Ukraine.
* En mai 1993, l'interdiction est levée par la Verkhovna Rada.
* En juin 1993, lors du 1er Congrès du Parti, le Parti communiste est restauré.
* Au début du mois de mai 2014, le président Olexandre Tourtchinov charge le ministère de la Justice d'engager une action en justice pour interdire le Parti communiste. Le 8 juillet ministère de la Justice dépose une plainte visant à interdire les activités sur le territoire de l'Ukraine du Parti communiste.
* 22 juillet, 2014, la Verkhovna Rada modifie ses règles selon lesquelles les groupes parlementaires inférieur au nombre réglementaire de députés sont dissous.
* 24 juillet, le président de la Verkhovna Rada Oleksandr Tourtchinov annonce la dissolution de la faction parlementaire du Parti communiste dans la Verkhovna Rada d'Ukraine pour la VIIème convocation.

Andrei Kislov
http://ru.golos.ua/politika/14_10_21_pochemu_vlast_boitsya_kpu
Article lu sur le blog de Nicolas Maury[22/10/14]

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !