Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 10:05

140819-tu-es-breton-si-tu-es-cabochard.jpg

 

De Kersauson aux bonnets rouges, en passant par Bernard Hinault ou la jeune Enora Malagré, la Bretagne est une région productrice de nombreux cabochards, voire d'authentiques têtes de lard. Observons donc les moeurs un peu agitées des autochtones, en poursuivant notre visite guidée de la Bretagne typique. Tenez bien les enfants par la main, ça secoue un peu !


« Breton, tête de cochon ! ». La rime est riche et depuis belle lurette, elle sert à qualifier une des caractéristiques attribuées aux Bretons par les habitants de la France d'en face qui les trouvent particulièrement têtus.


Les descendants armoricains de la lointaine civilisation celte ne renient pas totalement le concept et il leur arrive de reconnaître volontiers qu'on peut aussi leur attribuer quelques qualificatifs comme « râleurs » ou « cabochards ». Voire même aller piocher dans le registre charcutier pour y puiser « têtes de lard » !

Deux grains de Celte

Tiens, parlons-en des Celtes ! Est-ce à leurs très lointains aïeux que les actuels Bretons typiques doivent ce caractère qui les fait vite monter en pression ? Pas impossible, tant les Celtes avaient un mode de vie qui devait bien aller au teint des cabochards. Ils ne maîtrisaient pas l'écriture ou n'avaient pas envie de s'embarrasser avec ça, ce qui ne devait pas faciliter tous les rapports sociaux.

S'ils n'étaient pas forts à l'écrit, ils l'étaient donc forcément à l'oral et il est probable que dans leur système des clans, la plus grande gueule avait souvent raison. D'où la traçabilité encore manifeste dans la moderne Armorique. Ce n'est qu'une hypothèse, bien sûr, à laquelle on ne manquera pas d'ajouter que le penchant cabochard est partagé par les habitants d'autres régions périphériques au rang desquels figurent, notamment, les Corses et les Basques. Et Outre-Manche, les Irlandais, les Écossais et les Gallois. Bienvenue au club ! Alors forcément, une réputation de tête de lard, ça vous colle à la peau, jusqu'à ce que, par la vertu du tourisme estival et généralement balnéaire, les gens venus d'ailleurs s'aperçoivent que le Breton a un sens aigu de l'accueil. « On ne s'attendait pas à rencontrer autant de gens sympas en Bretagne ». Ben oui, c'est étonnant mais c'est comme ça !

Râlante collective

Il est peu probable, cependant, que cette réputation de frondeurs se soit atténuée cet hiver sous le spectaculaire effet du mouvement des bonnets rouges qui a sidéré l'Hexagone, pataugeant alors en plein ras-le-bol fiscal. Il a d'abord attiré la sympathie avant que la radicalisation du mouvement et quelques actions violentes ne freinent l'élan de bienveillance devant ce mode d'action semblant sorti d'un autre âge.


Ce n'est pas faux ! Il a emprunté aux bonnets rouges du XVIIe siècle le couvre-chef symbolique de la révolte fiscale mais également un mode d'action s'apparentant aux jacqueries de jadis. La Bretagne, dernière grande région agricole française, en a gardé quelques habitudes séculaires de râlante collective, de mauvaise tête communautaire, voire même de mêlée digne du village des irréductibles, surtout quand on met face à eux des légionnaires regroupés au sein de compagnies républicaines de sécurité.


Il convient, du reste, de remarquer que ce mouvement des bonnets rouges est né d'une rencontre impromptue entre deux spécimens de ce que la Bretagne produit de plus haut de gamme dans la catégorie tête de lard. Christian Troadec, l'élu du Centre-Bretagne, et Thierry Merret, l'éleveur du Léon. L'un plutôt de gauche, l'autre plutôt de droite. Un attelage improbable pour un mouvement qui a fait du foin.


D'autres authentiques cabochards, la Bretagne en a produit tout au long de son histoire. Bernard Hinault, par exemple, qui a hérité du poétique surnom de Blaireau. Ceux qui se souviennent de la façon dont il a jadis conduit une grève des coureurs se doutent qu'à la place de la casquette cycliste, il aurait pu, lui aussi, porter le bonnet rouge.

De Kersauson à Malagré

Mais le plus médiatique cabochard et le plus connu des Bretons est, bien sûr, le vicomte Olivier de Kersauson de Pennendreff, voguant sur mer comme sur les ondes, et lancé par les Grosses Têtes avant de s'imposer dans le registre de la provocation et de la misogynie beauf surjouée. Il lui vaut un gros succès radiophonique après une percée remarquée sur le petit écran, brutalement interrompue au lendemain d'une interview controversée (au côté de Patrick Sébastien) d'un autre coriace d'origine bretonne, un certain Jean-Marie L. P... dont on préfère ne pas citer le nom car, ici, on ne fait pas de politique.


Kersauson, gérant son style comme un fonds de commerce, on en arrivait à douter qu'une femme puisse un jour se glisser dans le même registre. Et elle est arrivée : la Finistérienne Enora Malagré, lancée par les émissions de Cyril Hanouna. Elle pratique la sulfateuse avec un rare culot et un langage fleuri, là où sa juvénile blondeur la destinait plutôt au rôle de bimbo. Et que croyez-vous qu'il arriva ? Un sondage Puremédias-RTL, en juin, l'a donnée seconde animatrice préférée des internautes, derrière l'intouchable Karine Le Marchand et ses amours champêtres.


Kersauson-Malagré : le style cabochard est décidément tendance. Si les ondes hexagonales cherchent du renfort, on connaît quelques autres Bretons prêts à ramener leur fraise.

 

 

René PEREZ

 

source: http://www.letelegramme.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Bretagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !