Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 23:31

0000000-prcf logo

 

TROIS MILLIONS DE FRANÇAISES ET FRANÇAIS CONTRE LES TUEURS.

LEUR MESSAGE BAFOUÉ ET RÉCUPÉRÉ PAR LA BANDE DE CEUX QUI PROVOQUENT LA GUERRE, LA MISÈRE ET LE TERRORISME: Porotchenko, Netanyahu, Merkel, Sarkozy, Cameron, Hollande,Samaras…

 

On ne peut que saluer la mobilisation populaire des citoyens qui rejettent l’horreur du crime, le solidarité avec les victimes, qui expriment leur soutient aux libertés démocratiques,


150113-charlie-hebdo.jpgCette formidable mobilisation fut hélas manipulée et dénaturée par les dirigeants d’une quarantaine de gouvernements responsables pour beaucoup d’entre eux de véritables actions terroristes comme le gouvernement israélien et son chef, responsable de l’assassinat d’enfants palestiniens cet été à Gaza ou le représentant du gouvernement de Turquie qui soutiennent DAESH. Notons le fascisant hongrois Orban ou l’autocrate corrompu Bongo parmi les invités de Hollande.


Sans oublier les représentants, chefs ou anciens chefs des gouvernements de l’UE et des États-Unis comme Merkel, Sarkozy, Hollande, Hartley ou Samaras qui imposent à leurs peuples des politiques d’austérité au service du seul grand capital et plongent d’autres pays comme les leurs, dans la spirale de la misère et de la guerre. Irak, Syrie, Libye, Mali…

Partout les impérialistes sèment la mort et le terrorisme.

Partout ils soutiennent les dictatures comme en Afrique, les intégristes comme au Proche-Orient – comme le Qatar et l’Arabie Saoudite sont… « Charlie » !- et les nazis comme en Ukraine. Partout ces gens bafouent la liberté de la presse qui appartient aux capitalistes et défend leurs intérêts. Partout ces gens opposent les travailleurs entre eux et ils prétendent après défendre l’unité de la nation. Nation qu’ils démolissent pierre par pierre au profit de l’Union Européenne du capital.


Le PRCF a refusé de défiler derrière ces hypocrites ou ses criminels mais il fut présent avec les Françaises et les Français qui ont défilé pour leur faire connaître son analyse politique au moyen d’un tract clairement politique, pour briser « l’union sacrée » avec ceux qui au quotidien, par leur politique, créent le terreau du terrorisme et de la fascisation.


Combien de manifestants honnêtes qui croyaient venir défendre la liberté d’expression et le pluralisme ont-ils compris qu’en réalité, on les a fait manifester pour célébrer l’Union européenne et transatlantique qui partout détruit les souverainetés populaires, les acquis sociaux et en Ukraine, soutient carrément un gouvernement pro-nazi ? Et s’agissant de la France, pour une sorte de « Patriot Act » réduisant les libertés individuelles sans rien apporter dans la lutte contre le terrorisme (la loi Cazeneuve « antiterroriste », qui est gravement attentatoire aux libertés et que le PRCF a dénoncée, était à peine votée que les attentats sanglants avaient lieu !).


Pour donner une perspective à leur mouvement de solidarité et de fraternité il faudrait que nos concitoyens comprennent que le discours sur « l’union sacrée », en 2015 comme en 1914, sert à cacher les contradictions sociales, à cacher la lutte des classes qui n’est pas une invention idéologique mais un fait objectif. L’union populaire des exploités, des classes populaires et moyennes oui, l’union avec les exploiteurs et les fauteurs de guerre, non !


PRCF Paris 11 janvier 20H

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 23:29

0000000-ujfp-logoDans le chaos provoqué par l’attentat monstrueux qui a coûté la vie à douze êtres humains, il n’est pas facile de se situer. Entre ceux qui expriment uniquement douleur et colère justifiées, ceux qui « craignent les amalgames » et ceux qui appellent à l’union nationale (et internationale) contre l’Islamisme radical sous la bannière du slogan « je suis Charlie ».

Bien sûr, le crime appelle douleur et colère, mais contre quoi exactement ?


Ce massacre ignoble est revendiqué par des individus qui se disent membres de Al Qaida. La nécessité absolue de combattre les mouvances obscurantistes de l’islamisme radical ne doit pas nous rendre amnésique. Ces courants qui s’imposent par la terreur affirment commettre leurs crimes au nom de l’Islam. Leur développement a été rendu possible par les interventions impérialistes, le démembrement des États et l’utilisation par l’Occident de ce courant contre les forces progressistes. En France, la situation sociale insupportable que vit la population issue de l’immigration post-coloniale, le racisme d’État, l’islamophobie, les discriminations, la stigmatisation ou les contrôles au faciès portent une responsabilité évidente dans l’essor de ce courant qui touche en réalité une frange marginale d’une jeunesse de toutes origines mais sans horizon.


Bien sûr le crime risque de provoquer des amalgames. Mais ces amalgames sont-ils nouveaux ? Charlie Hebdo, qui a longtemps représenté pour nous l’impertinence, l’insolence de mai soixante-huit, Wolinski, Cabu, l’écologie, RESF, ne s’est-t-il pas justement distingué dans l’art graphique et politique de l’amalgame depuis des années ? Et que les choses soient claires, personne ici ne dit qu’il n’avait pas la liberté de le faire et il a eu toute liberté de le faire des années durant.


Avoir la moindre complaisance ou compréhension pour des assassins de dessinateurs ou pour la mise à mort de gens en raison de leurs idées est insensé.


Mais Charlie Hebdo a mené une bataille politique. Et occulter et faire oublier dans quel contexte il publiait ses caricatures faisait partie de sa bataille politique.


Peut-on imaginer des caricatures émanant de journaux progressistes critiquant la religion juive pendant les années trente au moment de la montée de l’antisémitisme et de la persécution des juifs ? Et nous ne parlons pas ici de caricatures antisémites de l’époque mais de caricatures critiquant la religion juive.


Comment la critique des religions pourrait-elle faire abstraction du rapport dominant/dominé ? Critiquer les religions cela se fait aussi dans un contexte, dans un moment politique qui n’est aucunement neutre à l’égard des musulmans. Les actes de Charlie Hebdo, et les caricatures et les articles sont des actes et ont participé au développement de l’islamophobie en France. Développement du mépris et du racisme à l’encontre de tous les musulmans, des lois chargées de protéger « la laïcité à la française » contre eux, des mosquées attaquées, des agressions physiques contre des gens "d’apparence musulmane". Leur désignation comme boucs émissaires de la crise économique et sociale, qu’ils subissent aussi et souvent en première ligne, à l’aide des « amalgames » est en marche depuis des années.


Des ghettos et des discriminations, il n’en est pas question aujourd’hui, l’« union nationale » peut se faire avec le sang de tous ces morts, contre les musulmans, des mosquées brûlent déjà (encore), le terrain a été préparé de longue date.


Le "suicide français" est en marche annonçait le mois dernier un autre Charlot.


"L’Union Nationale" et "l’Union Sacrée" que l’émotion autour du massacre qui vient d’être commis essaie de nous imposer, manipulent les sentiments d’horreur et de révolte légitimes au service d’autres significations bien plus complexes et douteuses. La liberté d’expression n’est pas menacée en France, même la plus raciste. Nous ne sommes pas dans le camp de ceux qui soutiennent le racisme d’État ou les interventions impérialistes. Nous n’acceptons pas le "choc des civilisations" et la logique "terrorisme/antiterrorisme". Nous refusons d’avance toutes les nouvelles lois "sécuritaires" et toutes les nouvelles formes de discrimination ou d’injonction à l’égard des musulmans que cette union nationale ne peut manquer de produire. .


Alors aujourd’hui craindre l’amalgame nous semble plus qu’insuffisant. La France se dit un État de droit, les criminels doivent être arrêtés et jugés pour leurs crimes. Mais leur crime va bien au-delà, il vient en réalité de libérer la politique de l’amalgame, et du bouc émissaire. En ce sens les bourreaux comme les victimes de l’attentat étaient partie prenante de la guerre des civilisations. En ce sens, si les assassins nous font horreur, Charlie n’était pas et n’est pas pour autant notre ami et « nous ne sommes pas Charlie ». Si notre solidarité et notre profonde compassion vont à tous les journalistes, salariés, policiers, victimes innocentes de cette tragédie et à leurs familles, l’union qu’il faut construire aujourd’hui est celle d’une France qui accepte d’être enfin celle de tous ses citoyens, musulmans inclus. La bataille contre le terrorisme passera par la bataille pour l’égalité, la justice, la reconnaissance de la France d’aujourd’hui dans toute sa diversité source d’immense richesse. Pour qu’au bout de cette nuit, le jour se lève, nous devons être aujourd’hui des musulmans.


Bureau national de l’UJFP 9 janvier 2015


Nous apprenons à l’instant la prise d’otage d’un supermarché casher de la Porte de Vincennes, à Paris, qui semble liée à une attaque de plus grande envergure. Plus que jamais notre travail à l’UJFP sera de construire du « commun » autour des valeurs universelles que nous venons d’énoncer. Comme juifs, nous serons toujours du côté du dominé, du racisé, du discriminé, qu’il soit musulman, Rrom, juif...

 

source: ujfp.org

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 20:32

150110-JRCF-antifa.png

 

NON AUX FANATIQUES DU PRÉTENDU « CHOC DES CIVILISATIONS » EN FRANCE ET DANS LE MONDE


NON AUX MANIFS ISLAMOPHOBES VISANT A APPROFONDIR LE CLIMAT DE GUERRE CIVILE EN FRANCE


OUI A LA RÉPUBLIQUE SOCIALE, LAÏQUE, FRATERNELLE ET SOUVERAINE ! 

 

 

 

Appel de personnalités résistantes ou amies de la Résistance.


Suite aux odieux attentats contre Charlie-Hebdo que le PRCF a immédiatement condamnés sans réserves -de même que les prises d’otages et meurtres en cascades qui ont suivi criminellement avec dernièrement une dimension antisémite- les forces ultra réactionnaires  et fascistes exploitent déjà l’émotion légitime de notre peuple pour cristalliser, installer et pérenniser un climat de guerre civile inter-communautaire  dans notre pays en crise sociale, économique et morale aigüe.


Tel est le cas de la « manifestation » anti-musulmane cyniquement convoquée par deux groupuscules pseudo- « républicains », « laïque » et « patriotes » pour le dimanche 18 janvier. Cette provocation fait grossièrement le jeu de l’ultra-droite et de l’extrême droite frontiste, cette U.M.’ Pen en gestation que le PRCF dénonce depuis deux ans. Bloc liberticide, constitué à la faveur de manifestations cléricalo-réactionnaires dites « manifs pour tous », surfe sur le climat de fascisation rampante, voire galopante qui domine l’UE atlantique sur fond de criminalisation du communisme, de recolonisation du Proche-Orient, de l’Afrique et de la Libye et de russophobie belliciste (soutien des putschistes antisémites et pro-nazis de Kiev par l’UE et l’OTAN, préparation même pas déguisée d’une guerre contre la Russie par Washington, projets provocateurs d’annexion à l’OTAN de la Géorgie, de l’Arménie et de l’Ukraine). Dynamisés et décomplexés par la politique grossièrement antisociale de Hollande, ce bloc réactionnaire rêve de conquérir le pouvoir. Son but n’est nullement de « sauver la famille » ou la « nation », avant tout déstabilisées par les politiques capitalistes de misère, d’austérité, et d’allégeance à l’UE atlantique, mais d’araser les libertés démocratiques déjà mises à mal par Sarkozy, puis par Valls et Cazeneuve. L’objectif de classe de se bloc réactionnaire qui se moque bien de la « sécurité », de la « laïcité » et de la « nation » est de liquider la souveraineté nationale et les acquis sociaux construits ou reconstruits à l’initiative du CNR en 1945, suite à la victoire sur Hitler de la coalition antifasciste, dans laquelle les communistes français et l’Union soviétique, inlassablement calomniés par nos « libres médias », ont joué le rôle principal.


Nous dénonçons particulièrement le Parti Maastrichtien Unique (UMP, PS, UDI) qui, par ses attentats permanents contre l’emploi industriel, les acquis sociaux (retraites, Sécu, services publics, salaires, droit du Travail), contre la République une et indivisible (euro-régionalisation du territoire), contre la langue française marginalisée au profit du tout-américain, contre la souveraineté nationale sacrifiée à l’UE sous hégémonie allemande, contre la paix mondiale déstabilisée par les ingérences permanentes de l’OTAN et de la Troïka dans les pays de l’Est et du Sud, créent partout, en France, en Europe, dans le monde, le climat propice à l’expansion parallèle aux divers communautarismes intégristes et à la montée concomitante du FN et de la droite dure encouragée par Sarkozy.


C’est pourquoi le PRCF s’est prononcé contre « l’union sacrée » derrière les dirigeants PS et UMP qui, depuis trente ans, se succèdent au pouvoir en détruisant méthodiquement l’héritage national progressiste, laïque et républicain au nom de la funeste « construction » de l’UE atlantique, antinationale, antisociale et de plus en plus dictatoriale. Ce n’est pas derrière les fossoyeurs de la France républicaine que doit se construire le rassemblement du peuple de France, c’est dans le combat de classe anticapitaliste, antifasciste et anti-impérialiste. C’est pourquoi le PRCF propose un nouveau Conseil  National de la Résistance tourné à la fois contre les fascistes de toute couleur (brun, noir, vert, bleu marine, bleu « marial »…) et contre l’UE du grand capital pour reconstruire la République sociale, souveraine et fraternelle. Le contraire de » l’union sacrée » avec le MEDEF, le Parti Maastrichtien Unique, le Front « National », Valls-MEDEF et l’UM’Pen en gestation. Rappelons que le CNR n’a pu unir le peuple de France contre les fascistes qu’en combattant à la fois le grand patronat collabo et l’extrême droite compromise à fond derrière Vichy et Hitler.


Résistants ou filles et fils de Résistants, de déportés, nous appelons les pouvoirs publics à interdire ces manifestations provocatrices à la haine raciale et tous les véritables patriotes progressistes à condamner catégoriquement, non seulement les barbares intégristes de quelque religion qu’ils se réclament odieusement, mais aussi les racistes et autres islamophobes professionnels qui enveniment sciemment le climat politique depuis des années. Ne laissons pas les forces croisées du djihadisme fabriquées par l’impérialisme, et de la réaction pseudo-nationale répudier l’héritage progressiste de notre pays et installer un climat de guerre de religions en France. Souvenons-nous que les guerres de religion du 16ème siècle ont failli détruire notre pays qui, de l’Édit de Nantes à la loi laïque de 1905 en passant par les Lumières, par la Révolution française et par la Commune de Paris, s’est construit sur l’idée d’une égalité civique totale entre les habitants de notre pays indépendamment de toute référence religieuse ou ethnique. Rejetons le refus des Lumières que portent à la fois les casseurs capitalistes des acquis progressistes, les croisés atlantistes et autres djihadistes et les émules de Marine Le Pen qui vient encore de légitimer l’usage « ciblé » de la torture (cf la lettre de Léon Landini, torturé par Barbie, dans « Initiative communiste », janvier 2015).


De cœur avec tous les citoyens athés ou de toutes confessions qui veulent manifester contre la barbarie, nous appelons les communistes, les forces antifascistes, les républicains patriotes, les syndicalistes de classe, les internationalistes véritables, les laïques fidèles à Jaurès, à refuser les manipulations d’où qu’elles viennent.


En avant pour construire en France un large Front antifasciste, patriotique et populaire, le contraire même de » l’union sacrée » derrière les casseurs capitalistes de la République. En avant vers un nouveau CNR (cf l’appel du café hyper-républicain du 29 novembre 2014), en avant vers une grande manifestation progressiste en mai prochain pour s’opposer à l’euro-austérité et pour appeler à rompre à la logique destructrice des forces euro-atlantiques qui broient notre pays en créant les conditions d’une régression majeure de civilisation.


Léon Landini, ancien officier FTP-MOI, officier de la Légion d’honneur, grand Mutilé de guerre, président du PRCF, Pierre Pranchère, combattant volontaire de la Résistance (FTP), ancien député, vice-président du PRCF, Jean-Pierre Hemmen, fils de Fusillé de la Résistance, vice-président du PRCF, Georges Gastaud, fils de Résistant, secrétaire national du PRCF, Annie Lacroix-Riz, historienne petite-fille de déporté juif mort à Auschwitz, Antoine Manessis, fils de résistants.

 

Le 10/01/2015

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:49

Manifestation de dimanche à Paris : Présent auprès de nos compatriotes pour partager leur révolte et pour porter ses explications politiques, le PRCF refuse catégoriquement l’ « union sacrée » derrière les casseurs des conquêtes du CNR !

0000000-prcf logo

 

Dès la première minute, le PRCF a condamné sans restriction l’attentat odieux contre Charlie-Hebdo. Il condamne aussi avec écoeurement la tuerie qui vient de frapper plusieurs compatriotes juifs victimes du fanatisme antisémite le plus abject.


Nous partageons l’immense vague de colère et de dégoût qui secoue notre pays toutes sensibilités philosophiques et religieuses confondues et nous sympathisons avec les manifestations spontanées qui ont eu lieu partout en mémoire des victimes et en défense des valeurs démocratiques.


Nous pensons que le rôle des forces démocratiques était et reste d’organiser une riposte clairement républicaine, laïque, antiraciste et antifasciste indépendamment des forces malsaines du capital. Car tandis que certains surfent sur l’horreur pour cultiver le répugnant racisme antimusulman, certaines sont directement à l’origine de l’énorme crise morale que traversent à différents degrés, la France, l’Europe et le monde.


Les dirigeants des grands partis maastrichtiens qui, depuis des décennies démolissent les acquis de la Révolution française (principes de souveraineté nationale, de souveraineté du peuple, République une et indivisible, tout cela sacrifié à l’UE néolibérale, au Grand Marché Transatlantique, à l’euro-régionalisation, au viol permanent de la loi de séparation de l’Etat et des Eglises par les autorités pseudo-laïques de ce pays), ceux qui sapent journellement les conquêtes sociales du Front populaire et du CNR, tous ceux-là sont disqualifiés pour appeler à l’union sacrée derrière eux.


Sans que cela fasse oublier l’horreur des attentats de ces derniers jours, ni que cela disculpe en rien l’insupportable fanatisme religieux qui ressurgit sur fond de crise capitaliste, c’est un attentat permanent et relevant de la mort lente qui se commet chaque jour à l’initiative de nos dirigeants néolibéraux contre la classe ouvrière, le peuple et la nation. Et cet attentat qui fait des millions de pauvres, d’exclus, d’exploités, de précarisés, de mal payés, de mal logés, d’honnêtes gens et de jeunes privés d’avenir et de vie sociale, est perpétré froidement par les tenants policés de la funeste « construction » européenne qui strangule la France et l’Europe depuis tant d’années.


Cet attentat permanent contre tout le peuple que taisent les médias dominants, doit lui aussi être dénoncé et non pas cautionné à la faveur d’une émotion populaire qu’il est honteux de récupérer pour célébrer la pseudo-« démocratie européenne » et achever de détruire les repères politiques hérités de notre histoire nationale. Si nous n’y prenons garde, si les forces communistes, progressistes, républicaines, syndicalistes n’osent pas s’exprimer à contre-courant, notre pays sombrera dans une nouvelle guerre dite de religions qui n’aurait d’autre but que de masquer dans des flots de sang la dissolution euro-libérale de notre pays et la fascisation de moins en moins rampante de notre vie politique.


Solidaires de nos concitoyens et de leur émotion légitime, nous diffuserons dimanche notre communiqué du 7 janvier (un communiqué qu’ont repris de nombreux sites progressistes français et étrangers). Nous nous adresserons fraternellement aux manifestants de dimanche qui voudront bien faire le pas qui mène de l’émotion légitime et du deuil des victimes innocentes à la nécessaire analyse rationnelle et aux propositions POLITIQUES indispensables pour sortir de la noire impasse actuelle.


Mais en aucun cas nous ne défilerons derrière Hollande, Macron et Valls, qui ont trahi le peuple de gauche pour se coucher devant le MEDEF et pour attiser les ingérences de Washington sur tous les champs de bataille du Proche-Orient, de l’Ukraine, de la Libye et de l’Afrique subsaharienne. En trahissant les idéaux de Jaurès, et sans qu’encore une fois cela exonère en rien les tueurs de leurs crimes, la fausse gauche au pouvoir porte une énorme responsabilité dans le climat délétère qui règne sur le pays.


En aucun cas nous ne défilerons derrière Sarkozy, qui depuis toujours s’acharne sur les libertés, strangule le droit de grève, singe le FN et nourrit la xénophobie d’Etat pour mieux faire passer sa politique au service des privilégiés. Assez de ces gens qui prétendent qu’en réduisant encore et encore les libertés, et en s’apprêtant sans doute à exiger un « Patriot Act » pour la France, ils accroîtront la sécurité du territoire : les récents évènements viennent encore une fois de démentir ce mensonge liberticide !


En aucun cas nous ne défilerons derrière le MEDEF, dont la politique de délocalisation de nos industries, de démontage des droits sociaux, de privatisation des services publics, constitue une attaque permanente contre le monde du travail et la survie économique de la Nation. Les grands patrons dont la politique transforme des quartiers et des villes entières en déserts industriels ou en ghettos de la misère sont disqualifiés pour clamer « nous sommes Charlie ». De même que Cameron, Schröder ou Merkel, qui n’ont cessé de réduire les droits ouvriers, le défilé hypocrite de ces « Charlies faux-nez » insulte post mortem des hommes comme Wolinski qui ont constamment dénoncé l’exploitation capitaliste.


En aucun cas nous ne défilerons avec le FN dont la présidente, digne héritière de son père, défendait encore il y a peu la torture en justifiant Guantanamo. Beaux défenseurs de la « civilisation » contre la « barbarie » en vérité !


En aucun cas, nous ne défilerons derrière Merkel.  Cette représentante d’un impérialisme allemand rendu à son arrogance martyrise les peuples du Sud de l’Europe en dictant sa politique d’usurier aux peuples français, grec, italien, portugais, espagnol, etc.


Ni derrière les dirigeants faussement solidaires de l’Union européenne, qui chaque jour exigent de nouvelles coupes claires dans les dépenses sociales françaises et qui se sont déshonorés en soutenant les putschistes ukrainiens de Kiev et leurs troupes de choc antisémites et néonazies.


Ni derrière les représentants de l’impérialisme US qui, avec ses vassaux, a semé la mort et la guerre civile au Proche-Orient et en Ukraine et qui tente présentement de déstabiliser le Venezuela.


Enfin, nous considérons la présence de Porochenko, l’héritier des putschistes ukrainiens soutenus par les néonazis de Pravy Sektor et de Svoboda, l’homme de la guerre sans merci contre le peuple ouvrier du Donbass et du « Mur » contre la Russie, comme une grave insulte aux victimes juives de ces derniers jours.


Notre solidarité ne va pas à ces faux humanistes d’un jour mais aux victimes des attentats de ces derniers jours, à leur famille, à leurs proches, aux travailleurs allemands en lutte, aux soignants anglais qui refusent l’austérité dans le système de santé, aux travailleurs belges ou italiens qui défendent leurs retraites ou leurs contrats de travail, aux progressistes américains qui  dénoncent le racisme policier US. En un mot, solidarité avec l’Europe des luttes, pas avec la mensongère union « nationale » des casseurs de France, ni avec l’U.E. des régressions tous azimuts !


En France, notre solidarité va aux militants associatifs et aux enseignants qui refusent au quotidien le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme, ainsi qu’aux syndicalistes qui  résistent à la répression patronale. Solidarité avec ceux qui font vivre « en bas » la liberté d’expression non pas AVEC mais CONTRE les médias du capital qui la confisquent.


Non à l’union sacrée derrière les hypocrites, oui au Front antifasciste, patriotique et populaire nécessaire pour sortir notre pays du broyeur euro-atlantique et pour reconstruire notre pays sur les bases de principe plus actuelles que jamais du Conseil National de la Résistance, oui à la fraternité sincère de tous ceux qui veulent agir pour une véritable République sociale, souveraine, fraternelle et pacifique dont la mise en place serait le meilleur hommage possible à ceux qui sont tombés sous les balles des criminels.

 

Le 10 janvier 2015. Le secrétariat politique du PRCF

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 23:17

0000000-prcf logo

 

Sortis tout droit des ténèbres médiévales, des terroristes ont froidement abattu des hommes désarmés. Stupeur et indignation. Douze morts, des blessés graves… Nous partageons la douleur et l’horreur ressenties par les proches des victimes et par les citoyens de toutes convictions qui sont épris de laïcité et de liberté d’expression, par tous ceux qui refusent que des fanatiques restaurent sur notre sol le prétendu « délit de blasphème » aboli par les lois laïques, en faisant régner la terreur cléricale. Toutes les victimes méritent le respect mais on nous permettra une pensée toute particulière pour Charb, qui avait appuyé le rassemblement commémoratif du PRCF pour le 70ème anniversaire de Stalingrad, pour Wolinski, qui fut, durant des décennies l’un des rares dessinateurs à combattre l’anticommunisme, l’antisoviétisme et à défendre avec courage Cuba socialiste ou pour Bernard Maris, dont le PRCF avait soutenu les récentes déclarations contre la monnaie unique européenne. Le PRCF condamne sans appel cette horreur absolue ainsi que ses auteurs et instigateurs qui ne méritent aucune sorte d’excuse.

Au-delà de l’horreur nous devons faire face avec sang-froid à de tels actes et analyser ce que ce crime révèle.

Nul ne connait clairement les instigateurs de cet attentat à l’heure qu’il est. Or Marine Le Pen vient de dénoncer un attentat des « fondamentalistes islamistes ». Cette hypothèse est évidemment plausible mais ce n’est qu’une hypothèse et il y a une volonté de provocation dans les propos du FN qui espère bien profiter des évènements pour dynamiser son entreprise xénophobe. N’oublions pas les soixante-dix-sept personnes assassinées par le nazi Anders Brejvik en Norvège ou les quarante syndicalistes brûlés vif à Odessa par les nazis soutenus par le pouvoir de Kiev. Les intégristes religieux n’ont pas le monopole de la terreur, loin s’en faut !

Concernant le fondamentalisme islamiste qui l’arme ? Qui l’inspire ? Qui le finance ? Qui l’a fait prospérer ? Le gouvernement des États-Unis et ses vassaux, l’Arabie Saoudite, le Qatar, certains gouvernements de pays musulmans à la botte de l’OTAN. Ce sont eux qui ont recruté et utilisé les intégristes contre les communistes arabes, contre le mouvement ouvrier et démocratique de ces pays : les États-Unis ont financé Ben Laden et ses tortionnaires contre le gouvernement populaire afghan et contre l’ Armée Rouge que le gouvernement de Kaboul avait appelé à l’aide en vertu d’un traité d’assistance conforme au droit international. Qu’on se souvienne de Sadate qui a utilisé les Frères Musulmans contre les progressistes égyptiens. Aujourd’hui encore qui arme et finance Daesh sinon les régimes amis des impérialistes du Qatar ou du Koweït dont l’ennemi principal est la Syrie indépendante et souveraine ? Qu’on se souvienne aussi de qui a fait assassiner le chef d’Etat en titre de la Libye sans souci de livrer ce pays proche de nos frontières aux intégristes fanatiques : il s’agit de MM. Sarkozy, Cameron et Obama qui répondaient alors aux prêches du grand croisé occidental B.-H.L. En réalité, le fondamentalisme islamiste est une des créatures de l’impérialisme, créature qui par moments, selon un schéma classique, se retourne contre son créateur : Sadate abattu par les Frères Musulmans, les attentats du 11 septembre à Manhattan, les Talibans se retournant contre les Occidentaux après avoir lynché par milliers les étudiantes afghanes, les militants communistes et les instituteurs laïques qui alphabétisaient leur pays…


A qui profite le crime ? Telle doit être aussi la question. Quelle sont les forces politiques qui prospèrent sur le racisme anti-arabe ? Quelles sont les forces politiques qui cherchent à remplacer la réalité de la lutte des classes par la fantasmagorique lutte des races, des ethnies et des religions ? Ce sont les forces de la fascisation galopante, où des éléments de la droite classique rallient chaque jour davantage les semeurs de haine du FN avec l’appui de pseudo-intellectuels comme Zemmour. Plus que jamais, cette stigmatisation permanente des populations musulmanes ou classées comme telles nourrit, à défaut de les légitimer, les pires ressentiments ; et à leur tour, ceux-ci permettent en apparence de « justifier » la haine du travailleur musulman dans une spirale de mort qu’il faut briser avant qu’elle n’aboutisse à la fascisation complète de notre pays et de toute l’UE, laquelle ne demande que cela (cf l’Ukraine, les pays baltes, la Hongrie, la droite dure flamande, etc.).


Dans quel climat idéologique ce crime épouvantable a-t-il eu lieu? C’est celui de la fascisation de la société, la campagne médiatico-idéologique autour des Zemmour, Soral, Dieudonné, autour du bobo islamophobe Houellebecq, d’un racisme anti-travailleur arabe de plus en plus ouvert, par le refus d’un maire d’inhumer un bébé Rom, par les déclarations d’un premier ministre jugeant les Roms « non intégrables », bref, dans un climat pourri qui rappelle les heures les plus sombres de notre pays. Et quelle force sociale voyant poindre le risque d’une révolution sociale tente de la faire dévier, de la pourrir, de la tuer en la transformant en lutte interne aux classes populaires d’origine ou/et de religion différentes, ce qui mettrait à l’abri ses intérêts de classe ? La réponse ne peut être que le grand capital !


Le gouvernement Hollande n’est pas innocent dans  la mise en place de ce climat mortifère : par esprit néocolonial et par soumission à l’UE-OTAN, il a poussé encore plus loin que Sarkozy les ingérences dans le conflit syrien, les pratiques néocoloniales interventionnistes de la « Françafrique » (Côte d’Ivoire, Centrafrique, Mali), les surenchères contre l’Iran, le soutien à peine déguisé au massacreur Netanyahou, tout en continuant de frayer au quotidien avec les pires régimes féodaux du Golfe. Nous l’avons toujours dit, le combat contre le terrorisme fanatique en France même est inséparable de la lutte contre « notre » impérialisme, lequel crée au jour le jour le terrain propice pour les violences les plus sauvages.


C’est pourquoi le PRCF rejette catégoriquement l’ « union sacrée » derrière Hollande et Cazeneuve . En graves difficultés sur le terrain social, ceux-ci vont certainement exploiter la situation pour accentuer leurs attaques contre les acquis sociaux et les libertés (cf notre dénonciation de la récente loi Cazeneuve dont preuve est aujourd’hui faite qu’elle réduit nos libertés sans diminuer la capacité de nuire des assassins). Au contraire le PRCF appelle à un large Front antifasciste, patriotique et populaire tourné vers le progrès social, la laïcité républicaine véritable, les libertés démocratiques, la paix, la souveraineté nationale, contre le grand capital et son UE atlantique dont la course au profit maximal sèment le chaos dans le monde entier.


Les tueurs, les égorgeurs, les fanatiques, les manipulés et les manipulateurs trouveront face à eux les communistes qui feront tout pour renforcer leur unité d’action et pour permettre l’émergence d’un nouveau Conseil National de la Résistance. Appelons notre peuple à un immense sursaut progressiste et républicain pour barrer la route à la peste qui gagne du terrain, car qu’il se camoufle en vert, en noir, en bleu marial, en bleu marine ou en brun, le fascisme sert toujours les mêmes intérêts: ceux du capitalisme.


La meilleure riposte aux assassins c’est notre unité de combat, notre détermination, notre sang-froid et la perspective d’une société débarrassée de l’exploitation, de la misère, de l’impérialisme et de la guerre, la perspective du socialisme.


Tout en condamnant sans la moindre restriction les assassins et leurs commanditaires, ne nous laissons pas enfermer dans le « choc des civilisations » dont rêvent les Croisés de tous poils : menons sans faiblir la lutte des classes et construisons partout la riposte sociale à l’euro-austérité pour qu’à l’approche du 10ème anniversaire du 29 mai 2005 (non à l’euroconstitution), monte l’exigence d’une République sociale, souveraine et fraternelle débarrassée du capitalisme, de l’impérialisme et du fascisme.

 

Communiqué du PRCF – 7 janvier 2015  16h15

 

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 10:02

141107-sine-mensuel-36.jpg

 

Bien sûr on n’est pas toujours d’accord avec tout ce que dit Siné-Mensuel, mais comme pour Daniel Mermet, le PRCF refuse qu’une telle voix se taise, écrasée par la loi du fric et de l’idéologie dominante.


Pendant que nos impôts servent à subventionner à millions la « presse » du Capital, les médias non alignés, résistants, qui envers et contre tous relaient comme ils le peuvent chacun à leur manière la voix des travailleurs tirent la langue.


Les médias dominants sont ceux de la classe dominante, et chacune des voix de ces résistants qui se tait, rend encore plus bruyants les aboiements des chiens de gardes médiatiques.


 

Alors soutenez les médias libres, indépendants, engagés.

Si rien ne se passe, ce numéro, le trente-sixième, sera l’avant-dernier.

Entre autres qualités, le très humouristique journal Siné Mensuel est très antisioniste et ne manque jamais de dénoncer les saloperies d’Israël !


Seul l’aide du net peut sauver ce mensuel, il faut le faire savoir, Siné gène tout le monde, il est boycotté par les médias, dans les revues de presses, etc. À la télé ou à la radio, on parle du Canard enchainé, de Charlie hebdo, jamais de Siné Mensuel. Cherchez l’erreur ! À l’époque de Siné Hebdo, celui qui en parlait sur France-inter s’est fait viré. Et Siné Hebdo s’est arrêté.


Siné Mensuel a besoin de votre aide pour survivre et a lancé un nouvel appel au don

Pour aider Siné Mensuel, vous pouvez faire un don au lien suivant :

http://www.sinemensuel.com

 

ABONNEMENT

Abonnement : http://www.sinemensuel.com/boutique/

Au lien juste ci-dessus, possibilité d’abonnement en ligne par carte bancaire.

Contact : abonnement [@] sinemensuel.com

Ci-dessous, abonnement par la poste.

Bulletin d’abonnement au format PDF :

http://www.sinemensuel.com/wp-content/uploads/2014/06/sine-mensuel-abonnement-4.pdf

Bulletin à imprimer  (ou, si vous préférez, vous pouvez écrire à la main sur papier libre les données nécessaires), à compléter, et à retourner à l’adresse suivante :

Editions du Crayon – 5 rue Séguier, 75006 Paris

Tarif normal Abonnement 1 an :

France : 55 Euros – Dom Tom et Europe : 62 euros – Autres pays : 77 Euros

Tarif pour les fauchés* Abonnement 1 an :

France : 50 Euros – Dom Tom et Europe : 58 euros – Autres pays : 72 Euros

 

* On vous fait confiance

 

source: http://www.initiative-communiste.fr [7/11/14]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 20:22

141104-pour-remi-et-les-autres.jpgLettre de l’avocat des parents de Rémi FRAISSE, Arié ALIMI,

publié ce 4 novembre par le Grand Soir

 

 

 

Je ne connaissais pas Rémi Fraisse. Et je ne pensais pas en acceptant de défendre ses parents, en qualité de parties civiles, que j’aurai également à le défendre. Car depuis une semaine, depuis le moment où il s’est effondré, touché par une grenade lancée par un membre de la gendarmerie mobile, il ne se passe pas un moment sans que l’on fasse offense à sa personne et à sa mémoire.


Casseur, djihadiste vert, ecoloterroriste…. Le discours du gouvernement ou de certains syndicats agricoles s’est établi et n’a cessé de monter en puissance. D’abord pour tenter de nier l’existence même des origines de sa mort. Rappelons-nous que dans les premiers moments, on ne parlait que d’un corps découvert dans la foret. On apprendra plus tard que le parquet, la direction de la gendarmerie et le gouvernement savaient déjà ce qu’il s’était passé puisque les gendarmes avaient quelques instants après sa mort ramassé le corps de Rémi.


Alors pourquoi pendant deux jours, ce silence assourdissant, pourquoi cette absence de réaction du parquet, du gouvernement, pourquoi le refus de dire cette vérité que l’on connait depuis le début ? Pourquoi le parquet a-t-il tenté de semer une confusion indécente sur les circonstances de sa mort en ne donnant que des bribes d’informations, en ne parlant lors de la première conférence de presse que d’une explosion, laissant croire à la possibilité d’un décès dû à un Cocktail Molotov, pourquoi avoir lancé de fausses pistes, comme celles du sac à dos disparu, volontairement récupéré par les manifestants, et qui aurait pu contenir des substances explosives ? Simplement pour discréditer un jeune homme pacifiste, militant de la fédération Nature Environnement, botaniste, qui n’a jamais fait usage de violence ou eu maille à partir avec les forces de l’ordre. Salir l’image d’un jeune homme mort qui militait pour l’environnement et pour les générations avenir ?


Y a-t-il attitude plus basse et plus veule ?


Pourquoi ne pas assumer ses responsabilités et dire : nous l’avons tué. Notre politique l’a tué. Nous n’avons pas voulu choisir la voie du dialogue, nous avons voulu montrer que nous sommes forts aux yeux des Français, et cela passe par des démonstrations de violences contre ces militants majoritairement pacifistes. Nous les avons harcelés, frappés, nous avons brulé leurs effets personnels, les avons délogés sans autorisations judiciaires, puis nous avons fait usage de Flash balls, de grenades fumigènes et de désencerclement. Et comme ils ne partaient toujours pas, nous avons fait lancer des grenades contenant des explosifs, en les jetant sans sommations, sans respecter les règles élémentaires d’usage de ces grenades, en l’air directement sur les manifestants, ou même dans des lieux clos, comme dans une caravane occupée. Nous les avons blessés, alors qu’ils tentaient simplement de sauver notre patrimoine naturel, eux qui ont cette conscience que nous n’avons plus, à force de vouloir produire et gagner toujours plus.


Je suis désolé de dire cela, je ne suis qu’avocat. Je ne devrais pas parler de ce qui me dépasse, de ce qui dépasse mon champ d’action, le droit. Mais c’est plus fort que moi. Je me dois aujourd’hui de défendre Rémi Fraisse, ou plutôt ce qu’il en reste. Un corps dans une morgue. Un corps au centre d’un conflit de pouvoir. De tous les pouvoirs, politiques, judiciaires, militaires, médicaux, médiatiques. Un corps autopsié, malmené, disséqué par la France entière qui se le déchire, comme Damiens (1) supplicié en place publique, objet de la toute-puissance de la souveraineté. Un corps auquel le pouvoir refuse de redonner un nom, une dignité. Un corps que le pouvoir refuse de rendre à ses parents qui à ce jour n’ont toujours pas pu voir leur enfant, auquel ils ont donné naissance, qu’ils ont vu faire ses premiers pas, dire ses premiers mots, crier ses premières révoltes, et qu’ils ne pensaient pas devoir inhumer, envers et contre toute logique générationnelle.


Ce n’est pas qu’un drame ou une tragédie qui s’est nouée autour de Rémi. Il est mort parce qu’il s’est retrouvé par hasard au milieu d’une déflagration de pouvoir et d’expression de la violence publique. Ce qui a tué Rémi Fraisse, ce n’est pas seulement un gendarme jetant une grenade offensive en pleine nuit en direction de jeunes manifestants, quelle que soit la violence de ceux-ci. Ce qui a tué Rémi, c’est la violence Etatique. Un Etat gouverné par des hommes dont la boussole n’est orientée que vers la prochaine échéance électorale, des hommes motivés par leur stratégie de communication, et qui en ont oublié que l’Etat dont ils sont les représentants n’était finalement qu’une simple fiction destinée en premier lieu à protéger ceux qui avaient accepté de se soumettre à sa violence légitime. Mais lorsque la violence n’est plus légitime, lorsque l’on utilise des armes de guerre non pas contre un autre Etat belligérant, mais contre sa propre population, lorsque l’Etat tue ceux qu’il est sensé protéger, alors la question de l’Etat, de son fonctionnement, de ses intérêts et de ses représentants doit inéluctablement être posée.


 Dimanche à 16H00, je serai devant le mur de la paix, avec une renoncule à feuille d’ophioglosse sur le torse, et je penserai aux parents de Rémi Fraisse, je penserai à Rémi, et à toute cette vie, plus importante que tout le reste, qui s’est en allée. Pour Rémi Fraisse.

 

Arié Alimi
2 novembre 2014,

 

 

Note  : (1) Robert François Damiens, condamné pour avoir tenté d’assassiner Louis XV, fut la dernière personne à subir le supplice du régicide : l’écartèlement.

 

 

source: http://www.legrandsoir.info [4/11/14]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 21:52

141031-remi-Fraysse-300x252.jpg

Rémi FRAISSE

 

Un jeune homme est mort dans le Tarn, vraisemblablement suite à l’usage de grenades offensives par certains éléments de la gendarmerie.

 

Le PRCF rend hommage à Rémi et adresse ses condoléances sincères à ses proches.Mais avant tout, le PRCF condamne ce crime d’Etat. L’utilisation d’engins militaires ne relève pas du hasard. Elle participe d’une tendance lourde au tout-sécuritaire à base de chasse aux sans-papiers, de criminalisation de l’action syndicale et du communisme, de plan Vigipirate constamment renforcé, de banalisation de la présence de l’armée dans les lieux publics…

 

Le ministre PS Bernard Cazeneuve, qui vient de faire voter une loi liberticide de plus encourageant les comportements liberticides, doit démissionner. Ceux qui ont autorisé l’emploi de grenades offensives doivent être au minimum démis de leurs responsabilités.

 

Cette répression aveugle n’a rien à voir avec un problème de retenue d’eau qui pourrait ou non permettre à des travailleurs de garder sur place leur emploi (c’est là une autre question). La fascisation ne se développa pas seulement à l’extrême-droite. Le gouvernement Hollande-Valls-MEDEF en est actuellement le premier vecteur avec à l’arrière-plan, les surenchères du MEDEF, les sommations de la dictature européenne, les ingérences impérialistes tous azimuts, le démontage galopant des conquêtes sociales de 1945, la pression constante du FN et de la droite ultra sur la vie politique.

 

141031-Hollande-valls-cazeneuve-Etat-violent-MEDEF-296x300.jpg

 

 

Toutes les manifestations de cette fascisation politique doivent donc être combattues et dénoncées comme telles par l’ensemble des forces communistes, progressistes et républicaines pendant qu’il en est encore temps.

« Si nous voulons avancer dans ce pays, si nous voulons le réformer, nous ne pouvons pas accepter la moindre violence. Je crois qu’on ne peut pas céder à la violence. Ce gouvernement ne cèdera en aucun cas à à ce type de contestation et à la violence » Déclaration de M Valls, premier ministre, à propos de la mort de Rémi Fraysse

Vous avez dit VIOLENCE, M Valls? MAIS QUI DONC VIENT DE TUER A SIVENS ?

 

Le PRCF-29/10/2014

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 20:59

141023-OF-Anti-Xeno.jpgUne partie des participants à la réunion d’organisation du rassemblement de samedi

matin, contre l’intolérance

 

 

En réponse à la manifestation d’extrême-droite prévue samedi contre un projet de mosquée, la gauche appelle à un rassemblement pacifique samedi.

 

Il y a quelques jours, deux groupes d'extrême droite, Adsav et RéAgir, ont lancé un appel à manifester à 11 h samedi 25 octobre, le premier place de la Résistance, le second devant la mairie, contre le projet de mosquée turque à Quimper (projet d'ailleurs suspendu, la demande de permis de construire ayant été jugé non conforme pour des raisons purement techniques).

 

Mercredi soir, des représentants de la quasi-totalité des partis et organisations de gauche et d'extrême-gauche, ainsi que de certains syndicats et associations contre l'islamophobie, se sont réunis afin d'envisager une riposte à cette manifestation.

 

Rassemblement pacifique

 

À l'issue des débats qui ont été serrés et lors duquel tous les aspects du problème ont été abordés, le collectif a décidé de proposer «  un rassemblement républicain et pacifique, à 10 h 30 samedi 25, place Terre-Au-Duc (pour ne pas se trouver à proximité des manifestants d'extrême-droite) ; contre t'intolérance, le racisme et le fascisme. L'extrême-droite cherche par son action, à diviser les Quimpérois et stigmatiser certaines communautés, en distillant le poison de la haine de "autre. Ses militants, à lire les appels haineux sur tous leurs sites et sur les réseaux sociaux, semblent vouloir faire de Quimper un symbole ».

 

« Ces derniers temps, des faits assez graves se sont déroulés dans la ville, où des personnes ont été brutalisées pour leur couleur de peau ou leur religion supposée : c'est intolérable. Notre but, samedi, est d'affirmer qu'une énorme majorité de Quimpérois est favorable à la fraternité. Nous allons également interpeller le préfet afin qu'il puisse garantir la sécurité de citoyens pacifiques. »

 

On devrait retrouver lors du rassemblement de la place Terre-Au-Duc, samedi matin, des sympathisants PS, PCF, UDB, NPA, du Parti de gauche, ainsi que ceux d'Ensemble, de la CNT, des Indignés, du Simad (charte des droits et de la liberté de la personne) et de nombreuses autres organisations. « L'idée est bien d'un rassemblement totalement pacifique, sur la Place Terre-Au-Duc » ont tenu à préciser les organisateurs.


 

0000-OF.jpg

 

 23/10/2014

 

 

 

à lire également

>Droit d'asile-Rassemblement samedi contre "l'islamphobie"

[Le Télégramme 23/10/14]

>Ils-appellent-a-un-rassemblement-contre-l'intolerance-samedi-25-octobre [Côté Quimper 22/10/14]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 19:27

200 personnes se sont rassemblées hier aux abords du Palais de Justice de Paris en soutien à Alain POJOLAT.

 

Alain POJOLAT a été relaxé hier par le tribunal correctionnel de PARIS. Il était poursuivi pour avoir « organisé » les deux manifestations interdites en solidarité avec la Palestine en juillet dernier.

 

141023-LH-POJOLAT.jpg

Au coeur du procès d'Alain Pojolat: la liberté de manifester

 

 

Il est un peu moins de 10 heures, hier matin, lorsque l’Internationale retentit dans la 24 ème chambre du tribunal correctionnel de Paris. Personne ne bronche, à peine quelques sourires sur les bancs du public. Car l’affaire est grave. Si plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées place Saint-Michel à quelques dizaines de mètres du palais de justice-dont les chants résonnent jusque dans la salle d’audience-, c’est justement pour défendre la liberté de manifester. Alain POJOLAT, militant syndical (CGT) et politique (NPA), est poursuivi pour avoir « organisé » des manifestations interdites en juillet, à Paris, en solidarité avec la Palestine. Il risque jusqu’à 6 mois de prison et 7500 euros  d’amende.

 

Le prévenu ne s’est même pas rendu à ces rassemblements

 

Le militant de soixante six ans, figure de la gauche radicale en France, se présente à la barre. Pull noir et regard bleu acier. La présidente du tribunal précise les faits : « On ne vous reproche pas d’avoir manifesté mais d’avoir organisé des manifestations en soutien à la Palestine alors qu’un arrêt » préfectoral d’interdiction avait été notifié. » Chargé du lien avec la préfecture, Alain POJOLAT a signé les deux arrêtés interdisant les manifestations des 19 et 26 juillet. « Vous vous êtes donc engagé à informer les autres responsables et à faire respecter cet arrêté. », détaille la magistrate, en lisant les procès- verbaux. Alain POJOLAT: « Je ne me suis jamais engagé à faire respecter la décision, j'aurais jamais signé ça. Ça n'était pas à moi de le faire ! J’ai informé mon parti et l'ensemble des associations qui appelaient à manifester et qui ont décidé de maintenir la manifestation. C'était une décision collective. Une manifestation n'est pas appelée par une seule personne! Je n'en ai pas le pouvoir. »

 

D'autant qu'Alain POJOLAT ne s'est pas lui-même rendu à ces manifestations interdites. Pour une seule raison: en juin, il avait été condamné à 1500 euros d'amende avec sursis pour avoir participé à un rassemblement non déclaré. en soutien à Georges Ibrahim Abdallah - communiste libanais en prison en France depuis trente ans. Un sursis qu'il ne veut pas voir révoquer. .. Et qui reste inscrit au casier judiciaire, donc mentionné hier matin à l'audience. «Nous sommes dans la même catégorie de délinquance », lâche la juge, causant des remous sur les bancs du public.


Seule la France a interdit les manifestations pro-palestiniennes

 

La parole est au ministère public, bien en peine de défendre ces poursuites. « Alain POJOLAT  se défend de tout pouvoir d'organisation, mais c’est bien à lui qu'on vient notifier cette interdiction, lance la procureure. Comme il avait organisé cette manifestation, à partir du moment où elle était interdite, il aurait dû participer à sa désorganisation» .Rires dans la salle. Elle requiert deux mois de prison avec sursis

et 1500 euros d'amende.

 

Pour l'avocat d'Alain POJOLAT, Me Jean-Louis CHALANSET, le dossier est « vide» juridiquement. Reste lés causes politiques de telles poursuites, de la part d'un gouvernement «pro-israélien». « Je préfère qu'on ne fasse pas de cette audience une tribune », le coupe la présidente. «Aucune manifestation de soutien à la Palestine n'a été interdite dans le monde entier. Le seul pays qui l’ait fait, c'est la France! poursuit l'avocat. On est dans une hypocrisie totale.

 

Pourquoi poursuivre seulement Alain POJOLAT ? Pourquoi rie pas poursuivre des membres du NPA plus connus ? » La présidente donne la parole au prévenu pour un dernier mot . Solennel, Alain POJOLAT revient à la barre « Quelle que soit la décision de votre tribunal, aucun gouvernement, qu'il soit de gauche de droite ou d'extrême droite, ne nous empêchera jamais de manifester pour la cause palestini-enne.Je suis un militant et je le resterai jusqu'au bout. »

 

Trois heures plus tard, le tribunal rend son jugement: « Monsieur POJOLAT, vous êtes relaxé. » Applaudissements dans la salle. Le parquet a dix jours pour faire appel.  À l'extérieur, le militant ne triomphe pas. «On n'acceptera jamais qu'on nous interdise la rue, on n'aurait même pas du  être là aujourd'hui. Ça montre l'acharnement du gouvernement contre ceux qui lèvent la tête. »

 

Marie BARBIER

L’Humanité du 23/10/2014

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Libertés
commenter cet article

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !