Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 21:18

150307-_fvr-pcf-unir.jpg

 

 

La revue est parue le 30 janvier 2015, on peut se la procurer en écrivant à Pascal Brula, 5 rue des Farges69005 Lyon. La diffusion du numéro 4 a été quelque peu éclipsée par la nouvelle élection à Vénissieux, la tournée des témoins d'Odessa, et l'affaire Charlie qui ont mobilisé toutes les énergies disponibles.

 

Le réseau « faire vivre et renforcer le PCF » a décidé de participer à l’organisation de la manifestation des « assises du communisme » qui aura pour mot d’ordre « pour la sortie de l’euro, de l’Union européenne et de l’OTAN » et qui aura lieu le samedi 30 mai 2015 à Paris.

L’occasion de cette manifestation sera fournie par le dixième anniversaire de la victoire du « non » au TCE, le 29 mai 2005.


Ce « non » voulait mettre un coup d’arrêt à la fédéralisation, aboutissement évident de l’écriture d’une constitution pour l’Europe, et surtout à l’inscription du libéralisme comme contrainte constitutionnelle. Il obtint 55% des votes, mais ce résultat ne fut pas respecté par les partis pro-européens qui se sont succédés depuis au pouvoir : UMP, UDI, PS, EELV, etc. La constitution refusée par le peuple français s’applique quand même.


Ce résultat n’était pas en soi suffisant pour justifier une rupture immédiate avec les institutions européennes, car beaucoup de partisans du « non » ont voté dans l’espoir d'une autre constitution, plus sociale. Mais il suffisait pour fonder l’exigence d’une remise à plat de la construction européenne depuis le traité de Rome. Et de cela les capitalistes qui dominent directement l’UE ne voulaient à aucun prix.


Cet espoir d’une « bonne Europe » s’est définitivement brisé en févier 2008 avec la réinscription de tout le traité rejeté par les électeurs français (et aussi hollandais, à 63%) dans le traité de Lisbonne, ratifié par le parlement. Et par l’obligation de revoter faite aux petits États qui le refusaient, jusqu’à ce que l’électorat « vote bien ».


L’Europe est apparue alors très clairement comme une construction politique post-démocratique, absolument irréformable. Une post-démocratie où les élections ne serviraient plus à l’avenir qu’à justifier les choix déjà acquis, ce n’est au fond qu’une forme douce (pour le moment) de dictature.


Dans ces conditions faire de la politique signifie sortir de ce cadre d’asphyxie du politique.


Il n’est pas étonnant que des courants d’origine politique très diverses aient fait le même constat et se retrouvent dans le camp du « non » à l’Europe ; il se trouve que les communistes du « non », qui ont pourtant derrière eux tout l’acquis de l’action du PCF avant la funeste expérience de la « gauche plurielle » (1997 à 2002), sont très insuffisamment présents dans les forces qui réclament la sortie de l’UE, et qu’ils laissent le champ libre à des forces de droite ou d’extrême droite qui servent de repoussoir, et qui ne parviennent qu’à discréditer le combat pour la défense de la souveraineté nationale. Les dirigeants du Front de gauche, de leur coté, en prônant à contretemps dans le simple espoir de toucher des subventions européennes par l’intermédiaire du PGE, une « Europe sociale » fantôme, alors qu’ils ne peuvent ignorer que le rapport de force pour un tel projet n’existera jamais dans le champ politique européen parfaitement verrouillé, ont contribué à l’évaporation du capital politique de la victoire du 29 mai 2005. On peut dire aussi que c’est sa timidité sur l’Europe pour ne pas dire plus qui a empêché le décollage de la candidature Mélenchon, et qui explique la baisse continue des positions du PCF depuis 2005, tout en ouvrant un boulevard à l’extrême droite. Leur responsabilité est grande dans la fascisation larvée de l’espace politique.


L’appel à la manifestation se prolonge par un appel à un front populaire patriotique et antifasciste.


Un front populaire : parce que la logique de l’euro et de l’UE est profondément opposée à celle des conquêtes sociales enclenchées par le Front Populaire historique de 1936, et les réformes sociales de la Libération, inscrites au programme du CNR. L’intégration européenne se donne maintenant pour but le saccage complet du droit du travail (CDI, SMC, 35 heures, statut de la fonction publique, etc.), la privatisation de tous les services publics, la fin des régimes de retraite par répartition, et le nivellement des salaires par le bas, vers le niveau ukrainien (75 euros par mois).


Un front patriotique : parce que le patriotisme est une haute valeur communiste, qui manifeste la volonté du peuple qui fait la Révolution de 1789 de conserver sa souveraineté ; Parce que l’Union Européenne et l’OTAN sont des machines à coloniser, et pas seulement les anciennes colonies, mais aussi les anciennes puissances capitalistes dont elles organisent le déclin industriel et politique.


Un front antifasciste : parce les forces d’extrême droite de 1789 à nos jours ont toujours trahi la France et l’ont vendue aux intérêts du capital étranger. Leur opposition à l’Europe est de pure façade, et elles prétendent diviser les ouvriers de France entre français et étrangers, plutôt que combattre l’influence de l’impérialisme et des multinationales. Une lecture attentive du programme du principal parti d’extrême droite montre d’ailleurs qu’il ne se donne absolument pas les moyens de quitter l’Union, ni l’euro. Le vote pour l’extrême droite est le vote proposé par les médias et les politiciens de « l’UMPS » à ceux qui n’aiment pas les médias et les politiciens ! Le piège est grossier !


L’Europe, loin d’être une garantie ou une barrière contre les forces d’extrême droite, ne fait qu’en accélérer la progression. En semant le chômage et le dégoût du politique, elle sème les germes du fascisme ; mais en Ukraine ou en Europe de l’Est, elle aide ouvertement au développement des courants néonazis, et contribue activement aux campagnes anticommunistes qui aboutissent à la réhabilitation des collaborateurs et des nazis historiques.

La sortie de l’OTAN est le complément nécessaire à la sortie de l’UE pour que la France retrouve sa liberté d’action y compris dans le champ économique et social. L’OTAN est une alliance à sens unique entre les États-Unis et ses satellites, à finalité agressive et expansionniste et qui inféode la politique française aux intérêts nationaux des États-Unis et qui menace de nous conduire à la guerre ouverte avec la Russie, l’Iran ou la Chine. En sortir est devenu maintenant une question de survie pour la classe ouvrière et le peuple en France. L’OTAN nous conduit à participer à des opérations de pillage à prétexte humanitaire, comme en Libye, et à soutenir le terrorisme contre des gouvernements laïcs, comme en Syrie. Elle fait de nous les ennemis des peuples arabes et musulmans, et à moyen terme dans la lutte désespérée du capitalisme occidental pour conserver sa suprématie, de l’ensemble du monde du Sud émergent. L’OTAN nous conduit à la guerre incessante avec les peuples du monde. Il faut en sortir !


Le front populaire patriotique antifasciste en gestation doit exprimer la force du peuple uni, sans réserves et sans précaution oratoire, contre le capital et contre l’Europe qu’il construit pour nous et pour nos enfants. Tous dans la rue, à la manifestation unitaire du 30 mai 2015 !


Contre l’Europe du capital, de la droite, de l’extrême droite, et de la fausse gauche.

 

GQ, 30 janvier 2015, revu par le comité de rédaction.

 

source: http://www.communcommune.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans M.C.F.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !