Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:06

130306--partisane-president-chavez-tient-photo1

 

L’Amérique latine est un coeur généreux, inépuisable et Chavez battait l’amble avec de continent magique.Triple métis, indien, noir et blanc, il était à l’image de ce creuset , sangs mêlés et veines ouvertes. Le coeur, c’est-àdire le courage et la compassion: Chavez avait l’audace mais aussi la générosité, l’absence totale de cynisme. Le peuple savait qu’il n’était pas là pour se servir mais pour le servir,  au nom de Marx et Jésus.

L’énergie du Venezuela n’était pas seulement celle de son pétrole, mais celle de ce coeur qui aimait chaque opprimé des barrios. L’amour d’un peuple, celui du Venezuela, la patrie et les républiques soeurs,  bien au-delà du Vénézuéla, dans les traces de Chavez, avaient pris place les descendants de l’indien, Evo Morales ou Correa, ils rejoignaient Cuba, l’île sucrière, esclavagiste et visionnaire de José Marti et Castro, les révolutionnaires. Mais toute l’Amérique latine, y compris des réformistes, des gouvernements de droite, étaient prise dans le mouvement, dans cette énérgie inépuisable, dans la montée vers l’unité. L’Homme avançait à pas de géant,  depuis la patrie de Juarez à celle d’Allende sur les traces de Bolivar en jetant un défi chevaleresque au maître américain, en entraînant derrière lui tous les humiliés, tous les individus cassés par la vie à qui il rendait leur dignité et le droit à bénéficier de leurs ressources.

Qui peut comprendre ce phénomène là ? Difficile pour nous.  Dictateur, quelle imbécilité! La découverte du Venézuela, son bouillonnement, l’expression ouverte de toutes les contradictions dans des organes de presse possédés dans leur immense majorité par l’oligarchie, permettait de mesurer à quel point la plupart nos propres médias sont tenus en lisière. Incapable à de rares exceptions d’avoir  su dire ce qui se passait réellement dans ce pays… Il ne savait qu’en faire la caricature…Lui un caudillo ? Un pouvoir charismatique plutôt,  générant l’amour et l’élan populaire, une  aventure à laquelle chacun était convié, une politisation bouillonnante, un peu désordonnée, mais efficace, s’inscrivant dans l’expérience de tous…

Chavez avait hérité d’une administration corrompue, d’un monde politicien si déconsidéré que son élection l’avait opposé à une miss vénézuélienne. La drogue, le crime et le misère étendaient leur zone de non droit. Les ressources pétrolières étaient aux mains d’une oligarchie vendue aux majors nord-américaine et qui de fait était en train de la privatiser et de la leur livrer. Il n’ a pas réellement touché à l’appareil d’Etat, mais l’a laissé dépérir en lui substitutant des « missions » intervenant immédiatement pour soigner, alphabétiser, avec l’aide des Cubains.  A été mis en place une sorte de système de conseil jouissant de larges autonomies locales, la possibilité de référendum de destitution.

Les ressources du pétrole ont été canalisées pour fertiliser ce nouveau Venezuela. La première année Chavez a établi une Constitution, il parlait, parlait, mais quand il a voulu faire la réforme agraire et reprendre la souveraineté sur le pétrole, un coup d’Etat mené par des fantoches sous la directive de l’Espagne et des Etats-Unis est intervenu. L’armée fidèle s’est révoltée contre le coup d’Etat. Et c’est alors qu’est intervenu un événement extraordinaire en avril 2002, le petit peuple vénézuélien, celui de ces monstrueux bidonvilles qui enserrent Caracas est venu réclamer son président. Ce sont les mêmes qui aujourd’hui crient et pleurent et chacun doit se souvenir de ce qu’ils sont prêts à accomplir pour lui mort ou vivant.

Le Vénézuela est devenu avec Cuba l’honneur de la Résistance à l’impérialisme et celui qui apportait aux autres peuples des soins de santé comme avec l’opération « miracle ». J’habitais à Cuba face à un hôtel empli de pauvres gens venus de toute l’Amérique latine pour recouvrer la vue, Chavez les transportait chacun avec un membre de leur famille, il fournissait la nourriture et les chirurgiens cubains opéraient. ce miracle a eu lieu dans toute l’Amérique latine, plus d’un million d’aveugles ont recouvré la vue.. tandis que notre presse en faisait un personnage grotesque…

Chavez avait joué un rôle essentiel avec Poutine pour imposer une renégociation des ressources énérgétiques aux majors nord-américaines et occidentales.  Il avait réussi à créer de nouvelles exigences au sein des pays pétroliers en profitant de la montée de nouveaux géants au premier rang desquels la CHine. Son alliance avec kaddhafi et l’iran doit être analysée dans le cadre de ce bras de fer énérgétique dont dépendait la souveraineté vénézuélienne et un développement endogène.

Chavez était comme Fidel,ce sont des grands seigneurs. Jamais il n’a détesté les nord américains mais il estimait que l’Amérique latine devait avoir un autre destin que la soumission et le pillage de ses ressources. Pas la haine, le défi chevaleresque… Mais sans oublier les leçons de l’histoire, l’assassinat d’Allende, des tortionnaires installés partout par le plan Condor, des coups d’Etat si l’on baisse la garde. On ne survit pas si on oublie ces leçons-là surtout si on est à la tête du principal producteur de pétrole et que l’on défend un développement endogène… Et qui connaît cette histoire ne peut s’étonner que la mort du président soit entouré de précautions, déploiement de l’armée, expulsion de quelques diplomates agents quasi officiels de la CIA. Transformer son pays, entraîner derrière lui toute l’Amérique latine et les Caraïbes en contournant les pièges des Etats-Unis et changer les conditions de négociations avec les majors du pétrole, dix ans et quelques d’un travail de titan.

Quand Chavez, après deux ans de prison, amnistié à la suite de son coup d’Etat  aux côtés des pauvres du Venézuela, avait atterri à Cuba en 1994, il avait expliqué à Fidel tout ce qu’il espérait faire pour son peuple, pour l’Amérique latine. Fidel s’était contenté de lui dire avec un sourire: « C’est bien maintenant il faut faire ». Depuis la mort du Che, même s’il était entouré en particulier par son frère et les anciens compagnons de toujours, Fidel n’avait plus eu un autre ami avec qui rêver de transformer le monde, le tiers-monde… Le programme a été plus qu’entamé et la face de l’Amérique latine en a été aussi durablement changée que celle du Venezuela. Ce matin à l’aube, l’envie me vient d’adresser mes condoléances aux Vénézuéliens et aussi aux Cubains, de les charger de dire merci à l’Amérique latine d’avoir soulevé notre espérance.

Toute la question aujourd’hui est celle que disait Fidel avant sa maladie: « Cuba peut se passer de moi, mais l’Amérique latine et ton peuple ont encore besoin de toi »… Ils ont besoin mais pourront-ils s’en passer? La mort de Chavez ne verra pas la pression des Etats-Unis, celle de la CIA se relâcher, l’oligarchie déconsidérée va tenter un nouvel assaut, changer le masque, le parti de Chavez a toujours été son talon d’Achille, mais le retour de Chavez pour mourir au milieu des siens, la désignation d’un sucesseur et l’unité retrouvée de l’Amérique latine témoignent des difficultés à vaincre un peuple uni et pour qui le mythe Chavez est à jamais immortel.

Danielle Bleitrach

Partager cet article

Repost 0
Publié par L'Hermine Rouge
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Hermine Rouge
  •  L'Hermine Rouge
  • : blog franchement communiste
  • Contact

Pétitions

Recherche

BILLET ROUGE

La grève qui nous sèvre!

par Floréal

150406-radio-france-en-greve-

 

...à propos des bénéfices secondaires de la grève à Radio-France

Dans Télérama, des lecteurs branchés s’affrontent à fleurets mouchetés (comme il sied dans l’hebdo culturel de l’élite) à propos de la grève dure à Radio-France: si les uns déplorent à mots couverts que la grève les prive inhumainement de leur lot quotidien de boboïsme branché, d’autres, un peu plus à gauche, appuient mollement la grève : ne vise-t-elle pas à défendre ce cher « service public » sans lequel, de leur propre aveu, certains « Téléramistes » ne supporteraient plus le dur fardeau d’exister ?

Quant à nous, bourricots de bolcheviks obtus que nous sommes, nous soutenons sans réserves cette grève. Et cela pour de tout autres raisons que l’élite téléramiste :

  • la première raison est que la grève à Radio-France est un des trop rares exemples d’action DE CLASSE déterminée contre les effets antisociaux de l’austérité hollando-maastrichtienne (même si hélas, trop de journalistes appuient la manœuvre de diversion lancée par Fleur Pellerin pour faire de M. Gallet le bouc émissaire des décisions gouvernementales). Cette grève illimitée montre que des travailleurs peuvent encore se battre pour GAGNER et pas pour « témoigner de leurs aspirations » à l’occasion de « journées d’action » sans lendemain qui laissent d’avance le dernier mot au MEDEF et Valls-MEDEF.
  • La seconde raison est que cela fait un bien énorme au moral que de savoir que chaque jour que le Bon Dieu fait, des millions de braves gens qui se croient « de gôôôche », ne recevront pas leur injection matutinale de social-libéralisme, d’anticommunisme secondaire et d’’euro-atlantisme « humanitaire » administrée par MM. « Pat Co » et B. Guetta, ; grâce à ces irresponsables de grévistes, les intoxiqués de Patricia Clark et de ses « kids » seront frustrés de leur dose quotidienne de frenglish (dans l’émission « Come on ! » rebaptisée « Alive »). En vérité, ce SEVRAGE idéologique de masse est presque aussi salutaire que celui qu’a subi naguère notre pays tout entier quand la grève ouvrière de mai 68 eut « coupé le jus » (et le micro !) aux anticommunistes professionnels de feue l’ORTF !

Pourtant notre bonheur reste incomplet : car pendant que les euro-prédicateurs de Radio-bobo sont réduits au silence, les Radio-beaux-beaufs du privé continuent d’occuper le « temps de cerveau disponible » : entre deux pubs assourdissantes, RTL, Europe 1, RMC, ont tout loisir pour marteler leurs propos antisyndicaux, pour poursuivre leur ramdam anti-fonctionnaires et pour organiser leur promo même plus larvée du FN et de Sarkozy (cherchez la différence !). Se déverse ainsi à plein jet sur le tamtam permanent du MEDEF et de la droite contre les acquis sociaux, les « assistés » (sic) et le code-du-travail-d’où-nous-vient-tout-le-mal ;  sans oublier bien sûr  l’éloge permanent des « States », la célébration émue de la « Belle-Europe-que-v’là », la diabolisation incessante des « ennemis-de-l’Occident » (Russes, Cubains, Coréens, cocos, « islamistes », grévistes de tous poils, etc.), l’éternelle question posée à tout bout de champ par le « journaliste » de service : « mais-que-font-nos-voisins-anglo-saxons-à-ce-sujet ? », l’allégeance obsédante à Frau Merkel, le tout sur fond de bain linguistique anglo-américain…

 

Alors s’il vous plait, travailleurs des radios privés, mettez-vous vite en grève aussi : pas seulement pour soutenir vos vaillants camarades du public (ça s’appelle la solidarité de classe), mais pour faire pleuvoir sur toute la France un bienfaisant mutisme réparateur.  Vite, vite, croisez-vous les bras aussi et rendez ainsi aux citoyens le plaisir de penser par eux-mêmes. Ils auront peut-être alors – qui sait ? – l’idée de revendiquer un audiovisuel public démocratisé et véridique qui soit enfin soustrait au duopole des oligarques du privé et d’une propagande d’Etat aussi doucereuse qu’omniprésente !

Floréal, le 1er/04/2015

Pétition

Halte à la fascisation en Ukraine

Halte à la marche à la 3ème guerre mondiale

pour signer la pétition

cliquer ici

140812-CISC-copie-1

Billets

A lire ....

150406_ic-155-avril2015-copie-1.jpg

Initiative Communiste n°155 (Avril 2015)

Pour recevoir ce numéro ou vous abonner

Contactez le journal -Initiative Communiste

BP 30111-62802 LIEVIN

ou adressez-vous à un militant du PRCF
 

 

http://services.supportduweb.com/cpt_global/88792-20.png

 

A voir et écouter...

Les cons ça ose tout !
L'âge de la retraite
La grève surprise

A voir et écouter

L'Internationale en breton
L'internationale en français
L'affiche rouge-l'armée du crime
Le chant des partisans (Marc Ogeret)
sortir de l'euro.....
Frédéric LORDON-Médiapart
Frédéric LORDON/France-Culturel/ 26-11-2013
Jacques SAPIR-10/12/2013 (blog)
La Guerre Sacrée

Radio Libertaire 89.4

ALR-libertaireSamedi 31 décembre 2011 de 11 h 30 à 13 h 30

Annie Lacroix-Riz , historienne, participera

à l’émission « Chroniques syndicales » 

consacrée au dossier Renault

sur Radio Libertaire

89,4 MHz FM en Ile-de- France

Pour écouter sur internet cliquez ici !