Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 23:34

 


Kan Etrebroadel al Labourerien. Lakaet e brezhoneg gant Charles Rolland, kan gant Marthe Vassalo.

video youtube ajoutée par le 16 juin 2011

 

 

Kan Etrebroadel al Labourerien

 

War sav! tud daonet deus an douar !

kent mervel gant an naon, war sav

Ar skiant a gomz hag a lavar

Reiñ an diwezhañ taol-chav !

Ret eo teuler ae bed-kozh d'an traoñ

Mevelien paour war-sav, atav !

Greomp evit mad dezhi he c'haoñ

Bezomp mestr lec'h bezaň esklav !

 

An emgann diwerzhañ zo

Holl war sav hag arc'hoazh

Na vo er bed met ur vro

Da vihan ha da vraz

 

Etrezomp na n'eus salver ebet,

Na pab, na doue, na den all !

Ha deomp hon unan a vo ret

Ober amañ ar gwir ingal

A-benn harzh laeron bras da noazout

Derc'hel ar spered en e blom

C'hwezomp hon c'hovel pe 'vefomp boud

Ha dav d'an houarn keit m'eo tomm !

 

Ar stad a zo fall, pep lezenn kamm

An deog a wad ar paour-kaez den

Deverioù d'ar re vras n'eus foeltr tamm

Gwirioù ar paour-kaez zo ven

Awalc'h eo dindan vestr kastiañ

Al lealded c'houlenn traoù all

Dindani vefomp holl memes tra

Gant deverioù droejoù ingal.

 

Ken hudur en kreiz o brazoni

Hon mistri

war an holl labour

Deus graet biskoazh nemet ransoniñ

Laerezh poan ar micherour

Rag en prez kloz an dud didalvez

Kement vez krouet vez teuzet

Goulennomp vo rentet hep dale

D'ar bobl kaez ar pezh zo dleet !

 

Holl micherourien ha kouerijen

Memproù a labour er bed-mañ

Ar bed-mañ zo d'al labourerien

An dud didalvez diwarnañ

Deus hon c'hwezenn gwelit int lard mat

Na pa deufe ur seurt brini

Un deiz ar bed paour-mañ da guitaat

An heol zalc'ho da lugerniñ.

 

Garzh ebet ken kreiz-entre pep bro

An holl dud breudeur war ar bed

Ar brezeloù diot er blotoù

Dav d'ar re vraz c'hoazh mar bez ret

Evite na n'afomp biken ken

A-vilieroù d'en em drailhañ

War sav pa 'mañ ar skiant o ren

Deomp vo ret terriñ pe blegañ.

 

 

 

 

Histoire de l'internationale

 

 

A l'origine, il s'agit d'un poème écrit par le chansonnier poète Eugène POTTIER qui se chantait sur un air connu (la Marseillaise généralement) en pleine répression de la Commune de Paris. Eugène POTTIER a commencé à écrire ce texte en prison en 1871 mais il n'a été publié qu'en 1887 dans un recueil de chants révolutionnaires. En 1888 la chorale lilloise du Parti Ouvrier Français (POF) demande à l'un de ses membres, Pierre DEGEYTER, de composer une musique originale pour l'Internationale. L'Internationale est interprétée pour la première fois à Lille, sur l'air de Degeyter le 23 juillet 1888 par la chorale de la Lyre des Travailleurs . Sa partition est publiée en 1889.

 

L'Internationale est choisie en 1892 comme l'hymne officiel de la 2ème Internationale. L'Union Soviétique l'adopte comme hymne national de 1918 à 1944 avant de la remplacer par une chanson plus patriotique. L'Internationale reste l'hymne des partis communistes et socialistes et le chant le plus célèbre du mouvement ouvrier. Elle fut le premier hymne à être joué au delà de la Terre et diffusé en 1966 par le premier vaisseau terrestre soviétique qui se posa sur la Lune.

 

 

 

 

L'Internationale en breton

 

 

Deux versions de l'Internationale en breton sont proposées. Elles sont l'oeuvre de deux bretons qui ont en commun une origine modeste, une volonté farouche de s'instruire, associée un engagement politique progressiste. Les deux courtes biographies qui suivent sont assez parlantes à ce sujet. L'un des deux deviendra un dirigeant important du Parti Communiste en Bretagne.


Charles Rolland, né à Lannéannou en 1862 et mort en 1940 à Guerlesquin, fut un compositeur très productif de chansons en breton dont une grande partie sur feuilles volantes. Il exerca de nombreux métiers comme horloger, facteur et chapelier. Très engagé politiquement à gauche et d'un anticléricalisme virulent, il utilisa son talent de compositeur et de polémiste pour propager ses idées en breton et en français. Dans le contexte de l'époque, écrire et diffuser une version bretonne de la Marseillaise et de l'Internationale est une profession de foi publique qui ne risque pas de faire peur à Charles Rolland, tant sont connues ses opinions. Durant la première guerre, il ne fut pas mobilisé en raison de ses nombreux enfants mais il composa des chansons patriotiques en breton de la même veine que celles de Théodore Botrel.


D'origine modeste, Marcel Hamon ( 1908-1994) était originaire de Plufur. Il devint professeur de philosophie à 23 ans. Syndicaliste dans les années 1920 puis militant du PCF, il fut candidat communiste aux élections législatives dès 1934. Durant la Seconde guerre mondiale, Marcel Hamon fut responsable de « l'Organisation spéciale » dans le Maine-et-Loire (1941-1942). Il devint responsable national du Service B, service de renseignements des francs-tireurs et partisans français (1943-1944), puis responsable FTPF pour l'Ouest en juin 1944. Secrétaire de Maurice Thorez, il fut député des Côtes-du-Nord (1945-1951), maire de Plestin-les-Grèves de 1971 à 1977 et conseiller général du canton de 1973 à 1979. Sa vie et sa carrière ont été l'objet d'un travail universitaire (cf. CROC Maud, Marcel Hamon (1908-1994). Une grande figure communiste des Côtes-du-Nord, Maîtrise [Cl. Geslin], Université de Rennes II, 1998, 267 p.).

 

 

 

 

La version de Charles ROLLAND (1902)

 

Il y est mentionné qu'il s'agit d'une traduction littérale hormis le dernier couplet.

 

CR1.jpg

 

 

CR2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

An Internationâl em brëzonec

  Laket gant Charles Rolland (1902) 

War memeuz tôn evel en gallek


War zao ! tud daonet an Douar !
Kent mervel gant an naon , war zao
Ar skiant a gomz ag a laar
Reï an diveza taol-chao !
Ar Bed-koz a bez d'an traon !
Meveillen paour , war sao ! atao !
Greômp vit mad dezi he c'haon
Bezomp maest lëc'h beza esklao !


Diskan (bis)

Ar gann divëza zo,
Holl , war zao a warc'hoaz,
N'o er bed met eur vro
Da vihan a da vraz !


En trezomp neuz salver ebed
Na pab, na roue, na den all !
Demp hon unan a vezo red
Ober aman ar gwir ingal :
Benn harz laëron braz da noazout,
Derc'hel ar spered en he blom !
A dao d'an ouarn keït m'he tom !!


Ar Stâd so fall ! pep lezenn kamm
An dëog a oad ar paour-kaez den ;
Deveriou d'ar re vraz neuz tamm
Gwiriou ar paour zo eur gomz ven
Awalc'h dindan Vaest kastizia
Al Lëaldet ' c'houlenn trëo all
Dindan-hi 'veffomp memeuz tra
Gant deveriou , droëjou ingal !?


Udur ! en kreïz ho brassoni,
Mistri war an holl labour
Deuz gret biskoaz met ransoni
Laerez poan ar micherour ;
Rag en em prez an dud didalve
Kement ve kroûet ve teuzet ;
Goulennomp vo rentet hep dale
D'ar bobl kaez ar pez so gleêt ?


Micherourien a koërijen.
Memprou a labour ar bed-man,
Ar bed so d'al labourerien !
An dud didalve diwarn-han !
Deuz hom c'hoejen hint holl lard mad :
Na pa deufe eur sort brini
Eun deîz an douar da gwitâd
An heol ‚zalc'ho da lugerni !


Garz ebed ken kreïz-tre pep Bro !
An holl dud breudeur war ar bed !
Ar brezellou zôd er blôto !
Dao d'ar re vraz c'hoaz m'ar be red
Evit-hê n'effomp biken ken
A villerou de n'em drailla !
War zao ! ar skiant so ho ren
Demp vo red terri pe blega !?!

 

 

 

La version de Marcel HAMON


 

Internationale--M.-Hamon-.jpg

 

 

An Internationale
Laket en brezoneg gant Marcel Hamon

 

 

War sao , tud doanet d'an douar
War sao an dud paour o deuz naon
Ar skiant a c'hop hag a lavar
Skei ar bed n'eun taol d'an traon


An traou koz a c'hall monet pell
Mevellien kaez, wae zao, war zao
Sklepomp anez a-benn bouell
Skuiz omp o veza esklao


Ar gann diweza a zo
Oll arog, ha souden
Breudeur drez-oll a vo
Elec'h enebourien


Nann n'a neus ket a zalvar braz
Na Doue, na mestr, na hun all
Produer, krog ebarz da benn-baz
N'em sov da hun gant ar re all
Da lak' al laeron da vont da goll
Da sklerijenn ar spered
Hon c'hoel c'hoezomp ta drez oll
War houarn tom a vez skoet


Mahet a vemp ar pez zo permet
N'em wada renkomp vit paea
Ar pinvidik n'euz dever ebed
Ar paour zo mad da vac'hata
Dan ar vaz o plega hon chouk
Deveriou ha droejou da bep den
Skouiz ez omp o chom atao mouk


Selet pebeuz pennou zo dioute
Rouez ar glaou, an hent houarn
Biskoaz n'euz gret ar botred vraz se
Nemat ober vel al louarn
Ebarz ar prejou an Aoutroune
Eman hon labour hag hon foan
Mankout ra d'emp tapout ane
Petramant chom atao dindann


Ar rouez a veve c'hanomp ive
Peuc'h etrezomp , tann d'ar re wask
Blegomp ket ken breman d'an arme
En teilh, lakomp fuzul ha kask
Met , ma deuz c'hoant an dreberien tud
D'ober d'emp evel al loeo
Ar fusul na chomo ket mud
Hag evite vo an tenno


Ouvrier, payzant, mum a hez
Ar bopl vraz euz ar re 'deuz poan
An douar n'hell ket beza dez
N'eus ket ar blas d'ar fenean
Ped zo o veva deuz hon gwad
Med ar brini a zo war dro
'N o fonz pa devo bed hon zroad
Neuze an heol a lugerno !

 

 


Breiz Nevez (Bretagne Nouvelle), un film d'actualités ouvrières de 1938 (Noir et Blanc - sonore - 11 min) réalise un documentaire sur lafête organisée par le Parti Communiste Français à Pont- L'Abbé, le 7 août 1938.

Après une rapide évocation de la préhistoire et de l'histoire de la Bretagne illustrée d'images de menhirs et de dolmens, d'églises et de paysages Bretons, Marcel Cachin, en voix off, commente la préparation et le déroulement de la fête du parti communiste dans la capitale du pays bigouden : passage d'une camionnette de l'Humanité sur le port de Lesconil, manifestation et défilé folklorique dans les rues de Pont-Labbé, démonstration de danses et de chants et, in fine, allocutions politiques.


Après la brève intervention du secrétaire de la région Bretagne du parti communiste (Alain Signor), Marcel Cachin, président des Bretons émancipés, appelle au renforcement des acquis du Front populaire et conclut par une défense de la culture et de la langue bretonne.


Breiz Nevez illustre avec force les solides implantations -très localisées- du parti communiste en Bretagne, ainsi que sa politique culturelle sous le Front populaire, politique syncrétique, à la fois régionale et nationale. Les plans sur la camionnette de l'Humanité furent interdits par la censure.


 L'Internationale est chantée en Breton par la chorale Labour Ha kan, des Bretons émancipés de Paris. Cliquer ci-dessous pour voire cette video.

 

http://www.cinearchives.org/Catalogue_general-62-61-0-1.html?q=synchronen

 

 

 

 

L'Hermine Rouge le 18/12/2011

 

Sources:

http://follenn.chez.com/marsint.htm

http://deljehier.levillage.org/

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Internationale

 

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge - dans Bretagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !