Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 16:34

Brest-350 personnes au rassemblement du 1er mai

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale

Hier matin, contre les politiques d’austérité, l’unité syndicale a été respectée. Mais il n’y avait pas foule.

« C’est important d’être là. D’être rassemblés pour la fête des travailleurs. C’est symbolique », a déclaré une manifestante. Hier matin, sous une fine bruine, place de la Liberté, environ 350 personnes se sont rassemblées pour célébrer la fête du Travail. C’est moins que l’an passé où 500 manifestants s’étaient déplacés. Pour la troisième année, l’unité syndicale est réalisée avec la présence de la CGT, Solidaires, FO, la FSU (enseignement), l’Unsa et l’Unef (étudiants). La CFDT n’appelait pas à participer au rassemblement. Une unité cependant très relative. « Nous sommes résolument contre le Pacte de responsabilité. Il faudrait prendre le rouleau compresseur ! », affirme Bruno Choisne, de FO.

Au cours des prises de parole, les syndicats ont dénoncé la « politique d’austérité » du gouvernement, et notamment les lois Macron. Ils ont aussi mis en cause les politiques libérales mises en œuvre par l’Union européenne. « L’austérité ne résout rien. Au contraire, elle aggrave les choses ! Le chômage continue de croître. » Par la voix d’Olivier Cuzon, Solidaires a affiché son soutien aux migrants du Sud qui tentent de trouver un refuge en Europe, via l’Italie. « On ne remplit pas nos responsabilités en ne les accueillant pas dignement. C’est inacceptable ! » Olivier Le Pichon, secrétaire général de l’union locale CGT Brest, revendique « l’augmentation des salaires, la réduction du temps de travail et l’augmentation des embauches » .Finalement, il n’y a pas eu de défilé. Le rassemblement a pris fin en musique, avec la chorale Peuples et chanson qui reprend le répertoire des chants des travailleurs et des libertés. (D’après OF 2/05/2015)

1er mai à Morlaix : Presque 200 manifestants devant la mairie

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale

Pour le traditionnel rassemblement du premier mai, presque 200 personnes ont bravé le temps gris et se sont rassemblées devant l'Hôtel de ville.

Rendez-vous était donné à 11 heures place des Otages, "pour s'opposer à la politique du gouvernement et au pacte de responsabilité." A 11 h 20, la parole a été prise par Sébastien Ménès, de Solidaires Morlaix, puis Julien Tanguy, de l'union locale de la CGT.

Le premier a appelé à "la mobilisation de l'ensemble des Européens en ce premier mai", notamment après les "mauvais résultats du dernier conseil de l'Europe sur la politique migratoire". Sébastien Ménès a ensuite dénoncé la politique gouvernementale "qui entend uniquement les exigences du Medef."

Julien Tanguy, ensuite, a rappelé que "le travail est d'abord un élément structurant du vivre ensemble".

Solidaires Morlaix a profité de ce "petit 1er mai", un peu moins rassembleur que les précédents, pour rappeler la situation du syndicat. Sur la ville, il est le seul à ne pas avoir de local à sa disposition, "malgré des demandes répétées à la municipalité".

Le 1er mai continue cet après-midi avec la 51e fête du Viaduc, organisée comme chaque année par le PCF Morlaisien. (d’après OF.fr 1er/05/2015)

1er  Mai à Carhaix. Une centaine de personnes réunies

 

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale
 

Le rendez-vous était donné à 10 h 30 à la maison des syndicats de Carhaix, à l'occasion de la Fête du travail du 1er mai. Une centaine de personnes étaient réunies pour écouter les discours des représentants de la CGT.

Au delà des revendications nationales, la CGT est revenue sur des problématiques locales, évoquant la fermeture de la base Intermarché à Rostrenen, ainsi que la fermeture de classes, les inquiétudes autour de la ligne ferroviaire Guingamp-Paimpol et le conflit opposant le personnel du bloc opératoire de l'hôpital et la direction du CHRU.

Jean-Pierre Jeudy a également été invité à prendre la parole au nom de l'association France Palestine Solidarité, en ce jour international de « lutte pour les libertés et les conquêtes sociales ». (d'après OF.fr 1er/05/2015)

Châteaulin. 60 manifestants pour le 1er-Mai

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale
Ils n'étaient guère plus de 60 manifestants ce vendredi matin, place de la Résistance, à Châteaulin, pour le rassemblement du 1er-Mai. Après le discours d'une représentante du collectif CGT fustigeant "la politique d'austérité du gouvernement ", le cortège s'est mis en marche, pour un défilé dans les rues du centre-ville.(d'après LT;fr 1er/05/2015)

 

Pont-l’Abbé-1er-Mai. 90 personnes réunies devant l’UL-CGT

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale

À l'appel de la CGT et de la FSU, plus de 80 personnes se sont rassemblées, hier matin, à 11 h, devant le local de l'Union locale CGT pour célébrer le 1e r-Mai. L'occasion pour Jean-Marc Trébern, secrétaire de l'UL, de dénoncer l'austérité en Europe et la loi Macron. Ce dernier a rappelé « l'inefficacité de la politique du gouvernement actuel vis-à-vis des salariés, des retraités et des demandeurs d'emploi ». Il souhaite que « l'État français investisse pour l'emploi » afin de « retrouver de la croissance économique ». Il a rappelé la nécessité de « création d'une Sécurité sociale solidaire et universelle » et souligné l'importance de « développer les services publics ». Évoquant l'attaque perpétrée contre Charlie Hebdo en janvier, le secrétaire a redit l'engagement « en faveur de la démocratie, la paix et la liberté d'expression ». Quant à Guy Barré (FSU), il a notamment dénoncé la casse de l'école publique, évoquant notamment la polémique pont-l'abbiste (lire ci-contre). Le rassemblement s'est terminé par un remerciement à Françoise Le Berre, partie à la retraite il y a deux ans. (d’après LT.fr 1er/05/2015)

Douarnenez 1e r-Mai. Hôpital et précarité des thèmes majeurs

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale

Entre cinquante et soixante personnes ont participé, hier matin, place de la Résistance, au rassemblement organisé par l'union locale CGT et soutenu par des organisations de gauche. Un rendez-vous placé sous le signe du combat contre l'austérité. « L'austérité s'appelle aujourd'hui pacte de responsabilité et prévoit 50 milliards de coupes budgétaires dans les dépenses publiques », a dénoncé Gwenaël Marzin, secrétaire général de l'union locale CGT de Douarnenez et du Cap-Sizun. « C'est cela qui menace la santé, l'hôpital public et l'égalité d'accès aux soins pour tous », a-t-il ajouté, devant plusieurs membres du comité de soutien présents. C'est que la situation du centre hospitalier, « qui subit l'emprise de celui de Quimper », était dans tous les esprits hier, avec dans le viseur la loi santé de Marisol Touraine. « Les besoins de santé de la population d'un bassin de vie de 75.000 habitants justifient une mesure d'exception géographique et le maintien d'une offre chirurgicale et de qualité », a lancé Gwenaël Marzin. Il a aussi voulu envoyer hier un « message d'espoir et de détermination aux jeunes et aux privés d'emplois et toutes celles et ceux qui subissent chômage et précarité ». Et de plaider pour « une autre répartition des richesses ». (d’après LT 2/05/2015)

Quimper-1er Mai-250 manifestants dans les rues,

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale

À l'appel de la CGT, Solidaires, FSU et Unsa, la journée de solidarité internationale des travailleurs du 1e r mai a réuni, hier matin, place de la Mairie, près de 150 personnes, qui ont ensuite défilé sur les quais. Alors que de son côté la CFDT organisait une conférence et un repas à l'Espace associatif. « Cette année, cette journée a une résonance particulière en Europe. À l'appel de la confédération européenne des syndicats, les travailleurs manifestent pour faire face aux politiques d'austérité et leurs dégâts sociaux et économiques », a indiqué l'un des porte-parole, David Pico, membre de l'union locale CGT.

Les chiffres du chômage pointés du doigt

L'occasion de faire valoir également un certain nombre de revendications concernant les salaires, les retraites, les pensions et les minima sociaux et de pointer du doigt l'aggravation du problème du chômage. « Les derniers chiffres du chômage font état d'une augmentation du nombre de demandeurs d'emploi, de 0,4 % en mars et d'1,5 % dans le Finistère », a-t-il précisé, et ce « malgré tous les cadeaux faits au patronat et au Medef, par le biais du Crédit impôt compétitivité emplois (CICE), dont l'objectif est la création d'emploi ou le maintien des emplois existants ». Et d'évoquer également la question de la protection sociale mise à mal par la suppression des exonérations de cotisations sociales patronales et une « privatisation rampante de notre sécurité sociale » en obligeant les entreprises à créer et financer une complémentaire santé, à partir de 2016. L'intervention a aussi porté sur la défense des services publics de proximité et de qualité, citant des exemples de « casse incessante » de ces services : La Poste, avec l'annonce de la suppression de milliers de bureaux et la SNCF, qui remet en cause l'existence de certaines lignes de TER dont la ligne Quimper-Brest.(d'après OF et LT 2/05/2015)

Le 1er Mai à Quimperlé-120 personnes en meeting avec la CGT. « Haro sur l'austérité

Les manifestations du 1er Mai en Finistère vues par la presse quotidienne régionale
À l'occasion du 1er mai, Journée internationale du travail, un meeting était organisé, hier matin, au Coat-Kaër, à l'initiative de la CGT. 120 personnes, en majorité des retraités, ont répondu à son appel. Autres temps, autres moeurs. L'époque où les 1er mai faisaient descendre dans la rue des milliers de personnes semble bien lointaine. Mais pas suffisamment pour décontenancer et décourager la CGT, seul syndicat bien décidé à marquer le coup, qui organisait, hier matin, un meeting, au Coat-Kaër.
 

La municipalité dans le viseur

Pendant près de trois quarts d'heure, au chaud, à l'abri de la pluie, les 120 personnes rassemblées, ont écouté les différentes interventions. Par la voix de sa secrétaire-adjointe, Valérie Couic, l'union locale n'a pas tergiversé autour de la question du moment. À savoir : le gouvernement mène-t-il, une politique d'austérité. La réponse est « oui ». « Face aux exigences du patronat qui demande toujours plus, il faut continuer à se mobiliser. La seule façon d'augmenter les salaires et les retraites, c'est de mieux répartir les richesses ». La municipalité de Quimperlé en a également pris pour son grade. « Le gouvernement ne cesse de mettre à mal les services publics en diminuant leur financement. La municipalité fait de même en n'assurant pas le remplacement des départs à la retraite et des arrêts de maladie. Nous sommes pressés comme des citrons et nos salaires sont bloqués depuis cinq ans », a déploré de son côté, Pascal Saliou de la fonction publique.
 
Appel à la mobilisation
 
« Contrairement à ce que je faisais d'habitude, je ne vous parlerai ni de la dégradation des conditions de travail, ni des relations sociales qui vont de mal en pis chez Bigard. Aujourd'hui, il importe de venir ne soutien à Michel, un salarié exemplaire, injustement licencié », a, pour sa part, lancé Michel Le Goff avant d'appeler à la mobilisation, pour le 25 juin, devant le conseil des prud'hommes de Quimper. « La coupe est pleine. Arrêtons de vouloir asservir les salariés pour mieux les exploiter ». Enfin, juge aux Prud'hommes, Philippe Allouard a plaidé pour sa cause. « Le gouvernement veut casser les Prud'hommes et le Code du travail parce qu'aux yeux du patronnat, ce n'est pas encore assez. Pour les patrons, il faut pouvoir licencier comme on veut. Or, c'est tout l'inverse qu'il faut faire. Il est impératif de créer des droits nouveaux : la retraite à taux plein dès 60 ans ; la semaine des 32 heures pour mieux partager le travail... » (d'après LT du 2/05/2015)
Repost 0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 16:54

https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2015/04/1er-mai-PRCF.pngEn ce premier Mai 2015, le PRCF appelle les travailleurs de France à une grande journée revendicative : ne faisons pas du 1er mai un rendez-vous formel mais un temps fort de l’engagement à nationaliser et à internationaliser les luttes anticapitalistes, antifascistes et anti-impérialistes.

Tout d’abord, souvenons-nous que le 1er mai n’est ni la « fête du travail », ni la « fête du muguet », mais la journée internationale des travailleurs en lutte contre le capital, pour l’emploi, les salaires, la protection sociale, l’emploi industriel, les services publics, le refus des guerres impérialistes, la solidarité internationale : souvenons-nous des martyrs de la classe ouvrière qui, ce jour-là, ont payé de leur vie leur engagement pour le progrès social et pour les libertés démocratiques ; que notre cœur vibre à l’unisson des camarades qui, de Kiev à Bagdad, s’apprêtent à payer cher leur participation à cette journée mondiale d’action des prolétaires !

 

1er mai PRCF réseau sociauxEnsuite, ne laissons pas détourner la journée de demain par le syndicalisme d’accompagnement de la C.E.S.*, cette bureaucratie aux mains de l’UE, et par  les dirigeants syndicaux euro-formatés qui continuent de vendre le mensonge de plus en plus éculé de l’ « Europe sociale » : expliquons inlassablement que l’UE n’est rien d’autre qu’une dictature fascisante pilotée par l’Axe germano-américain : si notre peuple ne veut pas « y rester », il faut qu’il SORTE de ce broyeur de peuples qu’est l’UE atlantique et du dispositif anti-ouvrier qu’est la « monnaie unique » : l’Europe des luttes ne se construit pas DANS l’UE mais CONTRE elle. C’est dans cet esprit que le PRCF, partie prenante des Assises du communisme, invite à un rassemblement national de lutte le 30 mai à Paris, à l’occasion des dix ans du Non populaire à la constitution européenne, pour inviter notre peuple à sortir de l’euro et de l’UE atlantique dans la perspective du socialisme pour la France, faisons vivre une alternative révolutionnaire face aux complices de l’UMPS et de l’UM’ Pen en gestation qui veulent contraindre notre peuple à « choisir » entre l’euro-dissolution en cours de la République française et la xénophobie d’Etat, son fascisant complément, que portent à différents degré Valls, Sarkozy et les Le Pen !

Loin de tout 1er mai consensuel pleurnichant de manière floue sur « l’austérité » pour mieux épargner l’UE qui l’organise à l’échelle continentale, ciblons clairement nos ennemis de classe qui sont aussi ceux de notre nation sacrifiée sur l’autel de la « construction » européenne et du Traité transatlantique :

  • les prédateurs insatiables du MEDEF et du CAC-40, qui ne cessent de se gaver d’argent public sans créer un seul emploi, bien au contraire !
  • tous les politiciens à leur service, les Sarkozy et autres Estrosi – qui, pour épargner le capital, rêvent de substituer aux réalités de la lutte des classes les fantasmagories sanglantes d’une nouvelle guerre de religion ciblant les travailleurs musulmans ;
  • le gouvernement Valls-MEDEF qui rampe devant les capitalistes et ne sait plus quoi faire pour brader l’Education nationale, les services publics, la protection sociale et les acquis du CNR… ! A bas les lois Valls-Macron, non au projet scélérat de fliquer totalement l’internet ;
  • l’UE du capital, ce monstre oligarchique pilotée par Angela Merkel, dont l’orientation néo-fascisante vient d’être confirmée par la scandaleuse déclaration antifrançaise du ministre Schäuble appelant – sans la moindre réaction de Hollande ! – à « réformer la France de force » ! Que notre solidarité internationaliste n’aille pas à l’Allemagne du capital mais aux métallos et aux cheminots allemands en lutte, aux communistes allemands qui mènent un combat difficile !
  • l’OTAN, cette machine de guerre de l’hégémonie US qui sème la mort et l’ingérence partout, de l’Ukraine au Proche-Orient, quitte à s’allier aux pires réactionnaires, des néonazis de Kiev aux régimes féodaux et intégristes du Qatar et de l’Arabie saoudite ;
  • le FN toutes tendances confondues, cet outil du grand capital pour diviser les travailleurs en fonction de leurs origine et pour mieux torpiller la France républicaine en la déshonorant à jamais dans une sanglante aventure xénophobe !

Dans cet esprit, le PRCF soutient les efforts des syndicalistes de classe pour prolonger les luttes sectorielles en construisant le « tous ensemble en même temps » ; le PRCF appelle les communistes à s’engager dans leur diversité dans la grande initiative du 30 mai contre l’UE atlantique en se dégageant de l’emprise euro-constructive (et prolo-destructive !) des euro-réformistes de tous poils qui veulent nous enfermer dans l’impossible « démocratisation » de l’UE dictatoriale ; prolongeons le 1er mai en agissant dans les régions, à Lille, Paris, Lyon, Marseille… le 9 mai prochain (70ème anniversaire de la victoire des peuples, et notamment de l’Armée rouge, sur l’Allemagne nazie) et le 30 mai à Paris !

Rouvrons une perspective progressiste dans notre pays en associant les deux drapeaux du Front populaire et de la Résistance antifasciste, le drapeau rouge international du prolétariat et le drapeau tricolore des Sans Culottes qu’il ne faut à aucun prix abandonner aux fascistes et aux racistes qui le pervertissent.

PLUS QUE JAMAIS CE 1ER MAI, REPRENONS LE MOT D’ORDRE DE LENINE ET DE L’INTERNATIONALE COMMUNISTE :

PROLETAIRES DE TOUS LES PAYS, PEUPLES OPPRIMES DU MONDE, UNISSONS-NOUS !

 

Un appel de Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, syndicaliste, et de Jo Hernandez, animateur de la Commission Luttes du PRCF.

 

*et pas davantage par le pseudo-syndicalisme des dirigeants de la CFDT, ces chiens de berger du capital européen qui, en fait de Journée de lutte, et non contents d’accompagner et de précéder les contre-réformes de Valls-MEDEF, seront surtout en pointe ce 1er Mai 2015 pour marginaliser la langue française, premier service public de France, au profit du tout-anglais maastrichtien avec leur honteuse journée intitulée « Working Time Festival » (en anglais populaire, l’acronyme WTF signifie « What the Fuck », soit « ô putain ! ») !

 

source:

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 09:12
1er Mai 2015-L'Appel du Front Syndical de Classe
1er Mai 2015-L'Appel du Front Syndical de Classe
Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 22:12

En France, plus de 200 manifestations sont attendues à l’appel de la CGT, Solidaires, FSU et UNSA. L’enjeu de la journée du 1er mai est d’envoyer aux jeunes et aux privés d’emploi, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui subissent précarité et chômage, un message d’espoir et de détermination. La nécessité d’une autre répartition des richesses résonnera dans notre pays mais aussi dans les rues de centaines de villes européennes. Augmenter les salaires et les pensions, égalité salariale, plus de droits pour les salariés, telles sont les propositions et revendications de la CGT pour sortir de la crise et revaloriser le travail. Elles sont les conditions du financement de la protection sociale pour garantir les droits à la santé et à la retraite.

Cette journée sera aussi l’occasion pour les unions départementales de fêter comme il se doit les 120 ans de la CGT. Plusieurs initiatives sont d’ores et déjà prévu en région.

 

Les manifestations du 1er mai 2015

en Finistère

 

  • Ville : BREST

Lieu : Manifestation départ place de la Liberté
Heure : 11h00
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : CARHAIX

Lieu : Manifestation départ devant l'Union Locale
Heure : 10h30
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : CHATEAULIN

Lieu : Manifestation départ place de la Résistance
Heure : 10h30
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : DOUARNENEZ

Lieu : Manifestation départ place de la Résistance
Heure : 11h00
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : MORLAIX

Lieu : Manifestation départ place de la Mairie
Heure : 11h00
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : PONT L'ABBE

Lieu : Manifestation départ devant l'Union Locale
Heure : 11h00
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : QUIMPER

Lieu : Manifestation départ place de la Mairie
Heure : 10h30
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

  • Ville : QUIMPERLE

Lieu : Manifestation départ Coat Kaer
Heure : 10h45
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

 

source: http://www.cgt.fr/-Ensemble-le-1er-Mai-pour-.html?var_mode=recalcul

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 09:28
Les membres du collectif donne rdv vendredi matin-Place de la Résistance. De gauche à droite Marie Le Berre, Sylvie Oger, Jean-François Oger, Gildas Le Goff et Patrick Moigne

Les membres du collectif donne rdv vendredi matin-Place de la Résistance. De gauche à droite Marie Le Berre, Sylvie Oger, Jean-François Oger, Gildas Le Goff et Patrick Moigne

Les membres du collectif donnent rendez-vous, vendredi matin, place de la... Les membres du collectif donnent rendez-vous, vendredi matin, place de la Résistance. De gauche à droite : Marie Le Berre, Sylvie Oger, Jean-François Oger, Gildas Le Goff et Patrick Moigne.
 
À l'appel de la confédération européenne des syndicats (CGT, FSU, Solidaires et Unsa), le collectif CGT du bassin de Châteaulin organise un rassemblement, vendredi matin, dans la cité de l'Aulne. Ce 1e r mai, journée de solidarité internationale des travailleurs, sera placé sous le signe de « la lutte contre les politiques d'austérité menées en Europe. Une politique qui appauvrit les peuples alors que dans le même temps, les actionnaires touchent toujours plus de dividendes qu'avant le début de la crise en 2008 », lance Marie Le Berre. Pour la militante et l'ensemble du collectif, les sujets de revendication ne manquent pas : amélioration de la protection sociale, réduction du chômage, salaires, pensions et retraites, relance des investissements générateurs d'activité économique, sauvegarde des services publics, dialogue social... « Aujourd'hui, des gens ne peuvent plus vivre décemment de leur travail. On parle de travailleurs pauvres, le concept même est inadmissible ! Le gouvernement n'a donné aucun coup de pouce au Smic et depuis quatre ans, le point d'indice des fonctionnaires est gelé », dénonce Jean-François Oger. « La zone de Penn ar Roz est en panne » Cette journée sera l'occasion de parler de souffrance au travail. « Chaque jour, à La Poste ou dans les usines, on voit des gens cassés. Chez Doux, on compte deux à trois inaptitudes par mois, des gens qui sont de plus en plus remplacés par des intérimaires », pointe Patrick Moigne. La réforme territoriale, la fusion des communes posent question. « Quelle avenir dans tout ça pour les agents territoriaux ? », interroge Gildas Le Goff. Le collectif s'inquiète pour le bassin de Châteaulin : « La zone de Penn ar Roz est en panne, on voit des entreprises implantées de longue date mettre la clé sous la porte car les banques ne les suivent pas : que se passe-t-il ? Que font les élus ? ». Mobilisé depuis l'an passé pour la défense de la ligne de TER Brest-Quimper, il fera circuler une pétition pour son maintien, vendredi.
 
Pratique Rassemblement à 10 h 30 place de la Résistance, suivi d'un défilé le long des quais jusqu'au carrefour de la Caisse d'épargne, retour par le quai Carnot et la passerelle. Du muguet sera proposé à la vente au profit du Secours populaire.
 
Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 09:10
Quimperlé-Manifestation du 1er mai 2012

Quimperlé-Manifestation du 1er mai 2012

La Fête du travail, c'est vendredi, et comme tous les ans, la CGT organise un meeting du 1e r mai, à partir de 10 h 45 au Coat-Kaër. Le syndicat souhaite à cette occasion « s'opposer à la politique du gouvernement qui, avec le pacte de responsabilité, s'attache à satisfaire uniquement les exigences du patronat ». « Le 1e r mai », poursuit la CGT, « est un jour chômé et payé. Tout le monde peut donc manifester pour combattre la politique d'austérité, le chômage et la précarité, défendre les services publics ». Et il conclut : « Ensemble, construisons le rapport de forces face au gouvernement et au Medef, rapport de force indispensable... pour construire une alternative sociale de progrès ».
 

La Fête du travail, c'est vendredi, et comme tous les ans, la CGT organise un meeting du 1e r mai, à partir de 10 h 45 au Coat-Kaër. Le syndicat souhaite à cette occasion « s'opposer à la politique du gouvernement qui, avec le pacte de responsabilité, s'attache à satisfaire uniquement les exigences du patronat ». « Le 1e r mai », poursuit la CGT, « est un jour chômé et payé. Tout le monde peut donc manifester pour combattre la politique d'austérité, le chômage et la précarité, défendre les services publics ». Et il conclut : « Ensemble, construisons le rapport de forces face au gouvernement et au Medef, rapport de force indispensable... pour construire une alternative sociale de progrès ». Imprimer Télécharger Envoyer

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/quimperle/fete-du-travail-la-cgt-appelle-a-se-rassembler-vendredi-au-coat-kaer-28-04-2015-10610553.php

Repost 0

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !