Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 17:21

140509-gg2105 économistes demandent désormais la sortie de l’euro. C’est un évènement idéologique non négligeable ; non seulement le débat sur l’euro n’est plus tabou dans le monde universitaire, mais l’appel ci-dessous prouve à quel point la gauche bien-pensante, à commencer par l’ex-communiste Pierre Laurent (chef de file du « parti de la gauche européenne ») qui défendent mordicus l’euro, ont eu tort d’accabler de sarcasmes ceux qui, avec le PRCF, absolument seul au départ (2004) sur cette ligne, réclamait la stratégie des « 4 sorties », de plus en plus partagée aujourd’hui en France et en Europe : de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.


Cela ne signifie pas que le PRCF adhère à l’appel des économistes tel qu’il est formulé. Le PRCF milite pour une sortie progressiste de l’euro ET de l’UE/OTAN, sur la base des grands principes du CNR : indépendance nationale, souveraineté populaire, centralité du monde du travail, nationalisations, antifascisme/antiracisme, coopérations internationales… Pour nous, cette sortie de l’euro-UE peut enclencher une dynamique révolutionnaire conduisant à la rupture avec le capitalisme : la grande bourgeoisie « française » est en effet devenue si antinationale, si inféodée à l’Axe Washington-Berlin, que la classe ouvrière doit prendre la tête du mouvement pour l’indépendance nationale dans une perspective anticapitaliste.


Ces précisions sont d’autant plus utiles que, devant la faillite de l’euro et le discrédit de la « construction » européenne, une partie de la bourgeoisie rêve d’une sortie de l’euro par la droite, ou d’une continuation dans le cadre de « coopérations renforcées »… qui ne renforceraient en définitive que l’Axe Washington-Berlin-MEDEF-CAC 40.


Communistes, exprimons-nous très fort sur ces questions dans le cadre de la relance des Assises du communisme. Républicains, renforçons le boycott militant avec le Comité national de résistance républicaine à l’UE (Cnrrue). Communistes d’Europe, rompons totalement avec le PGE, syndicalistes, sortons de l’orbite de la CES, ces deux remparts continentaux de la mortifère MONNAIE INIQUE !


Georges Gastaud,

secrétaire national du PRCF

 

 

105 économistes envisagent la dissolution de l’euro ! 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/105-economistes-envisagent-la-152083

140523-AREND_euro.jpg

 

Suite à un précédent billet, la liste des économistes envisageant la fin de l'euro s'est allongée.

Elle compte désormais 105 économistes, dont au moins 5 "prix Nobel" d'économie (sans compte les "prix Nobel" décédés, dès le début hostiles à l'euro (Hayek, Friedman, Allais...), le 3ème économiste le plus cité au monde dans les papiers scientifiques déconomie, un ancien économiste en chef du FMI etc...


Il faut par ailleurs signaler la publication d'une récente étude sur la sortie ou la dissolution de l'euro en Finlande.


Ainsi qu'une étude plus ancienne de la banque Meryll Lynch sur les gains positifs pour tous les pays (sauf l'Allemagne) à un éclatement de la zone euro.


Il est donc temps d'arrêter de dénigrer continuellement la position des personnes, citoyens ou politiques, prônant la dissolution de l'euro.

 

 

Liste non-exhaustive d’économistes envisageant la

dissolution de l’euro comme une possibilité.

 

  • Florin Aftalionprofesseur émérite à l’ESSEC
  • François Asselineau, Inspecteur Général des Finances, ancien délégué général à l’intelligence économique
  • Vincent BrousseauDiplômé de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud et titulaire de deux doctorats, l’un en mathématiques et l’autre en économie, a travaillé pendant 15 ans à la Banque centrale européenne (BCE) et était, jusqu’au 1er janvier 2014, l’un des deux économistes français du département de la politique monétaire.
  • Gabriel ColletisProfesseur de Sciences économiques à l’Université Toulouse-I Capitole
  • Bernard Conte, maître de conférences en sciences économiques à l’Université Bordeaux IV
  • Alain Cottaéconomiste, professeur à HEC et à Dauphine
  • Dominique Garabioldiplômé de l’ESSEC et docteur ès sciences économiques, commença sa carrière à la Banque de France en 1981. En 1986, il devint chef de la section des études au secrétariat général de la Commission bancaire.
  • Jacques GénéreuxProfesseur d’économie à Sciences po Paris
  • Jean-Pierre Gérard, Ancien membre du Conseil de la Politique Monétaire, il est Président du club des N°1 mondiaux français à l’exportation
  • Gael GiraudChargé de Recherches (1re Classe) au CNRS. Chercheur associé à l’École d’économie de Paris et consultant scientifique
  • Alain Grandjean, diplômé de l’École Polytechnique et de l’École Nationale Supérieure de la Statistique et de l’Administration Economique et docteur en économie de l’environnement
  • Brigitte GranvilleProfesseur d’économie internationale et d’économie politique à la « School of Business and Management », Queen Mary, University of London
  • Jean-Luc Gréauéconomiste, ancien expert du Medef, membre du conseil scientifique de la Fondation Res Publica
  • Gérard LafayProfesseur émérite de sciences économiques, Paris II
  • Serge Latouche, professeur émérite d’économie à l’Université Paris-Sud 11
  • Bruno Lemairediplômé d’Harvard, professeur honoraire de Management à HEC, Expert auprès de la MIME (Mission interministérielle pour les mutations économiques)
  • Frédéric LordonDirecteur de Recherche au CNRS, Directeur d’Etude à l’EHESS
  • Bernard Maris Professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII. Il a également enseigné la micro-économie à l’université d’Iowa (États-Unis) et à la banque centrale du Pérou, membre du conseil général de la Banque de France
  • Jacques Mazier, Professeur de sciences économiques, Université de Paris 13
  • Bruno Moschettoprofesseur de sciences économiques à HEC
  • Philippe Murerprofesseur de finance à l’Université Paris 1
  • Jacques Nikonoff, ancien élève de l’ENA, professeur associé à l’Institut d’études européennes de l’université Paris 8, ancien président d’Attac et aujourd’hui porte-parole du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP)
  • Steve Ohana, professeur assistant en finance à ESCP Europe. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique
  • André Orléanadministrateur de l’INSEE en 1974, puis directeur de recherche au CNRS en 1987. Directeur d’Etude à l’EHESS
  • Christophe Ramauxéconomiste français, Maître de Conférences à l’Université Paris I et chercheur au Centre d’Économie de la Sorbonne
  • Xavier RagotProfesseur à l’Ecole d’Economie de Paris
  • Claude Rochetancien élève de l’ENA, professeur de gestion à l’Université Aix-Marseille, Directeur du laboratoire de recherche en intelligence économique au Ministère de l’Economie et des Finances
  • Jean Jacques RosaProfesseur émérite d’économie et de finance à Science Po Paris
  • Michel Santi, professeur de finance à Genève, ancien conseiller de banques centrales de pays émergents
  • Jacques SapirDirecteur d’Etude à l’EHESS
  • Henri SterdyniakDirecteur du Département économie de la mondialisation de l’OFCE, ancien administrateur de l’INSEE
  • Jean-Richard Sulzerdiplômé d’HEC, Agrégé des facultés en sciences de gestion, Professeur à l’Université Paris-Dauphine
  • Jean-Pierre VesperiniAgrégé de sciences économiques (major), Professeur d’économie à l’université de Rouen, ancien membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre
  • Philippe Villin, banquier d’affaires, ancien élève de l’Ena
  • Jean-Claude Werrebrouckancien professeur d’économie à l’Université de Lille
  • Charles B. Blankart, professeur à l’Université Humboldt de Berlin
  • Wilhelm Hankel(†) ancien professeur honoraire à l’Université Johann Wolfgang Goethe de Francfort
  • Rolf Hasseprofesseur d’économie à l’Université de Hambourg Forces Armées Fédérales (1981-1998) et à l’Université de Leipzig (1998-2006). Directeur de l’Europa-Kolleg Hambourg (1992-1998)
  • Hans-Olaf Henkelancien président de la Fédération des Industries Allemandes, Professeur d’Economie à l’Université de Mannheim
  • Markus Kerber, économiste et expert financier, chef de la direction de la Fédération de l’industrie allemande (BDI), auparavant chef du Département de la politique au ministère fédéral des Finances
  • Jörn Kruse, professeur de politique économique à la Faculté des sciences économiques et sociales, Helmut-Schmidt-Université de Hambourg
  • Bernd Luckeancien économiste à la Banque Mondiale, professeur de macroéconomie au département d’économie de l’université de Hambourg
  • Helga Luckenbach, professeur émérite à la Justus-Liebig-Université de Giessen
  • Dirk Meyerprofesseur à l’Université Helmut Schmidt à Hambourg
  • Georg Milbradt fut professeur à la faculté de sciences économiques de l’université de Münster, actuellement professeur à l’université technologique de Dresde. Ancien ministre-président de la Saxe
  • Wilhelm Nöllingdiplômé des Universités de Berkley et de Hambourg, ancien professeur d’économie à l’Académie des sciences économiques et politiques, Hambourg
  • Thilo Sarrazin ancien membre du directoire de la Deutsche Bundesbank
  • Wolf Schäferancien professeur de sciences économiques à l’Université Helmut Schmidt à Hambourg
  • Roland Vaubelprofesseur d’économie à l’Université de Mannheim
  • Hans Werner Sinnprésident de l’Institut für Wirtschaftsforschung (ifo), membre de la National Bureau of Economic Research à Cambridge, Massachusetts
  • Joachim Starbattyprofesseur émérite de sciences économiques à l’ Université de Tübingen
  • Alfred Steinherrancien économiste en chef de la Banque européenne d’investissement, Professeur à la « School of Economics and Management » de l’Université Libre de Bozen-Bolzano, Italie
  • Geminello Alvi, membre du Conseil national de l’Economie et du Travail, ancien économiste à la Banque d’Italie et à la Banque des règlements internationaux
  • Bruno Amorosoprofesseur d’économie.
  • Alberto BagnaiProfesseur associé d’économie politique à l’université G. d’Annunzio et L. Da Vinci de Chieti
  • Marco BiagettiEconomiste statisticien, docteur en économie de l’université « La Sapienza » de Rome
  • Claudio Borghi Aquiliniéconomiste et chroniqueur, professeur à l’Université catholique du Sacré-Cœur – Milan
  • Emiliano Brancaccio professeur d’économie à l’Université de Sannio à Bénévent
  • Sergio Cesaratto Professeur à l’Université de Sienne, Département d’économie et de statistique.
  • Michele Fratianni, professeur d’économie à Indiana University, Kelley School of Business
  • Nino Galloni membre du conseil des commissaires de l’Institut national de sécurité sociale, ancien professeur aux Universités de Milan, de Modène, et de Rome
  • Vladimiro Giacchéprésident du Centro Europa Ricerche
  • Giuseppe Di Taranto, Professeur d’économie et d’histoire à la « Libera Università Internazionale degli Studi Sociali »
  • Antonio Maria Rinaldi, Professeur de Corporate Finance à l’université Gabriele d’Annunzio
  • Tancioni Massimiliano Professeur d’économie, Université La Sapienza de Rome
  • Gianluigi Nocelladocteur en économie de l’Université La Sapienza de Rome
  • Marco Passarellaéconomiste, université de Leeds
  • Cesare Pozzi professeur d’économie appliquée à l’Université de Foggia
  • Andrea Ricci professeur d’économie à l’Université d’Urbino
  • Paolo Savonaprofesseur de politique économique à la Carli Université LUISS-Guido de Rome, diplômé du MIT
  • Gennaro Zezzaprofesseur agrégé d’économie à l’Université de Cassino, et chercheur à l’Institut Levy Economics des États-Unis
  • João Ferreira do Amaral, Professor of Economics and Economic Policy at the University of Lisbon and economic adviser to the Portuguese president
  • Beatriz Armendáriz, Harvard University & University College London
  • Elina Berghäll, ancienne économiste à l’OCDE et au FMI, aujourd’hui au Government Institute for Economic Research
  • Peter Boone, chercheur associé au Centre for Economic Performance, London School of Economics
  • Roger Bootleancien maitre de conférence à l’Université d’Oxford, fondateur du cabinet de recherche économique « Capital economics »
  • Brendan Brown, directeur exécutif de Mitsubishi UFJ Securities International
  • Marc Faber, économiste, docteur en économie de l’Université de Zurich
  • Dirk Faltin, Head of Thematic Research (Director) UBS Wealth Management Research
  • Mojmír HamplVice-gouverneur de la banque central de République Tchèque depuis 2008
  • Andreas Höfert, économiste en chef de Wealth Management & Banque suisse et le chef mondial de Wealth Management Research
  • Vesa Kanniainen, diplômé de la London School of Economics, ancien professeur invité à l’Université de Brown, Professeur d’économie à l’Université d’Helsinki
  • Stefan Kawalec, économiste, ancien directeur général du ministère des finances et sous-ministre des finances polonais
  • Pia Koskenoja, professeur à l’Université d’Helsinki, économiste au Government Institute of Economic Research, experte après de la Commission Européenne
  • Costas Lapavitsasprofesseur d’économie à la “School of Oriental and African Studies”, University of London.
  • Juan Francisco Martín Seco, “Academic lecturer” d’Introduction à l’économie et de finance publique
  • Sami Miettinen, économiste
  • Jens Nordvigchef mondial de la stratégie FX et chef de la recherche Fixed Income, Amériques chez Nomura Securities
  • Peter Oppenheimerchercheur en histoire économique à l’Université d’Oxford
  • Ernest PytlarczykEconomiste en Chef de la BRE Bank S.A
  • Alejandro Reynoso, professeur de finance à l’Université de Cambridge
  • Christopher Smallwood, économiste à Capital Economics
  • Antoni Soy, Professeur d’économie appliquée à l’Université de Barcelone, ministre délégué à l’industrie et à l’entreprise dans le gouvernement de Catalogne
  • Mark Weisbrot, co-directeur du CEPR (Center for Economic and Policy Research) de Washington
  • Robert AliberProfesseur émérite d’économie et de finance internationale à l’Université de Chicago
  • Robert BarroProfesseur d’économie à Harvard, classé 3ème économiste le plus cité au monde (IDEAS)
  • Simon Johnsonancien économiste en chef du FMI, professeur au MIT
  • Nouriel RoubiniProfesseur d’économie au Stern School of Business de l’Université de New York. Avait annoncé la crise en 2005-2006
  • Dani RodrikProfesseur d’économie politique à Harvard
  • Heiner Flassbeckancien économiste en chef de la CNUCED de 2003 à 2012
  • Christopher PissaridesPrix Nobel 2010, Professeur à la London School of Economics
  • Paul Krugman, Prix Nobel 2008, Professeur à l’Université de Princeton
  • Joseph StiglitzPrix Nobel 2007
  • Thomas SargentPrix Nobel 2011
  • James MirrleesPrix Nobel 1996

 

sources:

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/sortie-de-l-euro-105-economistes-envisagent-la-dissolution-de-leuro/

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/105-economistes-envisagent-la-152083

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !