Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 12:05

Dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris (MGP), le préfet de région a réuni, le 8 octobre, le « conseil des élus de la mission de préfiguration de la métropole Paris », qui rassemble les maires, les présidents des communautés d'agglomération ainsi que les présidents des conseils généraux des trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), ceux de la région et du syndicat mixte Paris Métropole.

 

Au cours de cette réunion, un compromis a été trouvé entre le PS, le PCF, l'UDI, l'UMP et EELV pour réécrire l'article 12 de la loi du 24 janvier 2014 qui crée la MGP. Ce nouvel article 12 donne un statut juridique et fiscal aux « territoires » de 300 000 habitants constitués par la loi du 24 janvier, dans lesquels seraient intégrées les 124 communes des trois départements.

Les communes transformées en coquilles vides

Ainsi, ces « territoires» percevraient la cotisation foncière des entreprises jusqu'alors versée aux communes. Ils prendraient le relais des communautés d'agglomération pour mutualiser les compétences communales de proximité. Il en est ainsi du plan local d'urbanisme qui relevait jusqu'à présent de la compétence des communes ou des communautés d'agglomération. Ce qui revient de fait à transformer les 124 communes promises à l'annexion au Grand Paris en coquilles vides. Car, qui verserait les aides accordées par les centres communaux d'action sociale (CCAS, qui versent des aides aux personnes et aux familles en difficultés financières), que deviendraient les cuisines centrales des écoles, le service communal des eaux, la gestion des parcs publics, l'entretien des espaces verts? Que deviendraient les subventions versées aux associations culturelles et sportives?

 

La première victime de la métropolisation de la région parisienne serait bien évidemment la population de la petite couronne, déjà lourdement frappée par la politique anti-ouvrière du gouvernement Hollande-Valls. A l'occasion de leur transfert à la métropole et de leur « mutualisation », nombre de services publics seraient regroupés, voire pri-
vatisés. Par ailleurs, les 150.000 agents communaux et départementaux de la petite couronne redoutent, à juste titre, les suppressions d'emplois et la remise en cause de leur statut, d'autant que, depuis 2011, la proportion du nombre d'agents précaires dans la région parisienne a progressé de 22,5 % .

 

 141013-Grand-Paris-Manuel-Valls-et-Huchon.jpg

Manuel Valls, le 13 octobre , à Créteil, sur le site de la future gare du Grand Paris Express,

en compagnie de Jean-Paul Huchon, président de région


 

DERNIERE HEURE

Valls prend acte des propositions des élus franciliens et réaffirme la disparition des conseils généraux 

 

Selon l’AFP (13 octobre), « prenant acte » à Créteil des propositions des élus franciliens pour faire évoluer le cadre législatif de la métropole du Grand Paris, Manuel Valls a tenu à rappeler « que, dans la métropole parisienne, un nouveau mouvement sera nécessaire, car la disparition des conseils généraux à l’horizon 2020 s’imposera ici sans doute plus qu’ailleurs avec évidence ». Manuel Valls a affirmé partager « la volonté

(des élus) de doter les territoires du produit d’une ressource fiscale dynamique », précisant que « la réflexion autour de la CFE » (cotisation foncière des entreprises) devait « être éclairée par des simulations précises ». « La création de la métropole doit permettre à terme le transfert de l’ensemble de la fiscalité économique. Même si, bien évidemment, il fauidra du temps et nous prendrons ce temps nécessaire », a-t-il déclaré.

 

 

 

Les départements "dévitalisés"

Ajoutons que le projet de loi de réforme territoriale soumis à l'Assemblée nationale en novembre prochain entend transférer les collèges et les routes des départements à la région, engageant ainsi le processus de « dévitalisation» des départements, selon les propos mêmes du secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, pour conduire à leur «disparition clans leur forme actuelle », prévue en 2020.


Avec la suppression de la compétence générale, les conseils généraux n'auraient plus la possibilité de verser des aides aux transports pour les jeunes et les retraités, aux repas pour les collégiens/ aux crèches départementales, etc.

 

Les prestations sociales (RSA, allocation de handicap, allocation personnalisée d'autonomie pour les personnes âgées) versées par les conseils généraux - en raison du désengagement de l'Etat dans ces domaines - relèveraient, dès 2020, de la compétence de la métropole !

 

Consensus de la droite à "la gauche"
 

Anne Hidalgo, partisane de la métropole et de la réforme territoriale du gouvernement Hollande-Valls, s'est félicitée de l'accord réalisé le 8 octobre, qu'elle a qualifié de «compromis historique entre droite et gauche qui permettra à la métropole de voir le jour le 1er janvier 2016 » (lemonde.fr).

Patrick Devedjian (UMP), futur président de Paris Métropole n'est pas en reste: « Grâce à une très forte mobilisation des élus UMP-DVD, des avancées importantes ont été obtenues dans la rédaction de  cette résolution. »

 
Le 10 octobre, dans un communiqué, «  les élus de sensibilité communiste » saluent ce vote très majoritaire: ils se sont largement mobilisés ces derniers mois pour faire bouger les lignes, faire avancer des propositions de gauche et antilibërales ».

 

Dominique Adenot, maire PCF de Champigny (Val-de-Marne), et président de l'Association nationale des élus communistes et républicains (ANECR), se félicite également de cet accord.

 

Les Val-de- Marnais qui, pour défendre leur département menacé de disparition, ont signé la pétition lancée par le président PCF du conseil général, Christian Favier; seront, pour le moins,en droit de s'interroger sur son vote le  8 octobre (1) qui, de fait, entérine la disparition des départements de la  petite couronne.

 

Les bases de l'unité pour bloquer la destruction de la République: abrogation, retrait

 

Pour leur part, les agents du conseil général du Val-de-Marne, réunis avecleur syndicat CGT le 18 septembre, ont clairement affirmé dans un communiqué leur exigence d'« abrogation de la loi de métropolisation » et revendiquent « l'abandon des projets de loi Lebranchu de réforme territoriale ».


Quant aux milliers de maires qui se  réunissent à l'occasion des assemblées générales convoquées dans les départements par l'Association des Maires de France (AMP) et I' Association des maires ruraux de France (AMRF), ils cherchent la voie de la mobilisation
unie pour bloquer tant la réforme territoriale du gouvernement que le pillage des ressources .de leur commune.

 

Jean-Claude DENIS

Informations Ouvrières n°323-16 octobre 2014

 

 

(1) Faut-II voir dans ce vote positif la réponsede Christian Favier à l'appel du sénateur PS du Val-de-Marne, Luc Carvounas, à propos des élections départementales de 2015 , appelant « la gauche du Val-de-Marne à s’unir dès le 1er tour » et « à faire bloc derrière notre président, Christian Favier, seule personnalité à même de nous faire gagner une nouvelle fois. » ?

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Paris-Ile-de-France
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 13:45

141005-gdparis.jpgEn juin dernier, après les municipales, le premier ministre avait, suite à la demande d’élus locaux et de parlementaires franciliens, concédé une révision de l’article 12 de la loi du 27 janvier 2014 créant la métropole du Grand Paris,  pour que le statut des « territoires » devant la constituer puisse évoluer.


La mission de préfiguration de la métropole, créée par l’article 12,  vient d’établir son rapport qui sera voté le 8 octobre par le conseil des élus.  Dans ce cadre un accord est intervenu le 2 octobre entre les représentants des élus  PS-UMP-UDI-PCF-EELV. Il rend aux « territoires » le statut d’« établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre à statut particulier »  et une partie de leur autonomie financière vis-à-vis de la métropole. Il propose en outre « une construction progressive » de la métropole jusqu’au 31 décembre 2017.


Il s’agit, selon la maire de Paris, Anne Hidalgo, d’un « compromis historique ». Elle souligne que désormais minoritaires, « les élus de gauche auraient pu ne pas vouloir voir aboutir le projet métropolitain. Nous avons (…) œuvré pour dégager un consensus y compris avec la droite afin que la future institution existe le 1er janvier 2016. »


Le premier ministre doit donner son avis le 13 octobre à l’occasion d’un comité interministériel sur le Grand Paris. La révision de l’article 12 sera ensuite soumise au Parlement, lors de l’examen du projet de loi portant « nouvelle organisation de la République »,  dont la discussion doit commencer au Sénat le 3 novembre.


Il reste que cet accord ne remet en cause ni l’obligation de regroupements en territoires d’au moins 300 000 habitants avec l’intégration dans ces territoires de 42 communes isolées (de 4 000 à plus de 80 000 habitants + Paris) et des intercommunalités regroupant moins de 300 000 habitants, ni la disparition des départements. C’est donc un  accord contre les communes et les départements.

 

source: http://parti-ouvrier-independant.fr [4/10/14]

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Paris-Ile-de-France
commenter cet article

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !