Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 08:49

150203-_StopTAFTA-Big1170.jpg

 

 

Le M’PEP se retire du collectif « Stop TAFTA » dont les objectifs non-avoués sont désormais de légitimer l’Union européenne et de protéger le Parti socialiste.

 

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 2 février 2015.

TAFTA, PTCI, CETA, TISA ?

Ces sigles désignent des accords de libre-échange et d’investissement négociés dans le plus grand secret. S’ils sont adoptés, ils consacreront la domination des multinationales sur nos sociétés au détriment des citoyens et de la démocratie. Sous couvert d’une hypothétique relance de la croissance, ces accords s’attaquent aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales. Si elles s’estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les États devant des tribunaux privés d’arbitrage, hors de tout contrôle démocratique.


Ces projets d’accords visent à limiter encore davantage la souveraineté nationale des pays de l’Union européenne, notamment en organisant une gestion de type colonialiste de leur économie - colonialisme désigné sobrement sous l’expression positive de « accord de partenariat ».


Pour accéder à l’étude réalisée par le M’PEP sur le PTCI, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3357

 

Le collectif « Stop TAFTA »...

Jusqu’à ce jour, le M’PEP était membre du collectif « Stop TAFTA » qui regroupe 79 organisations au niveau national. La plupart de ces organisations sont issues de la gauche. La principale revendication du collectif est inscrite dans son texte de lancement : contraindre le gouvernement français et l’Union européenne à stopper les négociations en cours en vue de l’établissement des traités de libre-échange transatlantique.


...et sa pétition « citoyenne »

Depuis septembre 2014, le collectif a lancé une « pétition citoyenne » en s’appuyant sur l’ICE (« Initiative citoyenne européenne »), disposition apparue dans le traité de Lisbonne. Selon l’ICE, une pétition signée par 1 million de citoyens, venant d’1/4 des pays membres, peut être déposée à la Commission européenne. Libre à elle ensuite de la prendre en compte, sachant que les traités lui interdisent d’aller à l’encontre du libre-échange.


Le 4 décembre, le collectif « Stop TAFTA » annonce que la pétition a recueilli 1 million de signatures. Mais la Commission avait indiqué dès le 11 septembre qu’elle ne reconnaissait pas cette « Initiative citoyenne européenne ». Sur son site, le collectif indique qu’il continuera à recueillir des signatures « jusqu’à ce que M. Juncker mette un terme aux négociations du TAFTA et bloque la ratification du CETA ».


Un échec programmé...

Les auteurs de la pétition pouvaient-ils sincèrement attendre autre-chose qu’une fin de non-recevoir de la part de la Commission ?

  • Ils savaient que l’ICE ne contraint aucunement la Commission. Pire encore : le traité de Lisbonne annonce très clairement qu’une pétition citoyenne dans le cadre de l’ICE ne doit viser qu’à la mise en œuvre des traités libéraux (« (…) aux fins des traités »).
  • Ils savaient que l’ICE avait été vantée par les partisans du OUI au traité constitutionnel européen (TCE) en 2005.
  • Ils savaient depuis 2007 que l’opinion des peuples ne peut infléchir ni la Commission ni les gouvernements européistes.
  • Ils savaient que d’autres « pétitions citoyennes » avaient déjà été jetées à la poubelle par la Commission : la pétition contre la recherche sur les embryons humains - qui avait pourtant mobilisé près de 2 millions de citoyens. La pétition pour un « droit à l’eau » - paraphée par 2 millions de citoyens – que la Commission a vidé de sa substance. Et la pétition lancée par le Parti de la gauche européenne (PGE) lui-même pour une « banque publique européenne axée sur le développement social, écologique et solidaire ».

Bref, ils savaient que cette pétition n’avait aucune chance d’aboutir. Mais ils ont laissé croire le contraire, sciemment, pour deux raisons : maintenir l’illusion d’une l’Union européenne démocratique et protéger le Parti socialiste.


... qui visait à maintenir l’illusion d’une Union européenne démocratique...

Les promoteurs les plus actifs de cette pétition au sein du collectif « Stop TAFTA » sont Attac, les Verts et le PGE (Parti de la gauche européenne). Ces organisations sont farouchement européistes - c’est-à-dire contre la souveraineté des nations :

  • Le PGE regroupe en son sein de multiples composantes de la gauche européenne dont le PG et le PCF). A ce titre, il touche – ainsi que les partis qu’il regroupe - des subventions de la part de l’Union européenne.
  • Les Verts ont affirmé par la voix de leur secrétaire nationale Emmanuelle Cosse leur volonté de mettre fin à l’État-Nation au profit d’une « Europe des régions ».
  • Attac, organisation « altermondialiste », ne milite pas contre le libre-échange – principale caractéristique de la mondialisation néo-libérale - mais pour son « aménagement » (notamment par la mise en place d’une très improbable taxe sur les capitaux à l’échelle mondiale).

La démarche de ces organisations vise donc à laisser croire que l’Union européenne est une institution démocratique et qu’elle comporte dans ses statuts des dispositions permettant aux peuples d’en passer par la voie légale pour infléchir sa politique. D’ailleurs, dès le rejet de la pétition par la Commission, le collectif « Stop TAFTA » s’est tourné vers la Cour de justice européenne, lui accordant ainsi son crédit.


Un constat s’impose donc : plus l’Union européenne affiche son mépris pour la démocratie, plus les organisations de gauche tentent de repeindre son vernis démocratique craquelé.


… et à protéger le Parti socialiste !

D’autre part, il n’aura échappé à aucun observateur de la vie politique française qu’une énième recomposition de la gauche est en cours dans la perspective des élections de 2017. L’éclatement du Front de gauche lors des dernières élections municipales et les alliances qui se sont nouées à cette occasion – entre le PCF et le PS d’une part et entre le PG et EELV d’autre-part – en ont été les signes les plus visibles.

La pétition du collectif – qui s’adresse directement à la Commission européenne – vise à dédouaner le gouvernement PS de ses responsabilités en tant que négociateur. Avec elle, le collectif « Stop TAFTA » ne revendique en effet plus que le gouvernement français renonce à participer aux négociations en cours sur le TAFTA !


Depuis les élections européennes, un triple combat s’annonce

Pour le M’PEP, il n’y a plus le moindre crédit à apporter à l’Union européenne, depuis longtemps. C’est ce qu’il a affirmé encore fortement à l’occasion des dernières élections européennes en appelant au boycott citoyen, alors que l’intégralité des forces politiques traditionnelles se prêtait à la mascarade - même celles qui se prétendent « eurosceptiques » (à gauche) ou « europhobes » (à droite ou le FN) !

 

Il s’annonce donc un triple combat :

  • Combat contre l’Union européenne elle-même. Le danger du TAFTA ne se poserait pas pour la France si elle n’était pas dans l’Union européenne. Il ne se poserait ainsi plus de manière chronique tous les dix ans (un AMI de perdu, un TAFTA de gagné !). Car comment combattre un tel traité de « libre-échange » sans combattre l’incarnation même du libre-échange en Europe qu’est l’Union européenne ? Stop TAFTA, c’est donc d’abord Stop UE !
  • Combat idéologique contre les organisations qui laissent croire que l’Union européenne est démocratique et/ou qui laissent croire qu’il est possible de démocratiser l’Union européenne, en particulier les organisations de gauche, politiques, associatives et syndicales.
  • Combat contre le Front national dont le rôle depuis trente ans est de verrouiller la vie politique française sur les questions européennes et nationales. Un Front national qui permet aujourd’hui aux organisations de gauche européistes d’accuser de sympathie fascistes tous-ceux qui veulent que la France et son peuple retrouvent leur souveraineté.

Le M’PEP se retire du collectif « Stop TAFTA »... pour pouvoir combattre le TAFTA !

Le M’PEP ne se prêtera pas à la mascarade orchestrée par le collectif « Stop TAFTA ». Il se retire de ce collectif et invite toutes-celles et tous-ceux qui veulent lutter réellement et efficacement contre le TAFTA à agir avec lui :

  • pour exiger du gouvernement français qu’il se retire des négociations ;
  • pour que la France sorte de l’Union européenne, car lutter contre le TAFTA passe nécessairement par un tel combat.

 MILITANTS DE LA DEMONDIALISATION, REJOIGNEZ MAINTENANT LE M’PEP !

 

source: http://www.m-pep.org/spip.php?article3908

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !