Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 19:13

Bien entendu, c’est sur des bases internationalistes et anti-impérialistes que le PRCF défend la langue française étranglée par la politique d’anglicisation frénétique pratiquée par les élites « françaises » et par leurs suiveurs petits-bourgeois. Mais il est intéressant de constater que des intellectuels venant de tout autres horizons que le PRCF font le constat effarant que la classe dominante « française » est en train de « suicider » sa langue, comme elle démolit le « produire en France » et la souveraineté de notre pays. Affirmons la dimension culturelle et linguistiques de nos résistances sociales et civiques !

 

Francophonie : l’alerte au déclin

Les Echos | Le 28/08 à 06:00

de Michel Guillou


 

140905-15eme-sommet-Francophonie-Dakar-logo.jpgA l’approche du 15e sommet de la Franco-phonie, en novembre à Dakar, des personnalités de tous horizons expriment leur pessimisme quant à la pérennité de la Franco-phonie en tant qu’espace géopolitique et de la langue française comme langue internationale, et sonnent l’alerte. C’est une rupture par rapport à l’approche officielle, selon laquelle Francophonie et langue française sont sans problème de pérennité. Enfin, on parle vrai du déclin et même du risque de mort de l’une et de l’autre.


Conséquence de la domination du monde anglo-saxon, l’avenir, pour beaucoup, c’est l’American way of life. En avalanche, l’uniformisation et l’anglais s’installent. Un cas fait école, celui des élites françaises. Pour elles, continuer en français n’est pas une priorité, ni une volonté. La fierté de parler français, l’ambition de faire valoir ses valeurs sont abandonnées et, de même, tout nationalisme de la différence. Renonçant à la porte entrouverte, on bascule vers l’assimilation. Le bon sens est balayé. C’est ainsi que la France crée une université française au Vietnam en langue anglaise.


La France n’a pas d’ambition francophone. Le lien francophone est en train de se distendre. Un décrochage se profile enlevant toute crédibilité à l’argument démographique qui fait état de quelque 700 millions d’Africains parlant français en 2050. Les Africains, en effet, se posent la question de la pertinence de leur choix en accusant la colonisation de leur avoir fait parler une langue qui ne leur semble plus utile. Des craquements se font entendre. Il faut se garder de l’optimisme naïf qui voit l’avenir de la francophonie lié à la démographie, et ce d’autant plus que l’usage du français recule dans les secteurs d’avenir, ce qui sème un nouveau doute. Tout est dénommé en anglais. Il s’agit d’un suicide linguistique.


Ce déclin est freiné par les acquis et la force des facteurs historiques d’attractivité. On assiste donc à une mort lente, mais qui s’accélère du fait de la mondialisation et de l’absence de puissantes politiques de résistance. S’il est possible de donner un coup d’arrêt, la relance suppose beaucoup plus.


S’il faut continuer d’accueillir ceux que le projet francophone intéresse, il faut aussi s’attacher à organiser l’alliance des pays vraiment francophones qui utilisent le français comme langue officielle, d’enseignement ou encore d’usage, car ce sont eux qui donnent consistance à l’espace francophone vrai, où l’on agit en utilisant le français. Sans ce resserrement, il ne peut y avoir de francophonie utile répondant aux besoins des parlants français, développant d’un fort sentiment d’appartenance. L’élargissement a trop pris le pas sur l’approfondissement déséquilibrant l’ensemble. Si l’on ne vit pas la même aventure, il ne peut y avoir de communauté francophone. Mais les Institutions de la francophonie apportent-elles une contribution efficace ? La prise en compte de cette question dans la préparation du sommet de Dakar orienterait le choix du prochain secrétaire général.


Quant aux programmes à mettre en oeuvre dans le cadre du vivre-ensemble, beaucoup ont été identifiés. Ils concernent tous les domaines. Un secteur domine au point de devenir un préalable : l’enseignement du français et la formation des enseignants de français. Si le français s’effrite, que restera-t-il ? Mais l’écart est abyssal entre le besoin et l’offre. Cette situation ébranle le socle francophone. Il faut le réduire par un effort mutualisé et massif. Reste la question du visa francophone. Il est urgent de donner une réponse car il ne peut y avoir d’échanges privilégiés sans facilités de circulation des étudiants, des chercheurs, des responsables d’entreprises.


Le président Abdou Diouf a fait un immense travail. Aux chefs d’Etat et de gouvernement de dire maintenant ce qu’ils veulent. Mais sans nouvel élan, le pire arrivera : une mort certes douce, lente, mais certaine.


Michel Guillou

 

Michel Guillou est président du Réseau international des chaires Senghor de la francophonie.

 

 

source: http://www.lesechos.fr/idees-debats [28/

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !