Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 17:31

 

 

L'augmentation du nombre de chômeurs se poursuit, encore et encore, alors que le patronat reçoit toujours plus d'aides, de subventions et de défiscalisation, sans aucun résultats — si ce n'est la brutalle hausse des dividendes — et que le gouvernement veut lui en donner encore plus.

Pour la CGT, Eric Aubin a développé la posiiton de la CGT qui est que, si l'on veut vraiment inverser la courbe du chômage, il faut augmenter la consommation, et pour cela il faut augmenter les salaires et les pensions.

  • > Le chômage des jeunes repart à la hausse malgré les emplois aidés,
  • > Le chômage des séniors augmente après le recul de l'âge de la retraite à 62 ans,
  • > Le chômage de longue durée augmente et particulièrement le chômage de très longue durée.

En face, Christian Saint-Etienne, l'homme du Medef qualifié d'"économiste", a défendu les revendications patronale de casse des seuils sociaux (11 salariés pour avoir un DP, 50 salariés pour avoir un CE), et justifié l'augmentation exponentielle des dividendes des actionnaires.

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 17:25

140828-2014-construction_logement.jpg

 

 

-17%, c'est la baisse sur 12 mois, du nombre de permis de construire, soit 371 474 unités ! Sur un an, entre août 2013 et juillet 2014, cette baisse approche les 11 %, soit 305 079 unités, bien loin des promesses présidentielles de plus 500 000 logements annuels.

Alors que le logement avait été annoncé comme une priorité du Président, la construction de logements continue de se dégrader ! 

Pourquoi une telle crise de la construction ? Le secteur du bâtiment et du logement paye cash la politique d’austérité, l'augmentation de la précarité, et le ralentissement de l’activité économique.

Au 31 juillet 2014, il y avait pourtant 369 milliards d’euros dans les livrets A, soit une augmentation de 56 % de l’épargne disponible, dont la destination est normalement le financement de logements. Mais aujourd’hui, il n’y a aucun nouveau dispositif de subvention ou de prêt accordé par la Caisse des dépôts pour booster la production de logements locatifs sociaux ou d’accession social à la propriété. Résultat, même la construction de logements HLM (Habitations à "Loyers Modérés") est en berne, alors même que l’offre reste très inférieure à la demande.


S'il y a bien un secteur où les cadeaux au patronat ne servent à rien c'est bien le bâtiment. En plus c'est un secteur où la délocalistation est difficile ! Or il y a d'énormes besoins, mais la baisse du pouvoir d'achat empèche les demandeurs de logement de construire, de même que les sociétés d'HLM n'ont pas les moyens de construire plus: ce qu'il faut c'est une autre politique qui rompe avec l'austérité !

Pendant ce temps là des milliards d'euros sont donnés à fond perdu aux actionnaires et aux spéculateurs !

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 16:54

140828-Patron-des-patrons.jpg

 

 

Déclaration de Thierry Lepaon, Secrétaire général de la CGT

Le Premier ministre en meeting au MEDEF !

 

 

Pour la deuxième fois sous la Présidence de François Hollande, un Premier ministre de la République est la vedette d’un meeting syndical.


Le Premier ministre a choisi de venir faire applaudir sa politique par le MEDEF, le jour même de la publication des chiffres du chômage qui continuent d’augmenter.


La confusion des genres entre l’Etat et le MEDEF, le trait d’union qu’il tire entre le Medef et les entreprises, ont quelque chose de scandaleux.


La scénographie de son intervention, après le film de propagande du Medef intitulé, « Un million d’emploi, c’est possible » ne nous dit rien sur : quand, dans quelles entreprises, sur quel territoire, avec quel temps de travail, avec quelle rémunération seront créés ces emplois ? Pour l’instant et malgré les 220 milliards de cadeaux déjà consentis aux entreprises, on n’en a vu aucun.


Aucune stratégie n’est annoncée concernant l’évaluation des politiques publiques en direction des entreprises. Sur 45 minutes de discours, il consacre une phrase timide sur les comptes qu’elles auront à rendre à la nation.


Il passe sous silence les 220 milliards d’euros d’aides publiques aux entreprises qui ne sont soumises à aucune évaluation alors que tous les observateurs attentifs constatent que le versement du CICE n’a servi ni à l’investissement, ni à l’emploi.


Sur les 40 entreprises du CAC 40, 37 viennent d’augmenter leurs dividendes aux actionnaires, au détriment des investissements, de l’emploi et des salaires.


Le Premier ministre dit vouloir rassembler pour réformer, mais la question cruciale qui est posée est sur quoi ?, comment ?


Sa réponse est en ligne avec le clip du syndicat patronal. Tout y passe, les attentes du MEDEF sont même anticipées : la simplification du code du travail, le travail du dimanche, la représentation des salariés dans les petites et moyennes entreprises…


Tout cela au motif que la France vivrait au-dessus de ses moyens depuis 40 ans. C’est insupportable ! Où sont les salariés, les retraités, les chômeurs, les jeunes en galère, qui vivent au- dessus de leurs moyens aujourd’hui en France ?


Montreuil, le 27 août 2014

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 21:53

 

 

"Le bureau confédéral du 28 juillet a décidé de saisir le conseil d’état pour un « recours en excès de pouvoir » en annulation de la convention d’assurance chômage du 14 mai 2014", a annoncé Eric Aubin, dirigeant de la CGT lors d’une conférence de presse.

Il était entouré à cette occasion de Denis Gravouil, secrétaire général de la fédération CGT du spectacle et d'André Fadda, dirigeant de l’Union Syndicale CGT de l’Intérim.


Cette nouvelle action juridique est distincte de celle engagée en référé devant le TGI pour demander la suspension, puis l’annulation du texte. Après une première audience, la justice a refusé, le 11 juillet, de suspendre l’application de la convention, renvoyant à une audience sur le fond le 30 septembre. Mais le TGI a donné tort aux signataires du texte, en se déclarant compétent et en renvoyant l’affaire sur le fond, il relève également que les objectifs de la CGT sont bien de défendre les droits des demandeurs d’emploi. Une nouvelle audience, cette fois sur le fond aura donc lieu le 30 septembre.

Le dossier de la CGT est "solide", a estimé Eric Aubin, "nous irons donc à l’audience sur le fond le 30 septembre confiants".

Mais au-delà des recours juridiques, la lutte continue contre cet accord injuste qui fait payer aux demandeurs d’emploi le déficit du régime d’assurance chômage plombé par l’abus des contrats précaires qui représentent 51% des entrées à Pôle Emploi, par le recours massif aux ruptures conventionnelles pour se débarrasser des seniors, notamment.

Rappelons qu’à l’occasion de ces négociations, le patronat a refusé de mettre le moindre centime sur la table. Tout comme d’ailleurs, il a refusé de discuter des propositions que la CGT a faites pour : 

- mieux indemniser ;

- mieux former les demandeurs d’emploi ;

- lutter contre la précarité.


A l’occasion de ce point de presse, Eric Aubin a contesté avec force l’idée selon laquelle la CGT n’aurait fait aucune proposition lors de ces négociations se bornant à contester. Il a en effet rappelé que la CGT avait mis sur la table un projet d’accord balayé d’un revers de main par le MEDEF.

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 21:45

140824--salaire-des-pdg-copie-1.jpg

La France est le deuxième pays au monde après les États-Unis en termes de dividendes versés au cours du deuxième trimestre, selon le Figaro. Au cours du deuxième trimestre, les entreprises françaises ont en effet versé 40,7 milliards de dollars à leurs actionnaires !

Pendant que les salires stagnent, et que l'activité économique fait du surplace, les rémunérations des actionnaires flambent de +30,3 % !

 

Les entreprises françaises font même augmenter la moyenne mondiale puisque les dividendes globaux au niveau mondial ne s'inscrivent en hausse "que" de 11,7% affichant un nouveau record à 426,8 milliards de dollars US versés par les entreprises cotées au deuxième trimestre 2014.


A elle seule l'Europe a assuré 2/5ème des versements de dividendes mondiaux au deuxième trimestre soit 153,4 milliards de dollars, en hausse de 18,2%.

La France (+ 30,3%), la Suisse et l'Espagne (+ 75%) sont les pays qui ont le plus augmenté les rémunérations attribués à leurs actionnaires en Europe.

Et il y en a encore qui pensent qu'il n'y aurait plus d'argent ! C'est insensé !

La crise ne touche pas tout le monde ! Elle ne touche que les salariés, à qui l'on raconte que leur salaire est un coût !


Mais est-ce si étonnant le fait que l'argent coule à flot ? Grâce au CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) les entreprises viennent de toucher la première tranche du CICE , soit près de 7 milliards d'euros. Rappelons que la CICE a été créé par le gouvernement, sans contrôle ni contrepartie: l'argent est donc passé directement de l'État aux actionnaires !!! C'est aujourd'hui une évidence !!! 


Le CICE ne produit ni compétitivité, ni emploi ! Juste des liquidités au bénéfice des plus riches !

Lire également:

Pauvreté: Le nombre de personnes couvertes par la Couverture maladie universelle (CMU) atteint les 5 millions de bénéfiaires

Le cadeau CICE:voilà en 2013, les 20 milliards qui manqueraient aux retraites en 2020 !

 

source: union locale cgt-dieppe [22/08/2014]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 21:38

 

Hollande-Interview.jpg

Communiqué de la CGT (20 août 2014)

Le président s’obstine à considérer que le travail serait un coût et refuse de tirer le bilan de sa politique qui a déjà offert au patronat 220 milliards d’Euros –pacte de responsabilité et CICE inclus- payés par les salariés.

Nier le besoin d’augmenter les salaires (revendication principale des salariés) et ne faire reposer l’augmentation du pouvoir d’achat que sur une baisse de la fiscalité des ménages est la démonstration de l’absence totale de prise en compte des attentes et des réalités vécues par les salariés.

Déjà, lors de la conférence sociale de juillet 2014, il a refusé d’entendre les 94 exigences et les 5 priorités formulées par la CGT qui permettraient de mettre fin à l’austérité et de renouer avec la croissance.

Ces priorités sont :

  • - Revaloriser le SMIC, l’indice des salaires dans la Fonction Publique, les pensions et les minimas sociaux.
  • - Établir un calendrier d’ouverture des négociations dans les branches professionnelles sur les grilles de qualifications.
  • - Mettre en œuvre une véritable démocratie sociale qui permettra aux salariés de pouvoir bénéficier d’un droit d’expression direct et collectif sur leur travail quelle que soit la taille de l’entreprise.
  • - Relancer l’emploi par l’investissement industriel au travers du plan d’investissement porté par la Confédération Européenne des Syndicats.
  • - Contrôler les aides publiques accordées aux entreprises en les réorientant sur l’emploi et l’investissement.

Devant l’entêtement du chef de l’Etat et de son gouvernement, la CGT réaffirme la nécessité que les salariés, les retraités et les privés d’emplois se mobilisent massivement dans l’unité la plus large. 

Montreuil, le 20 août 2014

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 21:31

140824-petit-commerce-01.jpg

Les faillites de FagorBrandt, Gad, de Caddie, ou encore Mory Ducros, mobilisent l'attention des médias, les déboires de ces entreprises emblématiques sont l’arbre qui cachent la forêt.

L'année 2013 a totalisé 63.101 défaillances d'entreprise, en hausse de 3% par rapport à 2012, et a frisé le niveau record de 2009 où 63.700 entreprises avaient mis la clé sous la porte. Le nombre d'emplois détruits par ces faillites d'entreprises a dépassé le niveau de 2009 avec plus de 269.000 emplois détruits.

Cette tendance se poursuit, puis qu'en juin 2014, le nombre de faillites — calculé sur l'année glissante — a encore augmenté de 1,8%. Dans le commerce et la réparation automobile plus de 14.000 entreprises ont mis la clé sous la porte ces douze derniers mois.

Les très petites entreprises (TPE) sont les plus touchées par ce fléau puisque davantage de petites sociétés employant un ou deux salariés ont fait faillite en 2013 par rapport à 2009, et cela continue.

Le commerce de proximité et la restauration dans l'œil du cyclone

Parmi les petites structures, le petit commerce — alimentation générale, activités de bricolage, vêtement et équipements du foyer — a été terrassés en 2013 avec plus de 8500 fermetures de magasins, un niveau jamais enregistré. L’idée d'ouvrir son magasin "pour s’en tirer", lorsqu’on est un salarié menacé de licenciement, et se battre pour obtenir une prime supralégale plutôt que de défendre son emploi, est donc une très mauvaise idée, une illusion, voire un piège fatal !

En 2013 les services à la personne ont également connu une année noire, tout comme la restauration. Avec 5700 dépôts de bilan l'an passé, la restauration traditionnelle paie le plus lourd tribut, et concentre les deux tiers des procédures, même si la restauration rapide a tiré son épingle du jeu.

La tendance de 2013 se confirme en 2014 !

Deux secteurs ont connu une forte hausse des défaillances sur un an (de juin 2013 à juin 2014): l'agriculture et la pêche (+7,3%), et les activités financières et d'assurances (+14,3%). Mais, en masse, les faillites frappent surtout le commerce et la réparation automobile, aiunsi que la construction. 


Les commerces de proximité subissent de plein fouet la panne de la consommation des ménages. Or la consommation est le moteur essentiel de la croissance en France, contribuant pour environ 55% au PIB. Or, les ménages voient baisser du pouvoir d'achat, à cause de la stagnation des salaires, une précarité et un niveau de chômage élevé, les amenant réduire leur consommation.


Baisser les impôts pour les faibles revenus — après, tout de même, l'avoir augmenté l'an dernier, et avoir augmenté la TVA en janvier 2014 — si cela peut donner une légère, toute petite, bouffée d'oxygène aux ménages les plus pauvres, n'aura que peu d'effets sur l'activité économique, car cette clioentèle est déjà perdue pour le petit commerce: elle va prioritairement dans les grandes enseignes low-cost. La baisse du pouvoir d'achat des salaires moyens et supérieurs, le blocage des salaires des fonctionnaires depuis 2010, et l'absence de revalorisation des pensions, vident la clientèle des petits commerces. Ce qu'il faut c'est augmenter les salaires et les pensions ! Tous les salaires !

Comme ne cesse de le dire la CGT, l’austérité est une catastrophe : si l’on veut relancer l’activité économique et l’emploi, il est plus qu'urgent d'augmenter les salaires.

 

source: union locale cgt-dieppe [20/08/2014]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 19:23

140822-Hollande.jpg

 

 

Communiqué du Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF)

 

 

Le président de la République a lancé sa rentrée hier dans un entretien au journal Le Monde. Alors que le chômage continue d’augmenter, que la croissance n’est toujours pas au rendez-vous, M. Hollande persiste et signe : il maintient son cap inefficace et impopulaire.

Pire, en plus des 40 milliards de cadeaux fiscaux aux actionnaires du pacte de responsabilité, de nouvelles mesures sont annoncées : fusion de la prime pour l’emploi et du RSA, développement de l’apprentissage et de l’alternance, attaque de la représentation des travailleurs dans les entreprises. Sans contenu précis, sans moyens supplémentaires, ces annonces peuvent légitimement être perçues comme de nouvelles régressions. Va-t-on relancer l’emploi par des nouvelles suppressions de cotisations, développer l’apprentissage quand rien n’est fait pour stopper l’hémorragie industrielle ? Va-t-on relancer l’emploi en donnant toujours plus les mains libres à ceux qui nous ont plongés dans la crise ?

En poursuivant la fuite en avant dans l’austérité et la soumission aux marchés financiers, le président enfonce le pays et la jeunesse dans des perspectives sombres. Alors que les dividendes des actionnaires viennent de battre de nouveaux records (plus 30% au deuxième trimestre), de nouveaux cadeaux fiscaux sont offerts au patronat. Le coût du capital : voilà le mal de notre période.

Pour en finir avec le chômage, la précarité, il faut s’attaquer au pouvoir actionnaires pour reprendre la main sur nos richesses et avancer vers la sécurisation de nos formations, du travail.

C’est à cette tâche que les forces sociales et politiques de progrès doivent s’atteler dès cette rentrée.

 

source: le site de Nicolas MAURY

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 22:15

 

 

 

« Stéphane Le Foll nous a assuré tout faire pour que l'activité soit maintenue sur le site de Josselin », raconte Annick Le Guével, délégué CFDT de l'abattoir Gad à Josselin dans le Morbihan.

La représentante des salariés de Gad sort ce mardi après-midi à 16 h 45 d'un rendez-vous au ministère de l'Agriculture, auquel elle participait avec cinq autres délégués du syndicat. C'est par téléphone qu'elle nous raconte l'entretien.


« Le ministre nous a assuré que le dossier de reprise du site de Gad par SVA, filiale d'Intermarché, serait déposé d'ici 10 à 15 jours. Il le faut pour que le tribunal de commerce décide d'une liquidation du site avec poursuite d'activités. »


Le cas de Gad à Lampaul-Guimiliau dans le Finistère, où travaillent encore 85 personnes, a aussi été évoqué. "Il faut voir si le projet de reprise comprend le site de Lampaul" explique la déléguée CFDT. Si ce n'était pas le cas, le ministre leur a assuré qu'il ferait le nécessaire pour trouver un autre repreneur pour l'unité du Finistère.


« Au vu du stress et du désarroi des salariés, nous avons demandé au ministre de faire le nécessaire pour que nous puissions rencontrer le directeur de SVA afin qu'on sache ce qu'il y aura dans le dossier de reprise et s'assurer que l'intégralité des salariés sera gardée. »


Les six délégués CFDT présent à l'entretien au ministère se disent plutôt soulagés, "autant les élus de Josselin que ceux du Finistère" assure Annick Le Guével.

 

 

source: http://www.ouest-france.fr (19/08/2014)

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 19:22

140815-LT-Les-Gens-De-Mer-.JPEG

 

120 salariés travaillent actuellement dans les sept hôtels des gens de mer disséminés sur tout le territoire national (De Dunkerque à Marseille). Créés à l'origine pour accueillir les marins en escale et leurs familles, les établissements, gérés par l'AGISM (Association pour la gestion des institutions sociales maritimes) sont ouverts depuis 1999 au grand public. En redressement judiciaire depuis le 15 mai 2013, l'association gestionnaire des hôtels a jusqu'au 6 novembre pour présenter un plan de redressement et éviter la liquidation. En Bretagne, les établissements de Brest et Lorient sont concernés, celui de Concarneau ayant fermé ses portes en février 2013. C'est justement devant ce dernier que la CGT des marins souhaitait, hier, tirer la sonnette d'alarme concernant la situation des salariés. « Le naufrage est certain si les Affaires maritimes et l'Établissement national des invalides de la Marine (ENIM) n'assument pas leurs responsabilités », souligne Jean-Paul Hellequin. Ces organismes, qui soutenaient jusqu'alors l'AGISM, ont décidé, depuis 2011, de se retirer du financement de l'association, « en catimini », dénonce la CGT. Propriétaire de trois des sept hôtels, l'ENIM souhaite également se séparer de ses biens. La CGT souhaiterait que « les bénéfices des ventes des hôtels de Concarneau et Marseille rentrent dans les caisses de l'AGISM et puissent financer un plan de relance de l'association ».

 

 

source: http://www.letelegramme.fr/bretagne [15/08/2014]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Eco-social
commenter cet article

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !