Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 17:51

Ancien syndicaliste CGT dans la métallurgie, puis journaliste à "L'Humanité", Pierre Lévy est le rédacteur en chef du mensuel "Bastille-République-Nations" qui, fin mai, deviendra "Ruptures". Il est également l'auteur du pamphlet d'anticipation politique "L'Insurrection" (Ed. AEBRN, 2012).

Il y a tout juste une semaine, les syndicats battaient le pavé "contre l'austérité". Pour Pierre Lévy, rédacteur en chef du mensuel "Bastille-République-Nations", il y avait pourtant un responsable de cette austérité qui était malheureusement absent dans "l’appel commun des centrales syndicales initiatrices" de la manifestation : l'Union européenne. "S’il y avait un “Livre Guinness des records” de cécité, de surdité et de mutisme, écrit-il, les chefs syndicalistes y auraient une place de choix".
SIPANY/SIPA

Qui n’a en tête le symbole des trois singes que nous a légué, dit-on, la sagesse asiatique ? Le premier se cache les yeux ; le deuxième se bouche les oreilles ; le troisième se ferme la bouche. Transposée en ce printemps 2015, l’image évoque immanquablement l’Union européenne, ou plutôt le rôle de celle-ci dans la réalité politique française — et sa quasi-absence du débat public.

On pensait à cela, jeudi 9 avril, en prenant part à la manifestation nationale qui, quatre heures durant, a battu le pavé parisien. Non que les syndicalistes présents, déterminés et combattifs, ignorent tout de la mainmise de Bruxelles, loin de là. Mais c’est plutôt en relisant l’appel commun des centrales syndicales initiatrices que l’image vient forcément à l’esprit (1).

Résumons : le mot d’ordre de la mobilisation était la lutte contre l’austérité. L’austérité, c’est-à-dire les coupes dans les dépenses de l’Etat, des collectivités et des hôpitaux, et donc notamment dans l’emploi public et les salaires publics. L’austérité, c’est-à-dire les mises en cause successives des conquêtes et droits sociaux. L’austérité, c’est-à-dire la flexibilité et la précarité organisées.

Il ne peut raisonnablement échapper à personne que dans chacun de ces domaines, les règles, règlements, normes, procédures et injonctions de l’UE déterminent les décisions prises par les gouvernements nationaux, par le gouvernement français en particulier.

Affirmer cela ne revient en aucune manière à dédouaner ces derniers. Après tout, ce sont eux qui ont coécrit les traités. Et ce sont eux, qui, Conseil européen après Conseil européen, confortent et confirment les dispositions des carcans. Il reste que l’intégration européenne constitue l’arme majeure que ceux-ci utilisent pour imposer leurs choix à leur propre peuple.

"Pour son plus grand malheur, le peuple grec constitue jusqu’à la caricature un cobaye pour l’exemple"Ce n’est certes pas nouveau. Depuis l’Acte unique (1986) puis Maastricht (1992), l’implication des instances communautaires se fait de plus en plus pesante. En réalité, c’est dès le traité de Rome que les « pères fondateurs » avaient en tête ce double objectif de long terme : faire reculer toujours et encore les conquêtes et droits sociaux ; soustraire à chacun des peuples la liberté de choisir son avenir – au nom d’une « communauté de destin ». Autrement dit, effacer progressivement la démocratie.

Mais depuis le traité de Lisbonne (2008), avatar honteux de la Constitution européenne rejetée, puis la mise en place, à la faveur de la crise, de la « gouvernance économique », le poids de la tutelle européenne est patent, jusque dans les détails.

Pour son plus grand malheur, le peuple grec a constitué jusqu’à la caricature – et continue à constituer – un cobaye pour l’exemple. L’image des « hommes en noir » (de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI) débarquant dans les différents ministères et prenant sans complexe les manettes de la politique hellénique est dans toutes les mémoires.

Mais faut-il aller jusqu’à Athènes ? En ce moment même, Bercy met une dernière main au « Programme national de réformes » qu’attend Bruxelles de pied ferme d’ici la fin du mois, dans le cadre dudit « semestre européen ». Comme le rappelle benoîtement la direction du Trésor : « Les programmes nationaux de réforme s’inscrivent dans le cadre de la stratégie “Europe 2020” pour une croissance économique “intelligente, durable et inclusive” que l'Union européenne a adoptée. (…) Ils constituent l’instrument de suivi et d’évaluation du volet national de la stratégie “Europe 2020” ».

On se souvient également de la négociation presque euro par euro que Michel Sapin a menée avec son prédécesseur Pierre Moscovici, devenu Commissaire européen à l’Economie, pour échapper à la menace de sanctions. Et de l’engagement quant aux « réformes structurelles » pris par François Hollande, en échange de l’« indulgence » de Bruxelles. Les dispositions essentielles de ladite loi Macron ne sont qu’un copié-collé des « suggestions » européennes. « C’est bien, s’est réjoui en substance Jean-Claude Juncker, mais j’attends la suite ». Et l’on parle déjà d’une loi Macron II…

C’est dans ce contexte que l’appel commun à la journée du 9 avril, publié par les directions confédérales de la CGT, de FO, de la FSU et de Solidaires, a réussi un exploit : pas une phrase, pas un mot ne fait la moindre allusion à l’Europe. S’il y avait un Livre Guinness des records de cécité, de surdité et de mutisme, nul doute que les chefs syndicalistes y eussent gagné une place de choix.

Ici ou là, certains confient : l’idée européenne est déjà bien écornée, il ne faut pas l’abîmer encore plus. Eh bien si, il faut. Tant que la supposée sagesse simiesque (ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire) sera utilisée par certains comme grille d’analyse quant au rôle de l’Europe, les peuples – le nôtre comme tous nos amis et voisins – resteront condamnés à l’impuissance.

 

Pierre LEVY

 

(1) Sur ce thème, voir le reportage vidéo exclusif « la CGT et l’Europe » réalisé par l’équipe du futur mensuel Ruptures. Ce journal qui s’appuie sur le financement participatif sera lancé le 29 mai par l’équipe éditoriale de Bastille-République-Nations, mensuel progressiste radicalement eurocritique, et prendra sa suite.

 

source: http://www.marianne.net/agora-face-europe-aveuglement-surdite-mutisme-syndicats-100232781.html

Repost 0

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !